Les Amis d’Al-Rowwad

Les nouveaux projets de films dans le cadre du programme Image For Life

 Projet 1 : « Changement dans le camp de réfugiés Aida »

Un groupe de sept personnes veut montrer comment la vie dans les camps de réfugiés de Bethléem a changé au fil des années. Vivre dans un camp aujourd’hui est très différent de ce que c’était il y a 20 ans. Les colonies et le Mur, par exemple, ont transformé la vie des gens dans le camp. Le changement est montré à travers l’histoire de trois personnes appartenant à différentes générations.

La première histoire est celle d’un vieil homme qui vit dans le camp Aida depuis plusieurs décennies. Il parle de la vie du camp avant le Mur.
La deuxième histoire est celle d’un homme ou d’une femme agé(e) d’environ 40 ans qui raconte son/sa vie a Aida. Il/elle a probablement vécu toute son/sa vie dans le camp et en a une toute autre vision.
La troisième histoire raconte la vie d’une jeune fille à Aida et comment un enfant voit sa vie et son avenir en tant que réfugié.

Membres du groupes :
- Ismail Ghassan Al Qaisi – the coordinator
- Ismael Yosef Al Natshah – preparation
- Amjad Ibrahim Sbeih – cameraman
- Khalid Fozad Al Barbay – cameraman
- Hosam Ahmad Taah Qaraqe – sound and light
- Ayman Abu Tarbosh Mohamad Abu Haneyah

 

Projet 2 : « Le patrimoine à Bethléem »

Ce groupe de six personnes effectue un film sur le patrimoine culturel de Bethléem à partir de costumes palestiniens. Chaque tenue a sa propre histoire. L’équipe interrogera Maha Saca, personnalité emblématique de Bethléem. Elle vend toute sorte de tenues au sein du Musée du Patrimoine de Bethléem situé à quelques mètres de la tombe de Rachel.

Ils filmeront aussi le festival des olives qui a lieu chaque année à Bethléem.

Membres du groupe :
- Mohamad Yusef Qatamesh
- Morad Mohamad Abusrour
- Fida Abusrour
- Sahar Khalil Qaraqe
- Faten Azmi Abusrour

 

Projet 3 : « La drogue en Palestine »

Reportage Ce groupe de cinq personnes se confronte au problème de la drogue en Palestine. Même si les gens n’en parlent pas ou qu’il est impossible de voir un homme ou une femme consommer de la drogue dans les rues, cela ne veut pas dire que le problème n’existe pas en Palestine. Le groupe est en train d’interroger quelques toxicomanes ou des personnes ayant consommé de la drogue auparavant et qui aujourd’hui s’en sont sorties.

D’autres acteurs comme la police, des médecins vont aussi apporter leur point de vue. L’objectif est de faire réfléchir les gens sur l’effet ravageur de la drogue et d’utiliser ce film comme outil de sensibilisation.

Membres du groupe :
- Sa´d Fahmi Al A´raj
- Khaldon Ibrahim Karkoor
- Morad Adel Hasan Faraj
- Thara Ali Qawasmah
- Sarah Kalahf

 

Projet 4 : Reportage de 5 minutes “ L’eau dans le camp”

Un groupe de deux jeunes fait un film sur le thème de l’eau dans le camp de réfugiés Aïda. Les problèmes liés à l’eau dans le camp sont récurrents. Certaines familles n’ont pas l’eau courante, elles doivent donc aller chercher l’eau à l’extérieur. Le film montre les problèmes que les gens ont chaque jour dans le camp avec l’eau potable.

Le groupe ira aussi interroger une personne de l’UNRWA qui est responsable de l’eau dans le camp.

Membres du groupe :
- Mohanad Yaser Mahmmoud Elmashekh
- Bahaa Khader Shahada Omar

 

Projet 5 : Reportage de 5 minutes « Le recyclage du verre »

Un groupe de trois femmes veut montrer comment il est possible de réutiliser les déchets de verre brisé et d’en faire de jolis objets. Le groupe va visiter Dar Annadwa, un centre situé à Bethléem, où les gens peuvent apprendre à faire des objets d’art à partir du recyclage du verre. Une personne enseignant le travail du verre parle des différentes types de créations artistiques possibles avec le verre. Les étudiants présentent ce qu’ils font avec le verre.

