Les Amis d’Al-Rowwad

Mme Taubira confirme la circulaire MAM

Question N° : 33126 de M. Jean-Jacques Candelier publiée au JO le : 23/07/2013 page : 7705 Réponse de Madame Taubira publiée au JO le : 19/11/2013 page : 12138

La législation française a évolué dans le sens d’une répression plus sévère des actes à caractère raciste, antisémite ou xénophobe. En outre, des circulaires et des dépêches sont régulièrement adressées aux procureurs généraux afin d’appeler leur attention sur la nécessité d’apporter à ces faits une réponse pénale ferme et rapide. Depuis le mois de mars 2009, plusieurs opérations appelant au boycott de produits israéliens ont été menées sur le territoire national.
Ces faits sont susceptibles de caractériser le délit de provocation publique à la discrimination à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur appartenance à une nation, prévu et réprimé par l’article 24, alinéa 8, de la loi du 29 juillet 1881.
Si cette qualification pénale n’interdit pas la libre critique de la politique d’un État ou l’expression publique d’un choix personnel, elle prohibe en revanche les messages et comportements appelant à la discrimination d’une ou plusieurs personnes uniquement au regard de leur nationalité, notamment, comme le prévoit l’article 225-2 du code pénal, lorsque la discrimination consiste à entraver l’exercice d’une activité économique.
En conséquence, plusieurs enquêtes, notamment suite à des plaintes d’associations, ont été menées de ce chef. Au regard de la multiplicité des faits en divers points du territoire national, il est apparu nécessaire d’assurer de la part du ministère public une réponse cohérente.
A cette fin, une dépêche en date du 12 février 2010 a été adressée aux procureurs généraux près les cours d’appel.
Le 15 mai 2012, une seconde dépêche a été adressée aux parquets généraux afin de rappeler les difficultés procédurales liées à l’application de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse et, plus précisément s’agissant de la mise en oeuvre de son article 24 alinéa 8. Ces instructions, qui n’ont pas été rapportées, posent la question plus globale de la pénalisation des actions militantes qui peuvent par ailleurs constituer des infractions.
Dans un idéal démocratique, il convient de concilier expression politique et respect des règles.
C’est à ce même titre que sont poursuivis par exemple des faucheurs volontaires ou des militants qui pénètrent dans l’enceinte de sites nucléaires.
Il appartient dès lors au procureur de la République en premier lieu, puis au juge en cas de poursuites, de réinscrire l’infraction dans son contexte particulier en prononçant la sanction la plus adaptée à la gravité des faits et à la personnalité du mis en cause, comme cela a été indiqué dans la circulaire de politique pénale générale du 19 septembre 2012.
Enfin, l’attention des parquets généraux a de nouveau été appelée sur la nécessité d’une réponse pénale ferme et adaptée aux actes à caractère raciste, antisémite ou xénophobe par deux dépêches récentes des 30 mars et 27 juin 2012.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Un petit bout de Palestine en France !

    Marhaba !
    Ici, vous pourrez découvrir la cuisine palestinienne.
    Une façon pour moi de promouvoir la culture de mon pays d’origine et vous d’y goûter !

  • Il ne m’a fallu que 16 minutes pour apprendre ce que cela signifie d’être une musulmane américaine en visite à Jérusalem

    Alors que ma sœur aînée tenait son passeport américain pour se protéger et se faisait menotter par une femme soldat israélienne, son assaillant a prononcé six mots qui lui disaient que le document bleu marine ne lui serait d’aucune utilité : « Je me fiche de tes papiers d’identité ». Les paroles du soldat en disent long sur ce que signifie être un Américain au patrimoine musulman ou arabe en visite à Jérusalem aujourd’hui. Il ne nous a fallu que 16 minutes pour bien comprendre la situation.
    ’Il ne m’a (...)

  • La campagne BDS n’est pas antisémite : arrêt de la Cour supérieure administrative de Basse-Saxe

    La campagne BDS n’est pas antisémite vient de juger la Cour supérieure administrative de Basse-Saxe. Le magistrat Ghislain Poissonnier analyse cette décision.
    "Le 11 février 2019, un habitant de la ville allemande d’Oldenburg - une ville de Basse-Saxe d’environ 160.000 habitants - dépose à la mairie une demande visant à l’autoriser à utiliser une salle municipale pour y organiser un évènement dans le cadre de la semaine contre l’apartheid israélien (Israeli Apartheid Week), qui a lieu chaque année dans (...)