Les Amis d’Al-Rowwad

Le neveu de Mustapha a été assassiné hier

Si vous lisez la presse occidentale ou écoutez les nouvelles , vous n’entendrez probablement pas parler de l’histoire ci-dessous. Comme la BBC, on vous dira que des Palestiniens se sont introduits dans une colonie israélienne et ont blessé des colons par exemple.

Mais des jeunes Palestiniens tués par l’armé israélienne, pas un mot. De toute façon, si on en parlait, ce serait encore probablement de leur faute. Ils n’ont qu’à se montrer gentils avec les soldats d’occupation.

Alors voici une autre histoire pour balancer un peu l’info.

Le neveu de Mustapha a été assassiné hier après-midi. Mustapha est physiothérapeute. Il soigne Khalil, un petit garçon de 7 ans dont je m’occupe dans le camp d’Aida. Mustapha est toujours prêt à rendre service. Il est formidable.

Hier Mustapha a perdu son neveu Qusai, 17 ans, tué de façon atroce par l’armée israélienne qui avait envahi Bethléem. Lundi après-midi l’armée israélienne a envahi Bethléem et a encerclé une maison située au sud de la ville ayant l’intention de s’emparer d’un ‘terroriste’ (membre du Jihad islamique) .
Des témoins oculaires signalent que l’armée a renfermé les journalistes présents sur le terrain dans une maison voisine afin de les empêcher de rapporter les faits.

Pendant les 5 heures d’attaque, la maison de la personne recherchée a été partiellement détruite par les bulldozers. Six civils ont été blessés au cours de plusieurs heures de heurts entre les jeunes et les soldats. Qusai, le neveu de Mustapha, a reçu une balle dans le ventre et est décédé. Selon les informations que m’a fournies Mustapha, son neveu aurait reçu une balle dumdum, c’est-à-dire une balle qui explose à l’intérieur du corps et donne peu de chance de survie. Ce type de balles est d’ailleurs prohibé.

Avec son estomac et ses intestins sur le trottoir, Qusai n’avait aucune chance.
Les sources médicales rapportent que plusieurs autres personnes, essentiellement des jeunes, ont été blessées par balles en caoutchouc et balles réelles. Mohalled, 13 ans, a été blessé par balle réelle dans la tête et par balle en caoutchouc dans la jambe. Son état est jugé stable après une opération à l’hôpital de Beit Jala.

Je suis allée à l’enterrement de Qusai aujourd’hui et j’ai salué Mustapha qui restait très digne. Que faire de plus ?

M., bénévole au centre Al Rowwad



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Wardi : 70 ans après la Nakba, l’espoir est toujours vivant

    Les trop rares films palestiniens, ou faisant entendre des voix palestiniennes, sont souvent de beaux films ; malgré leurs mauvaises dispositions, les critiques, lorsqu’ils en parlent, au lieu de le nier, mettent plutôt en œuvre divers procédés pour les affaiblir et les neutraliser. Il est donc intéressant de jeter un coup d’œil sur quelques sites de cinéma avant de parler du film lui-même.
    aVoir-aLire introduit ainsi le film : « Sidi a été chassé de son village en 1948. » Par qui ? Pourquoi ? Ces (...)

  • Et la terre, comme la langue (DOCUMENTAIRE, 1997)

    Voici la publication du vendredi, jour dédié aux inspirations de la Poésie française : Un documentaire d’Élias Sanbar et Simone Bitton réalisé en 1997. Mise en ligne par Arthur Yasmine, poète vivant, dans l’unique objet de perpétuer la Poésie sur tous les fronts.
    Notice : On a du mal à se représenter, en Occident, l’immense popularité dont jouissent les poètes en Orient. Du Moyen-Orient à l’Afrique du Nord, non seulement on lit plus de poèmes que de romans, mais aussi on considère la poésie comme un art (...)

  • "L’antisionisme est une opinion et l’antisémitisme un délit"

    Avec la proposition de certains députés pour pénaliser l’antisionisme au même titre que l’antisémitisme, après les injures antisémites adressées à Alain Finkielkraut, "on met le doigt dans un processus totalitaire" avec un retour du délit d’opinion, analyse lundi 18 février sur franceinfo le journaliste et historien Dominique Vidal, auteur de Antisionisme = antisémitisme ? plus loin, Dominique Vidal continue : "Nous avons des lois antiracistes, la loi de 1881, la loi de 1972, nous avons aussi un Code (...)