Les Amis d’Al-Rowwad

Le neveu de Mustapha a été assassiné hier

Si vous lisez la presse occidentale ou écoutez les nouvelles , vous n’entendrez probablement pas parler de l’histoire ci-dessous. Comme la BBC, on vous dira que des Palestiniens se sont introduits dans une colonie israélienne et ont blessé des colons par exemple.

Mais des jeunes Palestiniens tués par l’armé israélienne, pas un mot. De toute façon, si on en parlait, ce serait encore probablement de leur faute. Ils n’ont qu’à se montrer gentils avec les soldats d’occupation.

Alors voici une autre histoire pour balancer un peu l’info.

Le neveu de Mustapha a été assassiné hier après-midi. Mustapha est physiothérapeute. Il soigne Khalil, un petit garçon de 7 ans dont je m’occupe dans le camp d’Aida. Mustapha est toujours prêt à rendre service. Il est formidable.

Hier Mustapha a perdu son neveu Qusai, 17 ans, tué de façon atroce par l’armée israélienne qui avait envahi Bethléem. Lundi après-midi l’armée israélienne a envahi Bethléem et a encerclé une maison située au sud de la ville ayant l’intention de s’emparer d’un ‘terroriste’ (membre du Jihad islamique) .
Des témoins oculaires signalent que l’armée a renfermé les journalistes présents sur le terrain dans une maison voisine afin de les empêcher de rapporter les faits.

Pendant les 5 heures d’attaque, la maison de la personne recherchée a été partiellement détruite par les bulldozers. Six civils ont été blessés au cours de plusieurs heures de heurts entre les jeunes et les soldats. Qusai, le neveu de Mustapha, a reçu une balle dans le ventre et est décédé. Selon les informations que m’a fournies Mustapha, son neveu aurait reçu une balle dumdum, c’est-à-dire une balle qui explose à l’intérieur du corps et donne peu de chance de survie. Ce type de balles est d’ailleurs prohibé.

Avec son estomac et ses intestins sur le trottoir, Qusai n’avait aucune chance.
Les sources médicales rapportent que plusieurs autres personnes, essentiellement des jeunes, ont été blessées par balles en caoutchouc et balles réelles. Mohalled, 13 ans, a été blessé par balle réelle dans la tête et par balle en caoutchouc dans la jambe. Son état est jugé stable après une opération à l’hôpital de Beit Jala.

Je suis allée à l’enterrement de Qusai aujourd’hui et j’ai salué Mustapha qui restait très digne. Que faire de plus ?

M., bénévole au centre Al Rowwad



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La mention « colonie israélienne » obligatoire pour les aliments, selon l’avocat de la CJUE

    Selon l’avocat général de la Cour de Justice de l’Union européenne, dont l’avis est le plus souvent suivi en dernière instance par les juges, le consommateur doit être informé lorsqu’un produit alimentaire provient des colonies israéliennes.
    L’affaire remonte à 2016, quand le gouvernement français a publié un avis aux opérateurs économiques indiquant que les denrées alimentaires en provenance des territoires occupés par Israël devaient porter la mention « colonie israélienne » ou des termes équivalents. (...)

  • Appel à action : Non à une résolution par l’assemblée nationale condamnant la critique de l’état d’Israël !

    LE SAVIEZ VOUS ?
    Le député Sylvain Maillard, président du groupe d’études sur l’antisémitisme, a proposé à d’autres députés de voter une résolution visant à assimiler la critique légitime du régime israélien à de l’antisémitisme.
    Contactez vos députés pour leur demander de s’opposer à cet amalgame honteux !
    ECRIVEZ A VOS DEPUTES dont l’adresse est ici :
    http://www2.assemblee-nationale.fr/qui
    Le texte de cette résolution est consultable ici : Proposition de résolution définition IHRA (mai 2019).
    Il est (...)

  • "RSF, sans foi ni loi", par Jacques-Marie Bourget

    Le 21 octobre 2000, à Ramallah, tandis qu’une balle de M16 israélien volait avec ardeur vers mon poumon gauche, j’ai eu le temps de me dire : « Bon, je vais au tapis mais, merci le diable et Robert Ménard, Reporters Sans Frontières sera là pour me relever ». En cas de malheur, quand vous êtes journaliste, « correspondant de guerre » comme ils disent, vous êtes imprégné, instruit du total support que vous pouvez attendre de l’ONG sans frontières. Très mal en point mais même pas mort, j’ai pu constater (...)