Les Amis d’Al-Rowwad

Le projet Histoire Orale continue dans le camp d’Aïda

“En 1948, j’avais 26 ans et j’avais 4 enfants. J’ai garde les clés de la maison parce que je pensais retourner chez moi quand les tirs cesseraient”.

‘‘Nous avons essayé de résister mais nous n’avons pas réussi. Quand les tirs commencèrent à siffler au-dessus de nos têtes, nous avons décide de partir. J’ai emmené mes quatre enfants et nous sommes partis a pied avec ma famille jusqu’à ce qu’on arrive au village de Halhol. Nous y sommes restés 12 jours, la situation était très difficile, il n’y avait pas de nourriture, pas d’eau, pas de vêtements."

‘Puis, nous sommes arrivés dans le camp Aida, là où mon beau-père vivait. Ils nous ont donné une tente pour y vivre. Mon mari est tombé malade. Quand il est mort, je me suis retrouvé seule avec ma fille de 11 mois et mon fils de 2 ans, ils n’ont pas eu la chance de connaître leur père. J’ai commencé à travailler, j’apportais l’eau au gens du camp pour 20 qurish. Je cueillais les olives, cousais des vêtements. Je me souviens que je travaillais parfois jusqu’à minuit […]."

"J’aimerai retourner dans mon village et y mourir. J’ai toujours dit à mes enfants
- n’oubliaient pas notre village, nous sommes de Ras-Abu-Amar, nous ne sommes pas réfugiés, nous devons y retourner. "

“J’aimerai que mes enfants reviennent dans leur pays, dans mon village mais la situation ici est trop difficile, ils ont une meilleure vie à l’étranger’.

 

Ces citations sont extraites des témoignages des personnes âgées vivant dans le camp de réfugié Aida. Ces derniers ont accepté de participer au projet d’histoire orale qui a débuté en Janvier 2008 au Centre Alrowwad. Le projet d’histoire orale a pour but de documenter et de conserver les expériences et la mémoire des réfugiés palestiniens de Aida avant, pendant et après la Nakba.

Al-Nakba (la catastrophe) s’est déroulée il y a 60 ans et la plupart des réfugiés qui ont vécu cet évènement sont aujourd’hui très âgés. Il est donc devenu urgent de collecter et d’archiver ces récits qui font partis de l’histoire et de le faire avant que ces personnes disparaissent. Cela est réellement important non seulement pour les familles et les Palestiniens mais aussi pour le monde qui a besoin de savoir la vérité par rapport à ce moment de l’histoire.

L’histoire orale est une manière d’interroger les personnes qui ont été témoins d’un évènement. Cette méthode est utilisée pour reconstruire l’histoire et donner la possibilité à des gens ordinaires de raconter leur propre vécu.

Une équipe de trois personnes, un cameraman (Murad Abusrour, étudiant de l’atelier vidéo Images for Life), une interprète (Kholoud Ayyad) et une volontaire française (Caroline Carpentier) ont pour objectif d’enregistrer 41 entretiens en relation avec le nombre de villages d’origine des réfugiés du camp Aida. Aujourd’hui, ces gens ne sont pas autorisés à retourner sur leur terre qui est devenue propriété de l’Etat Israélien.

À la fin du projet nous aurons une collection de cassettes mini DV regroupant des images d’entretiens et de villages. En effet, nous allons essayer de visiter ces villages et de voir ce qui en reste. Ces données seront aussi disponibles en DVD et enregistrer en tant qu’archives personnelles du Centre Culturel Alrowwad. Elles pourront être consultées par tous ceux qui ont besoin de ce genre de données pour faire de nouveaux films documentaires, publier un livre, faire une recherche, écrire une nouvelle pièce de théâtre, etc.

En lien avec l’année de commémoration des 60 ans de la Nakba, l’équipe est en train de réaliser un film documentaire. Nous allons ainsi filmer une conversation à propos du passé entre une arrière grand-mère et son arrière petit-fils. L’idée est de raconter l’histoire de la Nakba à travers l’expérience d’une personne et de présenter le processus social du partage de la mémoire. Ce documentaire participera à certaines compétitions et festivals.

 



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)

  • Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

    L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.
    Cet événement important est organisé (...)