Les Amis d’Al-Rowwad

Le 30 mars 1976 : La journée de la terre en Palestine.

Chaque année depuis 1976, les Palestiniens vivant en Israël et ceux des Territoires occupés (Cisjordanie et Gaza) commémorent la journée de la Terre, le 30 mars. Depuis 1948, près de 400 villages palestiniens ont été détruits, et leurs terres confisquées. Le gouvernement israélien (travailliste) avait entreprit un vaste plan de "judaïsation de la Galilée". Ce projet fut élaboré par Joseph Nahmani (1953) qui l’adressa à Ben Gourion (Premier ministre de 1948 à 1963). Citons en quelques extraits : "Bien que la Galilée occidentale ait été occupée, elle n’a toujours pas été libérée de sa population arabe, ainsi que cela s’est produit dans d’autres parties du pays. Il y a toujours 51 villages et la ville de Nazareth dont les habitants ne sont pas partis. En tout, il y a là 84 000 Arabes, sans compter Saint Jean d’Acre, qui contrôlent 929 549 dunums (unité de mesure au Moyen-Orient, 1 dunum = 1000 m2) ... l’existence même d’un groupe arabe homogène dans cette partie du pays est une invite aux Etats arabes à avancer leurs revendications sur cette région... Il est donc essentiel de disloquer cette concentration d’Arabes au moyen de colonies juives..."

La population arabe en Galilée et dans l’ensemble de la région nord était une obsession pour les dirigeants israéliens. Golda Meïr (Premier ministre d’Israël de 1969 à 1974) avoua que son sommeil était troublé parce qu’elle se demandait chaque matin combien d’enfants arabes étaient nés pendant la dernière nuit. (voir le livre "Le racisme de l’Etat d’Israël" d’Israël Shahak ex-Président de la ligue israélienne des Droits de l’homme). Le 19 février 1976, le Gouvernement travailliste annonça sa décision de confisquer 25 000 dunums de terre en Galilée. Suite à cette décision, les Palestiniens répliquèrent par la grève générale, suivant le mot d’ordre lancé par la Conférence Nationale pour la Défense des Terres Arabes (Front constitué en septembre 1975, réunissant des militants étudiants et villageois, maires et conseillers municipaux des principaux villages arabes, en Galilée et dans la région dite du Triangle (il s’agit de la seconde région de peuplement arabe en importance à l’intérieur d’Israël). Avec les chefs traditionnels de la communauté druze et chefs tribaux des bédouins du Néguev.

La presse israélienne déclencha une campagne hostile dès l’annonce de la grève générale du 30 mars 1976. Des pressions s’intensifièrent pour tenter de convaincre les organisateurs de la grève de l’annuler... En dépit des menaces, la grève eut lieu. Mais la présence de l’armée israélienne transforma la grève en manifestation, puis en révolte. Le Jour de la Terre devint ainsi, celui de la résurrection politique des Arabes d’Israël, ces oubliés que l’on croyait éteints, brisés, résignés sinon intégrés" extrait du livre d’Ilan Halevi "Sous Israël la Palestine". En même temps, les Palestiniens de Cisjordanie et Gaza, exprimant leur soutien et leur solidarité avec leurs frères, "citoyens" d’Israël, se mirent en grève. Bilan de la journée : 6 morts, des centaines de blessés et des centaines d’arrestations. Cette logique de confiscation des terres a conduit progressivement les "Arabes israéliens" à se découvrir, comme les autres palestiniens, victimes du même processus de dépossession qui ne se poursuit pas seulement aujourd’hui dans les Territoires occupés mais en Israël même, en Galilée et au Neguev.

Cette prise de conscience d’appartenir au peuple palestinien ne cessera de progresser. En 1980, 150 élus et représentants de la minorité arabe en Israël, réunis en Galilée, adoptaient un projet de charte dans laquelle ils s’affirment "une partie indissociable du peuple palestinien" dont l’O.L.P est l’unique et légitime représentant. Aujourd’hui l’arrivée massive des citoyens russes de confession juive en Israël, et la déportation massive des 415 Palestiniens vers le Sud-Liban, met à nu la véritable nature de l’Etat d’Israël. Des partis politiques tels que le Kach, l’Agoudat Israël, le Moledet et le Likoud, etc. ne cachent pas leur volonté de transférer les Palestiniens hors de leurs terres. Le boucher de Sabra et Chatila (A. Sharon) n’avait-il pas préconisé de détrôner Hussein de Jordanie et de donner à Arafat son introuvable Etat palestinien ?

