Les Amis d’Al-Rowwad

SEMINAIRE CAEN 11 AVRIL 2018 Pratiques et pensées de l’émancipation

Préoccupations centrales de la modernité, les pensées et pratiques sociales de l’émancipation ont connu un reflux à partir de la deuxième moitié du XXème siècle. Herbert Marcuse parlait déjà dans les années 1960 d’un « engourdissement de la critique » et de nombreux mouvements sociaux ont eu tendance à se replier sur des positions de défense des “acquis sociaux” ou à porter des revendications sectorielles sans projet politique global. Les expériences désastreuses du « socialisme ayant réellement existé » et les mutations du capitalisme capable, de façon partielle et temporaire, de dépasser ses contradictions et d’intégrer ses oppositions, peuvent expliquer que ce système occupe aujourd’hui une situation de monopole sur les principales formes d’organisations sociales, et que nombre d’alternatives aient été avortées, discréditées ou récupérées. L’hégémonie capitaliste a ainsi disqualifié les pensées et les pratiques critiques et radicales qui se donnaient pour objectif l’émancipation de l’être humain et de la société face à toutes les formes de domination. En effet, aux rapports sociaux de classe, s’ajoutent et s’articulent d’autres formes de discrimination liées au genre ou à la “racisation”, qui s’inscrivent dans le corps et l’esprit des individus et dont le capitalisme a su tirer profit. La « fin » des idéologies et des grands récits peut être interprétée comme l’incapacité du monde intellectuel à élaborer de nouvelles lectures du capitalisme et à interroger le dépassement de cet ordre social en lien avec les acteurs du mouvement social.

Toutefois, depuis plusieurs années, on assiste à un retour des pensées et des pratiques de l’émancipation dans un contexte de crises majeures révélant un désastre social et environnemental chaque jour plus criant. Des “révolutions socialistes” latino-américaines au “printemps arabe”, du mouvement contre le CPE au mouvement contre la loi LRU, des “contis” au mouvement des retraites, de la “Zone À Défendre” aux camps “No Border”, des opérations “d’auto-réduction” au “glanage”, des expériences subsistent ou émergent entrant en résistance contre l’ordre social contemporain et aspirant à d’autres modes de vie. Ces pratiques hétérogènes s’inscrivent tantôt de manière ponctuelle dans la mise en place immédiate d’expérimentations de nouveaux rapports sociaux, tantôt dans la construction de mouvements sociaux aux formes plus ou moins classiques, ou encore de manière sérielle et graduelle dans la perspective d’un projet politique à long terme. Dans le champ universitaire, on assiste à un retour des pensées critiques s’appuyant sur des auteurs tels qu’Henri Lefebvre, David Harvey, Judith Butler, Nancy Fraser ou Frédéric Lordon, ainsi qu’à l’organisation de manifestations scientifiques sur la question de l’émancipation, à l’instar du colloque de géographie “Espace et rapports sociaux de domination” à Marne-La-Vallée en septembre 2012 ou du colloque de sociologie “Penser l’émancipation” à Lausanne en octobre 2012 et à Nanterre en février 2014.

Dans la continuité de ces initiatives, nous souhaitons interroger la question de l’émancipation dans le cadre d’un séminaire organisé par les laboratoires ESO Caen et CERReV. La volonté de d’associer pratiques et pensées de l’émancipation n’est pas à comprendre comme une juxtaposition de deux démarches séparées, mais au contraire comme deux facettes indissociables d’un même processus qui s’éclairent mutuellement et qui constituent ce que le philosophe Antonio Gramsci appelait la praxis. Des chercheur•euse•s, des étudiant•e•s et des acteur•rice•s de mouvements sociaux sont ainsi invités à contribuer à la construction d’une réflexion collective sur les limites des alternatives passées au modèle hégémonique et sur l’actualité des pratiques et des pensées de l’émancipation.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Trump peut remettre son "deal du siècle" dans sa culotte !

    Du fric... demandé aux pays arabes... pour améliorer la situation économique des Palestiniens, mais en échange du renoncement de ces derniers à leur indépendance et à tous leurs droits, la réponse est unanime : c’est NON !
    Ils peuvent toujours se réunir à Bahrein en ce moment, l’ensemble des Palestiniens, y compris l’Autorité Palestinienne et les hommes d’affaires palestiniens ont déjà rejeté le fameux plan, plein de mépris et de racisme, dont Jared Kushner a révélé l’essentiel du contenu.
    Sans le moindre (...)

  • La mention « colonie israélienne » obligatoire pour les aliments, selon l’avocat de la CJUE

    Selon l’avocat général de la Cour de Justice de l’Union européenne, dont l’avis est le plus souvent suivi en dernière instance par les juges, le consommateur doit être informé lorsqu’un produit alimentaire provient des colonies israéliennes.
    L’affaire remonte à 2016, quand le gouvernement français a publié un avis aux opérateurs économiques indiquant que les denrées alimentaires en provenance des territoires occupés par Israël devaient porter la mention « colonie israélienne » ou des termes équivalents. (...)

  • Appel à action : Non à une résolution par l’assemblée nationale condamnant la critique de l’état d’Israël !

    LE SAVIEZ VOUS ?
    Le député Sylvain Maillard, président du groupe d’études sur l’antisémitisme, a proposé à d’autres députés de voter une résolution visant à assimiler la critique légitime du régime israélien à de l’antisémitisme.
    Contactez vos députés pour leur demander de s’opposer à cet amalgame honteux !
    ECRIVEZ A VOS DEPUTES dont l’adresse est ici :
    http://www2.assemblee-nationale.fr/qui
    Le texte de cette résolution est consultable ici : Proposition de résolution définition IHRA (mai 2019).
    Il est (...)