Les Amis d’Al-Rowwad

Samedi 11 novembre

Nous repartons en fin de matinée pour Naplouse. Une mauvaise piste nous permet d’éviter un check point, mais notre super taxi ne peut éviter celui de l’entrée de Naplouse. Nous le passons à pied, nous frayant un passage dans la foule s’écoulant lentement dans les deux sens entre les soldats pour le contrôle des papiers. Ici aussi, un soldat tient en joue les passants alors qu’un deuxième contrôle les papiers.

JPEG - 47.9 ko

Un nouveau taxi nous mène au siège de DARNA. Nous retrouvons les 4 jeunes musiciens de cet été. Walid, le 5ème de la troupe, est mort il y a une semaine d’un problème cardiaque.

Nous passons la soirée en leur compagnie, invité par l’oncle d’un des garçons. Grande villa, narguilé sur la terrasse et même piano dans le salon... Comme la vie pourrait être douce ici.

Les soirées sont d’autant plus longues qu’à Naplouse aussi ne s’écoule pas une semaine sans 3 ou 4 descentes nocturne des jeeps israéliennes, entraînant à chaque fois morts et blessés. La ville sombre doucement dans le chaos. Quasiment plus de feux de signalisation en état de marche, et aucun n’est respecté, plus de police (l’armée israélienne a imposé des règles encadrant leur activité, les privant en pratique de toute efficacité), un éclairage public plus que défaillant, des hommes armés sans uniforme ni signe distinctif...
Beaucoup de voitures n’ont pas de plaque d’immatriculation : elles ont été volées en Israël, ou bien vendues pour une arnaque à l’assurance. Le fait d’en voir autant ici pose quelques questions sur l’efficacité du mur, des check points, etc... ou bien sur le niveau de corruption des gardes frontières.

Que ce soit à Jénine ou à Naplouse, visitées régulièrement par l’armée israélienne la nuit,on est bien loin de l’esprit d’Oslo, qui classe pourtant ces villes en zone A, c’est à dire sous autorité totale palestinienne.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • « Israël » aboie : les prisonniers palestiniens sont debout

    Les prisonniers palestiniens ont entamé une grève de la faim collective, à partir du 17 avril, la journée nationale du prisonnier palestinien. 1500 prisonniers détenus dans la plupart des prisons sionistes, sur le total de 7500, ont rejoint la grève, annoncée par Marwan Barghouty, dirigeant au Fateh. Les grévistes appartiennent à la plupart des mouvements de résistance. Ils réclament la cessation des pratiques immorales et inhumaines à leur encontre, et d’être considérés comme des êtres humains. Ils (...)

  • Barcelone : un pas de plus vers une « Zone libre d’apartheid » !

    LE CONSEIL MUNICIPAL DE BARCELONE a voté aujourd’hui en session plénière une déclaration officielle qui favorise l’inclusion dans les contrats signés notamment avec des entreprises liées à l’occupation israélienne en Palestine, de clauses assurant le respect des droits des êtres humains. « La reconnaissance par la municipalité de Barcelone du droit à défendre les droits des Palestiniens par des actions non violentes de BDS n’est pas simplement le triomphe de la liberté d’expression et des droits (...)

  • Grève de la faim « Liberté et Dignité » : dès le premier jour, le régime sioniste impose une série de mesures punitives aux grévistes palestiniens

    Alors que plus de 1.600 prisonniers politiques palestiniens ont lancé, lundi 17 avril, une grève de la faim illimitée pour protester contre leurs conditions d’incarcération indignes, le service pénitentiaire du régime sioniste n’a pas tardé une série de mesures punitives contre les prisonniers, en particulier ceux qui mènent la grève. Dans un communiqué publié lundi soir 17 avril, la Commission palestinienne des affaires des prisonniers indiquait que dès le premier jour de grève, des responsables du (...)