L’idée du transfert ne date pas d’aujourd’hui : lors du congrès sioniste de Zurich (29 juillet au 7 août 1937) un délégué, A. Lulu, a déclaré que le "transfert est un programme logique et juste, moral et humain dans tous les sens". Quant à Berl Katznelson, il affirme que "le transfert est permis". Un voisin éloigné vaut mieux qu’un ennemi proche. Je n’ai jamais pensé que le transfert se fasse aux abords de Sichem (actuelle Naplouse). Je croyais et je continue à croire qu’il s’agit de les transférer vers les autres pays arabes". En accélérant l’installation de nouvelles colonies de peuplement dans les Territoires occupés, le gouvernement israélien pense briser l’héroïque Intifada, tout en refusant la négociation avec l’OLP et les différentes résolutions de l’ONU qui garantissent le droit des Palestiniens au retour et à l’autodétermination.

Walid Atallah

Liste des localités rasées avant, pendant et après la création de l’Etat d’Israël (1948)

Les informations ont été rassemblées par une étude de cartes officielles établies par le Gouvernement mandataire britannique et par le Gouvernement de l’Etat d’Israël ainsi que trois listes de localités palestiniennes détruites, la première établie par le géographe palestinien Kamal Abdulfattah de l’Université de Bir Zeit, la deuxième établie par l’historien et géographe palestinien Aref al-Aref et publiée par le professeur israélien Israël Shahak (ex président de la ligue israélienne des droits de l’homme), la troisième établie par l’historien et géographe palestinien Walid Mustafa, ancien doyen du Département de Géographie de l’Université an-Najah à Naplouse. Dans notre liste (voir page suivante), la première colonne indique le nom de la localité palestinienne détruite et entre parenthèses le nombre d’habitants en 1945[55].([55]Uehlinger Christophe, Palestine/Israël Grid, établi par le Survey of Palestine - Gouvernement mandataire britannique - Fribourg, Suisse, 1989)

Les cartes topographiques officielles de l’Etat d’Israël des années 50 (1:100’000), reprises des cartes établies par l’administration coloniale britannique mais surimprimées en hébreu, mentionnent explicitement près de 300 localités palestiniennes détruites. En effet, chaque localité palestinienne qui se trouvait démolie à l’époque de la surimpression de ces cartes y porte la mention en hébraïque (prononcer : hârous) qui veut dire “détruit, démoli”. A elles seules, ces cartes établissent donc avec certitude la disparition d’un nombre impressionnant de localités palestiniennes.

Annexe :

Après la guerre de 1967, des quelques villages palestiniens rasés, les trois suivants n’ont pas pu être reconstruits : Emmaüs (1955 habitants), Yalu (1644 habts), Beit Nuba (habts). Moshé Dayan[56] (ministre israélien de la défense), disait à propos de ces villages : "Toutes nos cités sont construites sur les ruines de villages arabes, et nous ne rasons pas seulement leurs murs, mais nous essayons de rayer leurs noms des livres d’histoire. Ils (les Palestiniens, * note de l’auteur) ont donc de très bonnes raisons de lutter contre nous. Si j’étais arabe, je combattrais certainement pour Al-Fatah." ([56]Revue, "Konkret",1973, Allemagne, n°21.)

 

Liste non exhaustive des localités palestiniennes détruites avant, pendant et après la guerre de 1948.

District de Jérusalem[57] / (37 localités détruites)

Khirbet Nataf (40 h) - Beit Thul (260 h) - Lifta (2550 h) - Beit Mahsir (2400 h) - Saris (560 h) - Khirbet al-Umur (270 h) - Al-Qastal (90 h) - Qalunia (910 h) -Deir Yasin (610 h) - Ein Karim (3180 h) - Suba (620 h) - Beit Naqquba (240 h) - Khirbet Ismallah (20 h) - Deir Rafat (430 h) - Sar’a (340 h) - Bureij (720 h) - Artuf (350 h) - Islin (260 h) - Ishwa (620 h) - Deiraban (2100 h) - Deir al-Hawa (60 h) - Jarash (190 h) - Sufla (60 h) - Deir ash-Sheikh (220 h) - Kasla (280 h) - Beit Umm al-Meis (70 h) - Khirbeit Deir Amr (10 h) - Khirbet al-Lauz (450 h) - Sataf (450 h) - Aqqur (40 h) - Al-Maliha (1940 h) - Al-Jura (420 h) - Al-Qabu (260 h) - Ras Abu Ammar (620 h) - Beit Itab (540 h) - Allar (440 h) - Al-Walaja (1650 h).

