Les Amis d’Al-Rowwad

Tragiques conséquences

Démenti et fardeau

Environ 31 % des communautés palestiniennes ne sont pas raccordées à un réseau d’alimentation en eau. Celles qui le sont doivent se confronter à des défis supplémentaires avec le fournisseur Israélien, Mekorot, qui suspend régulièrement les services et limite la distribution. Au moins 76 % des communautés qui reçoivent leur eau de Mekorot ont fait part de réductions ou, dans quelques cas, d’arrêts complets de la distribution. De plus, de nombreuses communautés rurales qui dépendent de Mekorot sont souvent contraintes de rechercher des moyens supplémentaires, tels que des camions-citernes, ou d’autres, en raison de tous les dégâts provoqués sur les principales canalisations du réseau.

Les fermetures rigoureuses de nombreuses villes, aggravées par les check points, fixes et mobiles, et la multiplication des systèmes d’autorisation et de réglementation, empêchent souvent les camions-citernes - très souvent c’est le premier moyen de distribution de l’eau - d’arriver à destination.

Les équipes de maintenance ne peuvent réparer les vieux systèmes ou ceux qui sont défectueux, or beaucoup en ont désespérément besoin, depuis même avant l’Intifada.

Tragiques conséquences

La relation essentielle entre l’eau, les installations sanitaires et l’hygiène d’une communauté : Il ne faut pas être surpris si la santé publique en Palestine a souffert cruellement de l’occupation et des hostilités actuelles. L’utilisation obligée d’ "alternatives" a entraîné souvent la contamination des sources, un traitement inapproprié des eaux usées et des déchets, de même que l’impossibilité de monter une infrastructure de traitement de l’eau a abouti à une forte augmentation des maladies liées à l’eau. Infections de la peau, diarrhées et amibiases se sont largement répandues dans de nombreuses communautés.

Beaucoup de ces communautés ont rapporté des cas graves de cancer qui pourraient ne pas avoir de rapport avec l’eau et/ou avec les conditions sanitaires, mais qui justifient des investigations approfondies.

De toute façon, la faiblesse de la santé et les fréquentes infections sont souvent aggravées dans les communautés palestiniennes par la limitation, voire l’impossibilité d’accès aux Installations médicales et aux soins.

Le Mur

Tactique la plus récente de l’oppression et de la destruction par Israël.
Le Mur d’apartheid a une forte incidence sur ce qui touche à l’eau. Ce Mur, qui zigzague et s’étire sur plus de 730 km - 730 km de béton et de barbelé - morcelle la Cisjordanie à une vitesse alarmante, confisquant et détruisant les ressources et la terre palestiniennes dans le même temps. Construit et pénétrant de façon sensible à l’intérieur de la Cisjordanie (jusqu’à 16 km au niveau de la colonie Ariel), le tracé du mur vise clairement à accaparer les zones aquifères de la région, des sources capitales qu’Israël revendique haut et fort, refusant aux Palestiniens leurs droits à l’eau.

En outre et dans tous les cas, le Mur sépare des communautés de leurs sources, et dans beaucoup d’autres, il les détruit, il empêche les camions-citernes de se déplacer et paralyse l’accès à l’eau et les services nécessaires à la santé et au sanitaire. D’une façon générale, la réalisation du Mur, outil de transfert des populations et d’annexion des terres, aura des conséquences incommensurables dans tous les domaines de la vie palestinienne. Le Mur annexe et détruit les puits, isole les gens des principales sources et amplifie les autres mesures restrictives.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Une entreprise israélienne d’espionnage qui a pris contact avec Trump a commencé par proposer de sales tours contre BDS

    La société privée israélienne de renseignement qui a proposé de manipuler les médias sociaux pour la campagne de Trump avait offert un an plus tôt des services similaires à une association de donateurs juifs américains qui cherchaient à cibler ceux qui critiquent Israël, c’est ce que révèle un document obtenu par Forward.
    Fin 2015, l’entreprise privée israélienne de renseignement Psy-Group a pris contact avec une association ad hoc de donateurs juifs en lui proposant de saper en secret le mouvement de (...)

  • On récolte ce que l’on sème fait son bilan !

    Depuis sa sortie en mai 2018, le film du réalisateur palestinien Alaa Ashkar fait le bilan suivant : 20 festivals en France et ailleurs dont un prix du meilleur film documentaire 92 projections publiques en présence du réalisateur.
    Le film vient d’être sélectionné en avant première au Festival 48mm à Tel-aviv organisé par l’association Zokhrot (Projection prévue mi décembre).
    Contactez nous pour organiser une projection publique de l’un des films du réalisateur ! Par mail : contact@freebirdfilms.com (...)

  • Cuisine, art et littérature : comment Israël vole la culture arabe

    En tant que pays colonialiste, Israël s’est activement efforcé d’effacer l’existence des peuples autochtones sur les terres qu’il occupe, de manière à mieux s’approprier ces aspects de leur culture qui le font paraître « local » plutôt qu’implanté.
    La cuisine étant historiquement une production culturelle locale, Israël ne s’enorgueillit pas de bagels, de saumon fumé ou de carpe farcie – tous d’origine européenne – mais plutôt de fallafels, de houmous, d’huile d’olive et de la salade de tomates et de (...)