Membres du groupe :
- Samira Abusrour
- Faten Abusrour
- Safia Omar

 

Projet 6 : Un reportage de 5 minutes « Aida et le mur »

Le groupe veut montrer à quoi ressemble le camp de réfugiés Aïda aujourd’hui et parler de la situation avant le mur. Depuis sa construction, beaucoup de beaux oliviers ont été coupés. Un vieil homme qui a vécu dans le camp Aïda bien avant l’apparition du mur, raconte comment les choses ont changé à travers les années.

Membres du groupe :
- Murad Abusrour
- Fida Abusrour
- Mohamad Qatamesh

 

Projet 7 : Reportage de 5 minutes « Amitié entre une musulmane et une chrétienne à Bethléem »

 Deux filles racontent l’histoire de leur amitié. Elles se sont rencontrées pour la première fois à l’école, il y a déjà longtemps. Malgré leur différence de religion, elles sont devenues de très bonnes amies et le sont toujours.

Membres du groupe :
- Morad Adel Hasan Fraj
- Thara Ali Qawasmah

 

Projet 8 : Une fiction de 30 minutes « The dream catcher »

Un groupe de femme du camp de réfugiés Aïda est en train de réaliser un moyen-métrage à propos de jeunes filles mariées trop jeunes, ce qui est un phénomène assez courant en Palestine. Encore beaucoup de personnes, même des femmes, pense que c’est tout à fait normal de marier une jeune fille de 14 ans. Ce groupe comprend des femmes qui ont elles aussi été mariées très jeunes. L’une d’entre elles avait 14 ans lorsqu’elle s’est mariée et a eu son premier enfant à l’âge de 15 ans. Un enfant essaye de prendre soin d’un autre enfant. Quand une jeune fille mariée vieillit, elle réalise que sa vie est presque déjà finie sans avoir accompli quoique se soit pour elle-même. Alors voila ? Est-ce que ma vie se résume à cela ?

A travers leur film, ces femmes veulent montrer que cela peut-être différent. Pourquoi ne pas permettre aux jeunes filles de finir leur éducation ? Après leurs études, elles ont toujours suffisamment de temps pour se marier et avoir des enfants. L’histoire est racontée à travers trois générations, une grand-mère qui veut que sa petite fille se marie, la mère qui elle voudrait que sa fille soit plus âgée pour se marier ; et la jeune fille qui se pose de nombreuses questions sur son avenir. Toutes ces femmes ont leur propre opinion concernant cette question délicate.

La grand-mère pense qu’il est bon pour les jeunes filles de se marier jeune. Selon elle, il est très important pour une jeune fille de trouver assez tôt un homme convenable comme cela elle ne rencontre pas de problèmes d’argent et a un avenir stable. La mère est quant a elle plutôt une femme moderne qui veut que sa fille ait une bonne éducation et qu’elle puisse profiter librement de son enfance sans avoir à penser à l’éducation de ses propres enfants. Personnage principal de l’histoire, elle montre son désir d’attendre, elle veut aller à l’école et tout simplement rester une adolescente un peu plus longtemps.

Le tournage de cette fiction débutera au printemps 2008. Une fois réalisée, une tournée sera organisée avec les femmes pour diffuser à l’écran leur film et engager une discussion avec les communautés à propos de ce problème important.

Membres du groupe :
- Samira Abusrour
- Faten Abusrour
- Kholud Ayad 
- Fida Abusrour

 

Projet 9 : Un clip de 4 minutes « Bethléem, 5 heure du matin »

Chaque matin, à partir de 4h00, des centaines de travailleurs palestiniens font la queue pendant des heures au checkpoint de Bethléem pour essayer d’atteindre Jérusalem pour leur travail. Les conditions sont particulièrement dégradantes. Ils doivent passer par de multiples procédures de contrôle. Le clip sera diffusé lors du festival transméditerranéen qui se déroulera en France, en novembre 2007 et accessible sur plusieurs sites internets.

Membres du groupes :
- Fida Abusrour
- Murad Abusour
- Anne Paq
- Mimi Nietula

 

Projet 10 : Un clip de 6 minutes « Le travail de la Police à Bethléem »

Ce clip montrera les différents aspects du travail de la police à Bethléem. Les images défileront sur une musique composée par les musiciens d’Al-Rowwad. Ce clip sera présenté comme un exemple de clip pouvant être réalisé par les étudiants de Images for Life pour le service de plusieurs institutions et organisations.

Membres du groupe :
- Dr. Abdelfattah Abusrour
- Murad Abusrour



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)

  • Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

    L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.
    Cet événement important est organisé (...)