Les Amis d’Al-Rowwad

Projections-débat : Courts métrages palestiniens. Organisée par le festival Ciné-Palestine les 10 et 12 décembre

Dimanche 10 décembre à 16h
THE PARROT (le perroquet) de Darin J. Salam, Amjad Al-Raseed (2016, 18 min)

Peu de temps après la déclaration de création de l’État d’Israël en 1948, une famille juive Mizrahi émigre de la Tunisie vers la Palestine. Moussa, un chef de famille anxieux, son épouse Rachel et leur fille de sept ans, Aziza, essaient de prendre leurs marques dans la ville de Haifa. En emménageant dans la maison qui leur a été attribuée, la famille découvre avec surprise la précipitation dans laquelle les anciens occupants palestiniens ont dû quitter les lieux. Parmi les choses qu’ils laissent derrière eux, la famille juive en découvre une particulièrement troublante : un perroquet parlant appelé Saeed.

LIVING OF THE PIGEON (La vie du pigeon) de Baha’ Abu Shanab (2015, 16 min)

Checkpoint 300, entre Bethléem et Jérusalem. Un aperçu troublant et surréaliste des allées et venues quotidiennes pendant "l’heure de pointe", aux premières heures du matin.

FIVE BOYS AND A WHEEL (5 garçons et une roue) de Said Zagha (2016, 19 min)

Un jeune père doit aider son fils à régler un conflit trivial avec les voisins. Alors que les parents de chacune des familles sont convoqués pour discuter du problème en question, les débats tournent rapidement hors de contrôle, mettant ainsi les valeurs du père à l’épreuve.

AYNY- MY SECOND EYE (mon deuxième oeuil) de Ahmad Saleh (2016, 11 min)

Deux garçons ont besoin de ne faire qu’un afin de réaliser leur plus grand rêve. Une guerre cruelle s’est emparée de la maison de deux frères. Leur mère les protège sous ses bras et cultive la graine de leur nouvelle vie, inquiète que ses fils se retrouvent en danger s’ils quittent la maison. Mais les garçons poursuivent leur rêve de jouer d’un instrument de musique dont ils sont tombés amoureux : un magnifique oud. Ils ramassent de la ferraille afin de gagner de l’argent et découvrent que la peur de leur mère était justifiée. Mais, tout comme les oiseaux puissants voleront toujours, les deux garçons se transforment en un afin de dépasser leur traumatisme.

Présentation-projection autour du livre « Refuzniks » dire non à l’armée en Israël, aux éditions Libertalia
Mardi 12 décembre 2017 à 19h

En présence de l’auteur Martin Barzilai et de Mathieu Léonard qui a participé au travail éditorial de l’ouvrage.

Dire non à l’armée en Israël.

Ils s’appellent Tamar, Yaron ou Gal, ils sont étudiants, agriculteurs, postiers, anciens officiers ou parlementaires. Ils vivent à Tel Aviv ou à Jérusalem, ils ont 20, 40 ou 60 ans.
Entre 2007 et 2017, le photographe Martin Barzilai a rencontré à plusieurs reprises une cinquantaine de ces Israéliens dits « refuzniks », qui refusent, pour des raisons politiques ou morales, de servir une société militarisée à l’extrême où le passage par l’armée est constitutif de la citoyenneté.
En filigrane, ces refuzniks racontent toute l’histoire d’Israël, ses failles et ses contradictions, son caractère pluriel. Et dressent le portrait d’une société où tout devra être repensé pour construire un futur moins sombre.
L’auteur

Martin Barzilai est né à Montevideo, en Uruguay. Il obtient en 1994 le diplôme de l’École nationale supérieure Louis-Lumière à Paris. Il parcourt ensuite l’Amérique du Sud, où il s’intéresse aux problèmes politiques et sociaux. Il réalisera aussi plusieurs reportages en Israël-Palestine et en Tunisie. Il collabore à de nombreux titres de presse français (Le Monde, Télérama, Courrier international, L’Obs) et internationaux (New York Times, Time Out). Il conjugue commandes de presse et travail indépendant.
http://www.editionslibertalia.com/catalogue/hors-collection/refuzniks



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Un poète palestinien choisi pour être le symbole de la culture arabe en 2018

    Le très regretté poète palestinien Mahmoud Darwish a été choisi pour être le symbole de la culture arabe en 2018, rapporte vendredi l’agence de presse Safa. La décision a été prise par le Comité Permanent pour la Culture Arabe, qui s’est réuni dans la ville marocaine de Casablanca afin de présenter sa vision des activités culturelles arabes.
    Le vice-président du Comité, Jad Izzat Al-Ghazzawi, a insisté sur le besoin de prendre en considération le patrimoine de Jérusalem, ainsi que le patrimoine (...)

  • La réponse palestinienne à l’annonce des États-Unis de la reconnaissance de Jérusalem comme la capitale d’Israël

    La nouvelle vient de paraître que le président Trump prévoit de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, et qu’il annoncerait sa décision demain.
    Alors que nous attendons l’annonce officielle, nous imaginons déjà les potentielles répercussions. Toutes les factions palestiniennes ont appelé à des journées de protestations de masse.
    Le Comité National BDS palestinien (BNC), la plus grande coalition de la société civile palestinienne, dirige le mouvement mondial de BDS pour les droits des Palestiniens, (...)

  • Enorme succès du Théâtre de la Liberté de Jénine à New York !

    Le Freedom Theater, qu’Israël a tout fait pour empêcher de sortir de Jénine et de se rendre aux Etats-Unis, vient de remporter un énorme succès à New York, avec une salle comble pour ses 10 représentations de sa pièce "Le Siège" !
    La pièce, qui représente une brillante commémoration de la résistance à l’occupation, à l’intérieur de l’église de la Nativité à Bethléem en 2002, avait été censurée pendant plus d’un an aux USA.
    Mais les organisateurs américains de la tournée ont finalement réussi à vaincre les (...)