Les Amis d’Al-Rowwad

Nouvelle arrestation de jeunes au camp d’Aida

Par Abed Abou Srour

Les jours sombres continuent. Durant ces trois dernières nuits, les soldats de l’armée d’occupation israélienne ont continué leurs incursions illégales dans le camp d’Aida et la région de Bethléem, comme dans quantité de villes et de camps de réfugies palestiniens. Pendant la nuit du 10 au 11 janvier, ils ont à nouveau fait irruption dans le camp et arrêté des jeunes et des enfants. Cette fois-ci, ils sont entrés dans la maison de mes parents dont ils ont brisé la porte. La maison est normalement utilisée pour héberger des volontaires étrangers et pour stocker les équipements pour le centre culturel. Heureusement, il n’y a pas de volontaires ces temps-ci, mais je ne sais pas ce qui s’est passé. Le fils de mon cousin, Arafa Abdelrahman Abusrour (14 ans) et d’autres adolescents ont été arrêtés par l’armée d’occupation : Mohammad Reyad Rashid Abusrour (19 ans), Salah Darwich (17 ans), Hussein AbedRabbah (17 ans), Mohammed Abdelaziz Abusrour (17 ans), Ibrahim Adel Abusrour (16 ans), Naseem Mitwaly (17 ans), les jumeaux haleel et Mahmous AlOk, etc....

Et c’est ainsi que commence une nouvelle année avec beaucoup d’espoirs et de malheurs. Vive les droits de l’Homme et les lois internationales... vive l’hypocrisie, le silence et la complicité avec l’injustice... vive toutes ces attaques contre les enfants, pour construire le pire avenir possible pour une génération qui ne connaîtra rien d’autre que la violence, les agressions et les attaques de l’armée d’occupation israélienne*.

Je vous souhaite une bonne année.

Abed

* Le texte parle de l’armée offensive israélienne, par dérision pour ce que les Israéliens appellent l’IDF (armée israélienne de défense).



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)

  • Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

    L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.
    Cet événement important est organisé (...)