Les Amis d’Al-Rowwad

Samedi 11 novembre

Nous repartons en fin de matinée pour Naplouse. Une mauvaise piste nous permet d’éviter un check point, mais notre super taxi ne peut éviter celui de l’entrée de Naplouse. Nous le passons à pied, nous frayant un passage dans la foule s’écoulant lentement dans les deux sens entre les soldats pour le contrôle des papiers. Ici aussi, un soldat tient en joue les passants alors qu’un deuxième contrôle les papiers.

Un nouveau taxi nous mène au siège de DARNA. Nous retrouvons les 4 jeunes musiciens de cet été. Walid, le 5ème de la troupe, est mort il y a une semaine d’un problème cardiaque.

Nous passons la soirée en leur compagnie, invité par l’oncle d’un des garçons. Grande villa, narguilé sur la terrasse et même piano dans le salon... Comme la vie pourrait être douce ici.

Les soirées sont d’autant plus longues qu’à Naplouse aussi ne s’écoule pas une semaine sans 3 ou 4 descentes nocturne des jeeps israéliennes, entraînant à chaque fois morts et blessés. La ville sombre doucement dans le chaos. Quasiment plus de feux de signalisation en état de marche, et aucun n’est respecté, plus de police (l’armée israélienne a imposé des règles encadrant leur activité, les privant en pratique de toute efficacité), un éclairage public plus que défaillant, des hommes armés sans uniforme ni signe distinctif...
Beaucoup de voitures n’ont pas de plaque d’immatriculation : elles ont été volées en Israël, ou bien vendues pour une arnaque à l’assurance. Le fait d’en voir autant ici pose quelques questions sur l’efficacité du mur, des check points, etc... ou bien sur le niveau de corruption des gardes frontières.

Que ce soit à Jénine ou à Naplouse, visitées régulièrement par l’armée israélienne la nuit,on est bien loin de l’esprit d’Oslo, qui classe pourtant ces villes en zone A, c’est à dire sous autorité totale palestinienne.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)

  • Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

    L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.
    Cet événement important est organisé (...)