Les Amis d’Al-Rowwad

Signature d’une convention avec la compagnie Sîn

Première compagnie de théâtre à participer au Festival 2007, la compagnie Sîn montera son nouveau spectacle pour enfants "l’Arbre à Palabres". Une convention de coopération a été signée début juin entre la compagnie Sîn et les Amis d’Al Rowwad pour leur participation au festival 2007.

Le voyage de Fannie à la recherche de l’Arbre à Palabres de son grand père est une quête initiatique tout autour du bassin méditerranéen. Son parcours la mènera dans plusieurs pays, au contact de différentes cultures. Son regard d’enfant se posera avec étonnement sur des découvertes, incitant les jeunes spectateurs à se questionner sur les conditions de vie de leur voisin. Sa quête est celle du partage et de l’échange poétique et festif dans un monde où la méfiance prédomine. Isolés dans leurs « bulles », assaillis de publicités et d’objets sans saveurs, les enfants s’ennuient. Dans sa quête, Fannie prendra non seulement le dessus sur la morosité en retrouvant l’arbre magique et en retissant les liens de la parole, mais elle apprendra aussi beaucoup sur ses origines. Le spectacle s’inscrit dans un projet de diffusion en collaboration avec des structures culturelles de l’ensemble des pays de la Méditerranée et notamment dans les camps de réfugiés palestiniens. L’utilisation de différentes langues dans le spectacle, la musique, les jeux et les personnages traditionnels sont autant d’éléments qui viendront alimenter le canevas et permettre aux enfants de chacun des pays où le spectacle sera joué, de s’identifier à Fannie ou à l’un des personnages qu’elle rencontrera et de découvrir certains aspects d’autres pays de la Méditerrannée : une danse sévillane, le marché d’Antalya en Turquie, la tragédie des populations déplacées... L’Arbre à Palabre est un olivier, symbole méditerranéen de paix et d’abondance au-delà des frontières administratives, politiques, morales et religieuses. Le spectacle utilisera la marionnette, universelle grâce à la construction d’un langage non-verbal basé sur le geste et le mouvement, le théâtre d’ombres, familier aux pays du Proche-Orient, l’art du conteur s’exprimant dans plusieurs langues, et la musique au travers d’instruments traditionnels. Le projet restera ouvert tout au long de sa tournée aux échanges avec des artistes locaux. Telle musique, par exemple, préenregistrée pour des représentations en France, pourrait être jouée sur scène dans un autre pays par un artiste rencontré sur place.

L’association Sîn a pour but la création artistique et de favoriser les échanges interculturels, notamment avec les territoires occupés en Cisjordanie. Elle a créé depuis 1996 plusieurs spectacles (entre autres : Etat de Siège d’après Camus et La Mastication des Morts de Kermann) et a travaillé sur les techniques du théâtre d’intervention. Elle a fondé, en partenariat avec plusieurs regroupements d’artistes, le site Saint Jean d’Angély (la brèche, les diables bleus). Entre 2003 et 2006, l’association Sîn a centré son travail sur les échanges avec des artistes palestiniens. A la suite d’un de ses séjours, Sîn crée « Gilgamesh, le tyran qui ne voulait pas mourir », adaptation et mise en scène d’Emilien Urbach, au théâtre de la Méditerranée/Espace Comédia à Toulon. Ce spectacle bilingue français/arabe regroupait des comédiens français et palestiniens de l’Inad théâtre. Il traitait de la question de la femme, du sacré, de la guerre, de l’amitié... Ce spectacle a reçu l’aide à la création de la DRAC en 2004.

Association Sîn
33, rue Pairolière
06300 Nice
tel : 06 17 14 87 05
associationsin@yahoo.fr
http://www.sin-net.org



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Témoignages de Ziad Medoukh En direct de Gaza-vidéo- Ce vendredi 10 août 2018 Au lendemain de la destruction d’un centre culturel de Gaza

    En direct de Gaza
    Le vendredi 10 août 2018
    Devant le plus important centre culturel de la bande de Gaza
    Le centre culturel El-Misshal pour les jeunes et les enfants de Gaza, détruit totalement par l’aviation israélienne hier jeudi 9 août 2018.
    L’armée israélienne veut détruire la culture à Gaza
    L’armée la plus morale au monde veut priver les enfants de Gaza de leurs loisirs
    Message de Ziad Medoukh, citoyen palestinien de Gaza en direct de ce centre culturel bombardé et détruit totalement par (...)

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)