Les Amis d’Al-Rowwad

Le Mouvement Israélo-Palestinien pour la Non Violence en tournée de témoignages aux Etats-Unis du 14 octobre au 15 novembre 2005.

Le Mouvement Israélo-Palestinien pour la Non Violence en tournée de témoignages aux Etats-Unis du 14 octobre au 15 novembre 2005.

Lors de cette tournée, organisée par la branche américaine du Mouvement de Solidarité Internationale (ISM), Ayed Morrar, Palestinien de Cisjordanie, et Jonathan Pollak, activiste pour la paix de Tel Aviv, parleront de la Résistance Non Violente en Palestine.
Ils passeront par New York, la Caroline du Nord, Washington D.C., Chicago, Los Angeles, la région de la Baie de San Francisco, Seattle et Olympia (état de Washington), le Michigan, le Minnessota, la Floride et enfin Philadelphia.

Ayed et Jonathan sont amis, et comptent parmi les figures de proue de la lutte non violente mené par les Palestiniens contre l’occupation israélienne. Ayed vient de Budrus, village de Cisjordanie dont il est un des hommes de tête. Avec Jonathan, activiste israélien de Tel Aviv, ils se battent pour promouvoir une nouvelle vision de la collaboration entre Palestiniens et Israéliens, basée sur le respect des droits de l’homme, sans discrimination raciale ni religieuse.

Alors même que les gouvernements du monde voient dans le retrait des troupes israéliennes de Gaza un pas vers la paix, ce dont ils félicitent M. Sharon, et exigent que l’Autorité Palestinienne réprime sévèrement toute résistance armée à l’occupation, les activistes qui, comme Ayed et Jonathan, vivent sur le terrain, dénoncent la répression israélienne de plus en plus brutale contre les activistes palestiniens et israéliens qui luttent, sans recours à la violence, contre l’intensification de la colonisation en Cisjordanie.

Des milliers de Palestiniens et des centaines d’Israéliens font entendre les voix pacifistes des deux peuples en menant une campagne de résistance de première importance, mais largement passée sous silence par les média, contre la construction du Mur. Fermiers, ouvriers, mères et étudiants palestiniens, rejoints par des volontaires israéliens et internationaux, tentent de bloquer la construction du Mur de leur corps, en bravant les gaz lacrymogènes, les passages à tabac, les balles, les arrestations et parfois même, la mort. En 2004, la Cour Internationale de Justice a déclaré que le Mur constituait une violation au droit international car son tracé passe en plein dans les Territoires, s’appropriant ainsi des terres palestiniennes et démolissant des villages pour libérer le terrain nécessaire à l’installation des futures colonies israéliennes.

En 2003-2004, la non violence a remporté une victoire contre les militaires israéliens grâce à l’action menée par le village de Budrus, sous l’égide d’Ayed. Après une campagne de cinquante manifestations, les habitants du village sont parvenus à repousser le tracé du Mur hors des terres du village, jusqu’à la Ligne Verte. Jours après jour, les hommes, femmes et enfants de Budrus ont empêché la destruction de leurs terres et la construction du Mur en se posant en boucliers humains devant les bulldozers, en dépit des menaces des soldats israéliens.

Au cours de cette campagne, des centaines d’habitants ont été blessé par les matraques, le gaz lacrymogène et les balles de plomb recouvertes de caoutchouc, employés par les soldats. Ayed a été emprisonné huit jours par les autorités israéliennes, qui ont fini par le relâcher devant le tollé international que l’affaire a produit, et parce que son seul tort avait été d’organiser des manifestations non violentes. Deux des frères d’Ayed ont également été arrêtés pour avoir organisé des manifestations, mais ont finalement été relâchés.

La résistance de Budrus a été soutenue par des activistes de ISM et des groupes israéliens comme celui des Anarchistes Contre le Mur. La stratégie et les succès de Budrus ont depuis servi de modèles pour d’autres communautés palestiniennes qui tentent de résister sans violence à l’occupation militaire israélienne et à la confiscation des terres palestiniennes. Ayed continue de travailler avec d’autres communautés et organisations pour encourager le développement d’une stratégie de résistance non violente plus large.

