Les Amis d’Al-Rowwad

"Ton nom de Palestine" présenté par Olivia Elias le jeudi 2 mars !

Poésie et musique palestinienne à la librairie Résistances, jeudi prochain 2 mars, avec Olivia Elias qui présentera son nouveau livre "Ton Nom de Palestine", accompagnée à l’oud par Nadhir Bouabid !

Je vous parle d’un peuple qui tambourine
sans relâche aux portes de l’avenir
d’un pays relégué aux marges de l’histoire
Dans ce pays les petites Salma ont pour Nidal
les yeux de Chimène et rêvent d’épousailles
Ils grandiront auront des enfants
qui auront des enfants jusqu’à ce qu’une balle
en plein cœur interrompe le fil du récit
A quoi rêvent les enfants de Gaza ?
(...)

Olivia Elias, née à Haïfa, a vécu à Beyrouth, où sa famille s’était réfugiée, puis à Montréal et à Paris, où elle s’est installée au début des années 1980. En mai 2013 paraît son premier recueil de poèmes "Je suis de cette bande de sable", suivi en 2015 par" L’Espoir pour seule protection".

Dans "Ton nom de Palestine" l’histoire personnelle de l’auteure se mêle à l’histoire collective d’un peuple dépossédé, cheminant sur les chemins de l’exil serré sous "le manteau d’oliviers et de collines" de son pays-cœur-toujours-battant.

A NE PAS RATER JEUDI 2 MARS À PARTIR DE 19 H À LA LIBRAIRIE RÉSISTANCES !!

Librairie Résistances : 4 Villa Compoint 75017 Paris (angle 40 rue Guy Môquet)

Métro ligne 13 (Guy Môquet ou Brochant) - Bus 31 : Arrêt Davy-Moines( en face de la librairie)

TEL .01.42.28.89.52 - info@librairie-resistances.com - www.librairie-resistances.com

Entrée libre.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • À Gaza, un théâtre ambulant cherche à faire sourire les enfants

    Un théâtre ambulant parcourt les villes et les villages de la bande de Gaza pour soulager les enfants du stress psychologique causé par le siège

  • "C’est seulement à Gaza !"

    C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.
    C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.
    C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.
    C’est (...)

  • Ils montent le son à Gaza

    De l’extérieur, la bande de Gaza occupée apparaît comme un lieu de misère. Trois agressions militaires israéliennes acharnées depuis décembre 2008 ont causé une destruction indicible, faisant des milliers de morts, plus de 15 000 blessés, plus de 75 000 personnes sans-abri et un demi-million déplacées.
    Dans le même temps, un siège long d’une décennie a conduit les Palestiniens dans la bande côtière au bord de la catastrophe avec une infrastructure en lambeaux.
    Mais Gaza, c’est aussi le lieu d’un moral (...)