District d’Acre / (25 localités détruites)

Suruh ( ?) - Tarbikha (1000 h) - Nabi Rubin (1400 h) - Iqrit (490 h) - Amqa (1240 h) - Khirbet Samah (360 h) - Deir al-Qasi (1250 h) - Al-Mansoura (360 h) - Suhmata (1130 h) - Al-Kabri (1530 h) - Az-Zib (1910 h) - Umm al-Faraj (800 h) - Al-Ghabisiya (690 h) - Al-Birwa (1460 h) - Khirbet Jactun ( ?) - An-Nahr (610 h) - At-Tall (inclue). - Kuweikat (1050 h) - As-Sumeiriya (760 h) - Al-Bassa (1950 h) - Manshiya (1080 h) - Kafr I’nan (360 h) - Mi’ar (770 h) - Ad-Damun (1310 h) - Al-Ruweis (330).

District de Nazareth / (4 localités détruites)

Ma’lul (690 h) - Al-Mujeidil (1900 h) - Saffuriya (4330 h) - Indur (620 h).

District de Beth Shéan / (22 localités détruites)

Sirin (810 h) - At-Tira (150 h) - Al-Bira (260 h) - At-Taqa ( ?) - Danna (190 h) - Khirbet az-Zawiya ( ?) - Kafra (430 h) - Kaukab al-Hawa (300 h) - Khirbet al-Mazar ( ?) - Khirbet Umm Sabuna ( ?) - Yubla (210 h) - Qumiya (440 h) - Khirbet Zab’a (1931 h) - Al-Hamidiya (220 h) - Al-Murassas (460 h) - Jabbul (250 h) - Hakimiya (520 h) - Tall ash-Shauk (120 h) - Al-Ashrafiya (230 h) - Farwana (330 h) - As-Samiriya ( ?) - Khirbet Umm Sarhan ( ?).

District de Jenine / (6 localités détruites)

Ein al Mansi (90 h) - Al-Lajjun (1103 h) - Nuris (580 h) - Al-Mazar (270 h) - Khirbet al-Jaufa ( ?) - Zir’in (1420 h).

District de Bir as-Saba / (1 localité détruite)

Jammama ( ?)

District de Gaza / (45 localités détruites)

Al-Masmiya - al-Kabira (2510h) - Al-Masmiya - al-Saghira (530) - Yasur (1070 h) - Batani ash-Sharki 650 h - Khirbet Sukreir (390 h) - Barqa (890 h) - Batani al-Gharbi 980 h - Isdud (4630 h) - Qastina (890 h) - Tall at-Turmus (760 h) - Beit Daras (2750 h) - As-Sawafir - ash-Shamaliya (680 h) - Bi’lin (180 h) - As-Sawafir - ash-Sharqiya (960 h) - As-Sawafir - al-Gharbiya (1030 h) - Jaladiya (360 h) - Summeil (950 h) - Hamama (5010 h) - Julis (1030 h) - Juseir (1180 h) - Hatta (970 h) - Beit Affa (700 h) - Ibdis (540 h) - Karatiya (1370 h) - Al-Faluja (4670 h) - Irak al-Manshiya 2010 h - Kaukaba (680 h) - Al-Jura (2420 h) - Irak Suweidan (660 h) - Beit Tima (1060 h) - Ni’iliya (1310 h) - Khirbet al-Khisas (150 h) - Al-Jiya (1230 h) - Huleiqat (420 h) - Bureir (2740 h) - Barbara (2410 h) - Beit Jirja (940 h) - Hirbiya (2240 h) - Sumsum (1290 h) - Haj (810 h) - Kaufakha (500 h) - Al-Muharraqa (580 h) - Najd (620 h) - Deir Suneid (730 h) - Dimra (520 h).

