Les Amis d’Al-Rowwad

Rencontre à Sciences PO le 3 octobre

A la découverte du théâtre palestinien

Connaissez-vous le théâtre palestinien ? Etes-vous déjà allé à Hébron ? Avez-vous entendu parler du Yes Théâtre ?
Les comédiens du Yes Théâtre d’Hébron ont défié les obstacles administratifs de la demande de visa, les interrogatoires et contrôles à l’aéroport et le voyage par la Jordanie pour atterrir en France. A Paris, à Saint-Denis ou à Clermont-Ferrand, ils sillonnent le pays pour présenter leur spectacle 3 en 1 : une création collective qui interroge l’utilité et la perception du théâtre par la société palestinienne. A quoi sert le théâtre dans une ville qui ne cesse d’être colonisée en plein cœur ? Voici la question à laquelle ces trois artistes nous proposent de réfléchir.
A l’occasion de cette tournée organisée par « Les Amis d’Al Rowwad », les comédiens du Yes Théâtre, par cette rencontre, font découvrir plus largement une pratique riche et méconnue de résistance par la culture.
Ondine Oberlin, auteure d’un mémoire sur « Les enjeux de la création théâtrale des Palestiniens » introduit la rencontre en donnant un aperçu général des conditions de production et de diffusion du théâtre Palestinien aujourd’hui. Les comédiens du Yes Théâtre présentent à leur tour les aspirations artistiques de la compagnie et les activités socioculturelles qu’ils mènent avec les jeunes de la ville. Yazid Zahdah, président du Yes Théâtre, expose la situation particulièrement hostile de la ville d’Hébron et son impact sur la création théâtrale. Cette présentation est suivie d’un moment d’échanges avec le public où intervenants et spectateurs imaginent ensemble l’avenir de la création théâtrale palestinienne.

A l’Institut d’Etudes Politiques de Paris
Sciences PO
28 rue des Saints Pères, 75007 Paris
Amphithéâtre Albert Caquot
Le vendredi 3 octobre à 19h15



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • « Israël » aboie : les prisonniers palestiniens sont debout

    Les prisonniers palestiniens ont entamé une grève de la faim collective, à partir du 17 avril, la journée nationale du prisonnier palestinien. 1500 prisonniers détenus dans la plupart des prisons sionistes, sur le total de 7500, ont rejoint la grève, annoncée par Marwan Barghouty, dirigeant au Fateh. Les grévistes appartiennent à la plupart des mouvements de résistance. Ils réclament la cessation des pratiques immorales et inhumaines à leur encontre, et d’être considérés comme des êtres humains. Ils (...)

  • Barcelone : un pas de plus vers une « Zone libre d’apartheid » !

    LE CONSEIL MUNICIPAL DE BARCELONE a voté aujourd’hui en session plénière une déclaration officielle qui favorise l’inclusion dans les contrats signés notamment avec des entreprises liées à l’occupation israélienne en Palestine, de clauses assurant le respect des droits des êtres humains. « La reconnaissance par la municipalité de Barcelone du droit à défendre les droits des Palestiniens par des actions non violentes de BDS n’est pas simplement le triomphe de la liberté d’expression et des droits (...)

  • Grève de la faim « Liberté et Dignité » : dès le premier jour, le régime sioniste impose une série de mesures punitives aux grévistes palestiniens

    Alors que plus de 1.600 prisonniers politiques palestiniens ont lancé, lundi 17 avril, une grève de la faim illimitée pour protester contre leurs conditions d’incarcération indignes, le service pénitentiaire du régime sioniste n’a pas tardé une série de mesures punitives contre les prisonniers, en particulier ceux qui mènent la grève. Dans un communiqué publié lundi soir 17 avril, la Commission palestinienne des affaires des prisonniers indiquait que dès le premier jour de grève, des responsables du (...)