Les Amis d’Al-Rowwad

Philippe Karsenty, le calomniateur de Charles Enderlin, enfin condamné

La Cour de Cassation vient de rejeter le pourvoi formé par Philippe Karsenty, condamné pour diffamation du correspondant de France 2 en Israël Charles Enderlin. Ce qui rend la décision définitive.

Mais à notre connaissance, la majorité des merdias se sont bien gardés de traiter le sujet, qui a pourtant défrayé la chronique de manière aussi prolongée.
La Cour d’Appel de Paris avait condamné en juin 2013 l’agent provocateur Philippe Karsenty à verser 7.000 € de dommages et intérêts à Charles Enderlin, victime d’une campagne de haine de la part du lobby sioniste pendant près de quinze ans.
Karsenty a accusé de manière répétée Charles Enderlin d’avoir inventé la mort, sous les balles israéliennes, de l’enfant palestinien Mohammed Al Dura, le 30 septembre 2000 dans la bande de Gaza.
Charles Enderlin et la chaîne ont eu beau fournir toutes les preuves qu’ils avaient travaillé de manière professionnelle pour apporter à leur public une information la plus exacte possible, rien n’y a fait.
Karsenty avait reçu le soutien d’une meute de chacals, allant de la « Ligue de Défense Juive » à Finkielkraut, en passant par l’ex-président du CRIF Richard Prasquier, sans oublier les « journalistes » type Elisabeth Levy, Daniel Leconte ou Luc Rosenzweig, ni le sioniste « libéral de gauche » Elie Barnavi, tous unis dans leur théorie du complot : « l’enfant Mohammed Al Dura n’est pas mort ; en faisant un reportage bidon, diffusé dans le monde entier, Enderlin a présenté les soldats israéliens comme des tueurs d’enfants ; sans lui il n’y aurait pas eu la deuxième intifada ! ». Peu importe évidemment à ces individus que dans le monde réel, depuis 2000, plus de 2.000 enfants palestiniens aient été assassinés par l’armée israélienne.
Enderlin avait donc porté plainte pour diffamation, et obtenu une première condamnation de Karsenty en 2006. En 2008 cependant, la Cour d’appel de Versailles relaxait Karsenty, non pas parce qu’il n’aurait pas tenu de propos diffamatoires, mais au bénéfice de la « bonne foi ».
Charles Enderlin et France Télévisions formaient alors un pourvoi devant la Cour de Cassation, qui, en 2012, cassait la décision de la Cour d’Appel et renvoyait l’affaire devant une autre chambre. Et le 26 juin 2013, la Cour d’appel de Paris donnait raison à Enderlin, condamnant Karsenty.
Charles Enderlin a publié un livre très éclairant sur la campagne de haine dont il a été la cible pendant tant d’années, intitulé « Un enfant est mort »*.
Un enfant est mort - Netzarim, 30 septembre 2000 (Charles Enderlin, éditions Don Quichotte, 204 pages, 18 €)



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)

  • Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

    L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.
    Cet événement important est organisé (...)