Les Amis d’Al-Rowwad

Nouvelle arrestation de jeunes au camp d’Aida

Par Abed Abou Srour

Les jours sombres continuent. Durant ces trois dernières nuits, les soldats de l’armée d’occupation israélienne ont continué leurs incursions illégales dans le camp d’Aida et la région de Bethléem, comme dans quantité de villes et de camps de réfugies palestiniens. Pendant la nuit du 10 au 11 janvier, ils ont à nouveau fait irruption dans le camp et arrêté des jeunes et des enfants. Cette fois-ci, ils sont entrés dans la maison de mes parents dont ils ont brisé la porte. La maison est normalement utilisée pour héberger des volontaires étrangers et pour stocker les équipements pour le centre culturel. Heureusement, il n’y a pas de volontaires ces temps-ci, mais je ne sais pas ce qui s’est passé. Le fils de mon cousin, Arafa Abdelrahman Abusrour (14 ans) et d’autres adolescents ont été arrêtés par l’armée d’occupation : Mohammad Reyad Rashid Abusrour (19 ans), Salah Darwich (17 ans), Hussein AbedRabbah (17 ans), Mohammed Abdelaziz Abusrour (17 ans), Ibrahim Adel Abusrour (16 ans), Naseem Mitwaly (17 ans), les jumeaux haleel et Mahmous AlOk, etc....

Et c’est ainsi que commence une nouvelle année avec beaucoup d’espoirs et de malheurs. Vive les droits de l’Homme et les lois internationales... vive l’hypocrisie, le silence et la complicité avec l’injustice... vive toutes ces attaques contre les enfants, pour construire le pire avenir possible pour une génération qui ne connaîtra rien d’autre que la violence, les agressions et les attaques de l’armée d’occupation israélienne*.

Je vous souhaite une bonne année.

Abed

* Le texte parle de l’armée offensive israélienne, par dérision pour ce que les Israéliens appellent l’IDF (armée israélienne de défense).



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Wardi : 70 ans après la Nakba, l’espoir est toujours vivant

    Les trop rares films palestiniens, ou faisant entendre des voix palestiniennes, sont souvent de beaux films ; malgré leurs mauvaises dispositions, les critiques, lorsqu’ils en parlent, au lieu de le nier, mettent plutôt en œuvre divers procédés pour les affaiblir et les neutraliser. Il est donc intéressant de jeter un coup d’œil sur quelques sites de cinéma avant de parler du film lui-même.
    aVoir-aLire introduit ainsi le film : « Sidi a été chassé de son village en 1948. » Par qui ? Pourquoi ? Ces (...)

  • Et la terre, comme la langue (DOCUMENTAIRE, 1997)

    Voici la publication du vendredi, jour dédié aux inspirations de la Poésie française : Un documentaire d’Élias Sanbar et Simone Bitton réalisé en 1997. Mise en ligne par Arthur Yasmine, poète vivant, dans l’unique objet de perpétuer la Poésie sur tous les fronts.
    Notice : On a du mal à se représenter, en Occident, l’immense popularité dont jouissent les poètes en Orient. Du Moyen-Orient à l’Afrique du Nord, non seulement on lit plus de poèmes que de romans, mais aussi on considère la poésie comme un art (...)

  • "L’antisionisme est une opinion et l’antisémitisme un délit"

    Avec la proposition de certains députés pour pénaliser l’antisionisme au même titre que l’antisémitisme, après les injures antisémites adressées à Alain Finkielkraut, "on met le doigt dans un processus totalitaire" avec un retour du délit d’opinion, analyse lundi 18 février sur franceinfo le journaliste et historien Dominique Vidal, auteur de Antisionisme = antisémitisme ? plus loin, Dominique Vidal continue : "Nous avons des lois antiracistes, la loi de 1881, la loi de 1972, nous avons aussi un Code (...)