Les Amis d’Al-Rowwad

Regard sur la Palestine


Une troupe de jeunes Palestiniens issus des camps de réfugiés se produit demain soir à 20 heures, à la salle municipale, dans le cadre d’échanges culturels

Par : Marine Ferri

Libourne
La société des Amis d’Al Rowwad organise pour la troisième année consécutive une tournée théâtrale et musicale à travers l’Europe et la Belgique. Ce centre culturel a été créé par Abdelfattah Abu Srur au sein du camp de réfugiés palestiniens d’Aïda à Bethléem. Après un passage à Bordeaux en 2006, la joyeuse troupe, composée de 19 adolescents, revient dans la région et fait escale à Libourne, où elle donnera un spectacle vendredi à 20 h 30 à la salle municipale. Malgré leur jeune âge, les membres de la troupe ont tous reçu une solide formation et proposent un spectacle de professionnels. À l’exemple de la représentation donnée à l’Institut du monde arabe à Paris, ils remportent un grand succès dans chacune des villes étapes. Au programme de la soirée : musique, danse traditionnelle (la Dabka), exposition photographique, chants et théâtre. Des stands permettront également de promouvoir l’artisanat palestinien auprès des Libournais. La troupe présentera une pièce d’Abdelfattah Abu Srur intitulée « la Faute au loup », adaptation revue et corrigée du « Petit Chaperon rouge » et de plusieurs contes d’Andersen.
Les associations de la région se préparent depuis un an à l’accueil de la troupe

« Tout ce qui travaille au développement de la culture travaille aussi contre la guerre. » En faisant de cette citation d’Albert Einstein leur devise, les Amis d’Al Rowwad tentent de transformer la violence en source de création. Ils recherchent à travers l’échange culturel, un moyen de lutter contre le repli communautaire de ces réfugiés du camp d’Aïda dont les parents furent chassés de Palestine en 1948 lors de son occupation.

L’ambition de cette tournée est d’inciter le public à porter un regard nouveau sur le peuple palestinien et notamment sur ses jeunes. La création et le partage culturel doivent prendre le pas sur le malheur et la compassion. Chaque déplacement est l’occasion de créer des contacts directs entre les populations locales et les membres de la troupe. Les hébergements se font donc dans des familles d’accueil (une quinzaine à Libourne) et de nombreuses rencontres avec les jeunes de groupes artistiques locaux sont également organisées. La réalisation de ce projet parrainé par l’Unesco a demandé un travail de longue haleine de la part des partenaires locaux. En effet, dépendant de nombreux paramètres comme l’élaboration du budget ou l’obtention de tous les visas, la manifestation a failli ne pas se renouveler cette année.

Les associations de la région comme Repères, les amis du Monde Diplomatique ou Palestine 33 préparent l’accueil de la troupe depuis près d’un an et ont mobilisé toute leur énergie dans ce projet qui leur tenait à coeur. Elles fondent beaucoup d’espoir sur le passage de la troupe à Libourne et espèrent que cela suscitera, chez les Libournais, un intérêt plus profond pour la cause palestinienne.

Salle municipale, 1, rue Montesquieu. Tarifs 7 euros, gratuit pour les moins de 12 ans. Pour plus de renseignements : 05 57 25 20 37/06 61 98 51 28 www.amis-alrowwad.org



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Cuisine, art et littérature : comment Israël vole la culture arabe

    En tant que pays colonialiste, Israël s’est activement efforcé d’effacer l’existence des peuples autochtones sur les terres qu’il occupe, de manière à mieux s’approprier ces aspects de leur culture qui le font paraître « local » plutôt qu’implanté.
    La cuisine étant historiquement une production culturelle locale, Israël ne s’enorgueillit pas de bagels, de saumon fumé ou de carpe farcie – tous d’origine européenne – mais plutôt de fallafels, de houmous, d’huile d’olive et de la salade de tomates et de (...)

  • Ségrégation géographique en Palestine : Google Maps épinglé

    Pourriez-vous imaginer que l’application Google Maps, sur votre propre smartphone, puisse vous mettre en danger ? Ou nier l’existence de votre ville, village ou même de votre pays ? Cela paraît inimaginable mais, pourtant, cela est bien réel.
    C’est ce que vient de démontrer l’ONG palestinienne 7amleh – Le centre arabe pour le développement des médias sociaux – dans son rapport publié mardi 18 septembre, intitulé « Ségrégation cartographique : Google Maps et les droits de l’homme des Palestiniens ». (...)

  • Nous avons perdu notre théâtre à Gaza

    Le théâtre ASHTAR condamne avec une grande rage et une profonde douleur l’attaque brutale de
    l’occupation israélienne sur le théâtre Al Mishal à Gaza, qui a réduit à zéro l’immeuble de six étages.
    Al Mishal était le siège du groupe de jeunes d’ASHTAR à Gaza depuis 2008. Il avait été le lieu de
    plusieurs productions du théâtre ASHTAR ; « Les Monologues de Gaza », « Roméo et Juliette à Gaza »,
    « Hanin », « Le Jardin des Fleurs », « Les Enfants d’Hercule » et beaucoup d’autres…
    Les atrocités de l’occupant se sont (...)