Les Amis d’Al-Rowwad

Miras, 12 ans, blessé par un sniper israélien

Miras, un petit garçon de 12 ans vivant dans le camp de réfugiés d’Aïda, était en train de jouer avec ses jeunes frère et soeur et son cousin sur le balcon de sa maison. Celle-ci se situe à environ 50 m de la tour de surveillance blindée, intégrée au mur de séparation longeant le camp. Miras et les autres enfants ont commencé leur jeu favori : "Jaysh (soldat en arabe) et les arabes", le "cow-boys et les indiens" local.

Le vendredi matin est un jour sans école. Ils ont commencé à jouer à 9h30 à l’intérieur de la maison puis ont continué sur le balcon quand l’air est devenu plus chaud

Vers 12h10, un soldat israélien qui se trouvait dans la tour, a ouvert le feu sur les enfants, sans aucune sommation et sans provocation de quiconque. Miras fut touché à l’estomac, une balle le traversa de part en part alors qu’il tentait de mettre à l’abri des tirs son petit frère Rowyed. Ce dernier trébucha sur le seuil du balcon et fut blessé par les éclats de verre des vitres cassées par les tirs. Il fut chanceux. Maysan (12 ans) et sa soeur Ansam (3 ans), cousine de Miras. Maysan furent également touchées l’une à l’estomac par un éclat, et l’autre, Ansam à l’épaule. Les tirs ont finalement pris fin, Miras couché sur le sol, haletant et baignant dans son sang.

Tous les voisins accoururent en criant et en colère. Ils l’emmenèrent à l’hôpital rapidement où un chirurgien l’opéra immédiatement lui sauvant ainsi la vie. Miras est maintenant hors de danger. "C’est un garçon qui a eu beaucoup de chance" affirma le chirurgien : la balle est passée à 1 cm de la moelle épinière et à 2 mm d’une artère principale. Sa trajectoire courbe a évité les organes vitaux, tels que le foie ou les reins.

Miras est encore en convalescence à l’hôpital, beaucoup de monde passant voir cet enfant "qui a de la chance", pour lui souhaiter le meilleur avenir possible.

- "Qu’est-ce que j’ai fait de mal ? demandait Miras, j’étais juste en train de jouer."



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Lettre de rania talala , traiteur palestinienne , à Cyril lignac suite au "voyage culinaire " du sieur en Israël ...

    Cher Cyril Lignac,
    Je t’écris car depuis deux jours, on ne cesse de m’interpeller par rapport à la vidéo que tu as faite lors de ton voyage à Tel Aviv.
    Je m’appelle Rania, française originaire de Palestine (de Jérusalem et de Jaffa) et je suis traiteur de cuisine palestinienne et créatrice du blog Les ptits plats palestiniens de Rania.
    Tu ne me connais sûrement pas, sinon, tu aurais sûrement évité de parler de gastronomie israélienne dans cette fameuse vidéo.
    Soit. J’apprécie ton travail et ton (...)

  • "Jérusalem vit" : la première exposition du musée palestinien

    La direction du musée palestinien, situé près de Ramallah en Cisjordanie occupée, a inauguré samedi sa première exposition, présentant des œuvres reliant à la ville sacrée de Jérusalem lors d’une séance réservée à la presse. L’exposition intitulée "Jérusalem vit" sera ouverte au public à partir de dimanche dans la ville universitaire de Bir Zeit. Dans l’une des salles du musée, un paysage de Cisjordanie est récrée grâce à des photographies panoramiques qui s’étalent sur les quatre murs, plaçant également le (...)

  • Témoignage de Ziad Medoukh sur la pollution de la mer de Gaza

    La souffrance des Palestiniens de Gaza se poursuit. Témoignages et explications de Ziad Medoukh en direct de la plage de Gaza sur la pollution de la mer de Gaza. Les Palestiniens de Gaza sous blocus israélien sont privés de leur seul loisir : la plage de Gaza, en plein été, ils ne peuvent pas s’ y rendent à cause de la pollution de la mer de Gaza. Actuellement, la bande de Gaza subit une pollution terrible La pollution de la côte et des nappes de Gaza à cause de l’effondrement de deux centres de (...)