Les Amis d’Al-Rowwad

Résister avec les caméras, lancer des images de Aida

Un témoignage de Samira :

Le Centre Culturel Al-Rowwad a lancé Images for life, un projet communautaire de photographie et de video dans le camp de réfugiés d’Aida en Palestine. Les 40 participants ( 20 jeunes et 20 adultes) sont maintenant dans leur 5ème mois de formation.

Images for life donne aux Palestiniens l’opportunité de dire par eux-mêmes leurs histoires à leurs familles, à leurs communautés, et au monde à travers leurs images. C’est le premier centre communautaire qui propose une formation d’une telle ampleur en photographie et en vidéo dans un camp de réfugiés en Palestine à des personnes qui n’ont pas facilement accès à ces moyens d’expression.

Ce projet a notamment attiré des personnes non seulement du camp d’Aida, mais aussi des villages environnants, de Jérusalem et même aussi loin que Hébron… Dans cette région du monde où les medias sont tellement focalisés sur la violence et le conflit, ce projet met les appareils-photo et les caméras entre les mains des personnes locales. Elles peuvent ainsi montrer leur vision des choses.

Le groupe est maintenant au milieu du déroulement du programme de formation. Les participants envisagent ensuite d’utiliser leur formation professionnelle pour réaliser des travaux collectifs ou individuels. En tout, le projet va durer deux ans avec l’espoir qu’il continuera au Centre Culturel Al-Rowwad et qu’il encouragera également des formations similaires dans d’autres communautés. L’idée du projet est née après le succès d’un atelier d’été de photographie avec des jeunes l’année dernière.

En audiovisuel, Al Rowwad avait par ailleurs déjà produit deux court-métrages : The exam et The Nakba. Abdelfattah Abusrour, directeur du Centre Culturel Al-Rowwad et Anne, la coordinatrice pour Images for Life, ont développé ce projet. Anne explique les raisons de son engagement à Al-Rowwad : "Je photographiais la construction du Mur dans le camp d’Aida et j’ai fini par connaître les personnes du Centre Culturel Al-Rowwad. J’ai été très touchée par leur approche de l’art comme moyen de résister. Je voulais travailler directement avec une communauté et partager ma passion pour la photographie." Le Centre a ensuite reçu des subventions du Consulat Français pour lancer le projet. Images for Life propose une formation de photographie et de vidéo et a son centre permanent à Al-Rowwad, avec équipement, matériel de formation, et espace de travail.

Après la formation, les participants pourront travailler indépendamment, en utilisant les ressources d’Al-Rowwad, pour développer leurs propres projets, et pour devenir eux-mêmes formateurs pour d’autres projets. Images for Life s’est associé à plusieurs autres organisations et volontaires internationaux pour coordonner différents ateliers et événements pour les participants et la communauté. Tomacsz, un photographe polonais, et Jonathan, un photographe américain, sont venus à Aida en juin pour donner des ateliers de photographie, et installer une chambre noire, probablement la seule chambre noire accessible aux jeunes en Palestine. Les élèves en photographie ont également participé à une compétition internationale de photographie en juin, et des expositions sont prévues pour septembre.

En audiovisuel, il y a eu des projections à Al-Rowwad qui ont été bien reçues par la communauté, avec jusqu’à 150 personnes présentes. En août, deux françaises sont aussi venues organiser "Silent Moon festival", un festival de films muets en plein air. Les films ont été projetés directement sur le Mur, et les enfants du camp ont pu decouvrir ainsi Buster Keaton. L’année prochaine, il est prevu d’organiser "Moving Movies" des sessions en plein air dans differents camps de refugiés. Les participants d’ Images for Life ont déjà commencé à capturer de belles et émouvantes images.

A mesure que la formation progresse, ils commencent à développer des idées pour leurs propres projets : les desirs de films et de documentaries à réaliser foisonnent. Le groupe en audiovisuel travaille à un court film de fiction, ainsi qu’à un projet d’histoire orale qui recueille des témoignages de générations plus anciennes du camp. "Je veux remercier Anne parce que ce projet nous donne une chance magnifique. Nous avons appris à critiquer ce que l’on voit et à ne pas accepter les choses comme elles sont", dit Samira. "C’est intéressant de travailler ensemble en tant qu’équipe ; vous devez oublier les autres problèmes et travailler vers un but. Maintenant nous commençons à créer nos histoires en images pour le monde."

Images for Life recherche actuellement d’autres partenaires pour ce projet, tels que des professionnels qui peuvent animer des ateliers ou donner leur expertise, du matériel pour les formations, des équipement, et des financements à long terme. Les groupes des jeunes sont également intéressés par l’établissement d’échanges avec d’autres groupes de jeunes qui travaillent également la photographie et l’audiovisuel au niveau international. Pour plus d’informations, pour vous porter volontaire, pour établir un partenariat avec nous, ou faire des donations, veuillez contacter imagesforlife@gmail.com.

... parce que nous croyons au pouvoir des images pour changer le monde et résister. www.imagesforlifeonline.com.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Témoignages de Ziad Medoukh En direct de Gaza-vidéo- Ce vendredi 10 août 2018 Au lendemain de la destruction d’un centre culturel de Gaza

    En direct de Gaza
    Le vendredi 10 août 2018
    Devant le plus important centre culturel de la bande de Gaza
    Le centre culturel El-Misshal pour les jeunes et les enfants de Gaza, détruit totalement par l’aviation israélienne hier jeudi 9 août 2018.
    L’armée israélienne veut détruire la culture à Gaza
    L’armée la plus morale au monde veut priver les enfants de Gaza de leurs loisirs
    Message de Ziad Medoukh, citoyen palestinien de Gaza en direct de ce centre culturel bombardé et détruit totalement par (...)

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)