Jonathan fut un des premiers Israéliens à commencer, en 2002, à manifester
régulièrement en Cisjordanie aux côtés de Palestiniens et d’internationaux contre la construction du Mur. Il est un des fondateurs du mouvement israélien des Anarchistes Contre le Mur, qui a joué un rôle fondamental ces deux dernières années dans leur soutien aux Palestiniens lors de manifestations non violentes.

Depuis 2002, Jonathan a participé à plus de 200 manifestations en Cisjordanie, et mobilisé des centaines d’Israéliens dans la lutte, aux côtés des Palestiniens, contre le Mur et l’Occupation, ce qui l’amené à être emprisonné à plusieurs reprises par les autorités israéliennes. En avril 2005, lors d’une manifestation sans heurts dans le village de Bila’in, il a été touché à la tête par une bombe lacrymogène tirée d’un fusil M16, par un soldat israélien posté à quarante mètres de là. Hémorragie interne et 23 points de suture. Jonathan fait de fréquentes apparitions dans les média israéliens pour parler des manifestations en Cisjordanie et de la résistance non violente.

Malgré les efforts du gouvernement israélien pour les faire taire, Ayed, Jonathan et leurs collègues palestiniens, israéliens et internationaux sont déterminés à poursuivre leur campagne non violente contre l’occupation israélienne et la négation des droits du peuple palestinien.

La tournée américaine de Témoignages sur la Résistance Non Violente est organisée par ISM-USA, le réseau américain de groupes de soutien au Mouvement de Solidarité Internationale en Palestine. ISM est un mouvement organisé par des Palestiniens pour résister à l’occupation de la terre de Palestine en menant une action directe et non violente.

Pour plus d’informations sur la tournée et sur ISM : http://www.palsolidarity.org/main/speaking-tour/resources/

Programme de la tournée :

• 14-16 octobre : New York City

• 17-18 octobre : Caroline du Nord

• 20-21 octobre : Washington DC

• 22-23 octobre : Chicago

• 24-26 octobre : Los Angeles
• 27 octobre- 1er novembre : région de la Baie de San Francisco (Palo Alto, Oakland, San Francisco, Berkeley)

• 3-4 novembre : Seattle

• 5-7 novembre : Michigan

• 8-11 novembre : région de Minneapolis

• 12-13 novembre : Floride (Miami, Gainsville)

• 14 novembre : Philadelphia

• 15 novembre : Poughkeepsie, New York



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Wardi : 70 ans après la Nakba, l’espoir est toujours vivant

    Les trop rares films palestiniens, ou faisant entendre des voix palestiniennes, sont souvent de beaux films ; malgré leurs mauvaises dispositions, les critiques, lorsqu’ils en parlent, au lieu de le nier, mettent plutôt en œuvre divers procédés pour les affaiblir et les neutraliser. Il est donc intéressant de jeter un coup d’œil sur quelques sites de cinéma avant de parler du film lui-même.
    aVoir-aLire introduit ainsi le film : « Sidi a été chassé de son village en 1948. » Par qui ? Pourquoi ? Ces (...)

  • Et la terre, comme la langue (DOCUMENTAIRE, 1997)

    Voici la publication du vendredi, jour dédié aux inspirations de la Poésie française : Un documentaire d’Élias Sanbar et Simone Bitton réalisé en 1997. Mise en ligne par Arthur Yasmine, poète vivant, dans l’unique objet de perpétuer la Poésie sur tous les fronts.
    Notice : On a du mal à se représenter, en Occident, l’immense popularité dont jouissent les poètes en Orient. Du Moyen-Orient à l’Afrique du Nord, non seulement on lit plus de poèmes que de romans, mais aussi on considère la poésie comme un art (...)

  • "L’antisionisme est une opinion et l’antisémitisme un délit"

    Avec la proposition de certains députés pour pénaliser l’antisionisme au même titre que l’antisémitisme, après les injures antisémites adressées à Alain Finkielkraut, "on met le doigt dans un processus totalitaire" avec un retour du délit d’opinion, analyse lundi 18 février sur franceinfo le journaliste et historien Dominique Vidal, auteur de Antisionisme = antisémitisme ? plus loin, Dominique Vidal continue : "Nous avons des lois antiracistes, la loi de 1881, la loi de 1972, nous avons aussi un Code (...)