District de Hébron / (15 localités détruites)

Mughallis (540 h) - Tall as-Safi (1290 h) - Zakariya (1180 h) - Beit Nattif (2150 h) - Ajjur (3730 h) - Barqusiya (330 h) - Zikrin (960 h) - Ra’na (190 h) - Deir ad-Dubban (730 h) - Zeita (330 h) - Kidna (450 h) - Beit Jibrin (2430 h) - Deir Khakhas (600 h) - Al-Qubeiba (1060 h) - Ad-Dawayiama (3710 h). - District de Jaffa / (19 localités détruites) - Al-Haram (520 h) - Jalil (470 h) - Biyar Adas (300 h) - Al-Mirr (170 h) - Shiekh Muwannis1930 h - Jammasin (1810 h) - Jarisha (190 h) - Al-Mas’udiya (860 h) - Sarona (150 h) - Fajja (1200 h) - Rantiya (590 h) - Al-Yahudiya (5650 h) - Salama (6670 h) - Saqiya (1100 h) - Kafr Ana (2800 h) - As-Safiriya (3070 h) - Beit Dajan (3840 h) - Yazur (4030 h) - Al-Kheiriya (1420 h).

District de TulKarem / (10 localités détruites)

Fardisiya (55 h) - Kh. al-Jalama (70 h) - Kh. al-Manshiya (260 h) - Qaqun (1970 h) - Umm Khalid (970 h) - Khirbet Zalafa (210 h) - Kh. Beit lid (460 h) - Miska (880 h) - Kafr Saba (1270 h) - Tabsar ( ?).

District de Haïfa / (45 localités détruites)

Balad ash-Sheikh 1420h - At-Tira (5270 h) - Al-Khureiba ( ?) - Khirbet ad-Damun 340 h - Jalama ( ?) - Khirbet al Mansura ( ?) - Yajur (610 h) - Ein Haud (650 h) - Al-Mazar (210 h) - Jaba (1140 h) - As-Sarafand (290 h) - Kafr Lam (340 h) - Ijzim (2970 h) - Ein Ghazal (2170 h) - Tantura (1490 h) - Kh. Umm ad-Daraj ( ?) - Umm az-Zinat (1470 h) - Khirbet Qumbaza ( ?) - Kh. al-Manshiya (260 h) - Ar-Rihaniya (240 h) - Qira wa Qamun (410 h) - Abu Zureiq (550 h) - Bethlehem (370 h) - Hosha (202 h) - Ta’bun (370 h) - Al-Waraqani ( ?) - Ghubaiya-Tahta 1130 h - Ghubaiya al-Fauqa incl. - Abu Shusha (720 h) - Al-Mansi (1200 h) - Lidd (Al-Awwadim) 640 h - An Naghnaghiya - Daliyat ar-Ruha (280 h) - Al-Kafrin (920 h) - Sabbarin (1700 h) - Al-Buteimat (110 h) - Khubbeiza (290 h) - Umm ash-Shauf (480 h) - As-Sindiyana (1250 ) - Bureika (29 h) - Qisariya (960 h) - Khirbet al Burj ( ?) - Wadi Ara (230 h) - Kh. al-Majdel 1931:145h - Qannir (750 h).

District de Ramle / (54 localités détruites)

Majdal Yaba (1520 h) - Al-Muzeiri’a (1160 h) - Qula (1010 h) - At-Tira (1290 h) - Deir Tarif (1750 h) - Beit Nabala (2310 h) - Al-Haditha (760 h) - Jindas ( ?) - Sarafand al Amar 1950 h - Abu-Fadl as-Sautariya ? - Deir Abu Salama (60 h) - K. adh-Dhuheiriya 100h - Nabi Rubin (1420 h) - Sarafand alKharab 1040 - Bir Salim (410 h) - Jimzu (1510 h) - Daniyal (410 h) - Shilta (100) - Burfiliya (730 h) - Al-Burj (480 h) - Bir Ma’in (510 h) - Beit Shanna (210 h) - Kharruba (170 h) - Innaba (1420 h) - Zarnuqa (2380 h) - Ybna (5420 h) - Bashshit (1620 h) - Al-Qubeiba (1720 h) - Al-Kuneisiya (40 h) - Al-Barriya (510 h) - Na’ana (1470 h) - Aqir (2480 h) - Al-Mughar (1740 h) - Kh. al-Buweira (190 h) - Deir Aiyub (320 h) - Salbit (510 h) - Idhnibba (490 h) - Jilya (330 h) - At-Tina (750 h). - Khulda (280 h) - Sajad (370 h) - Qazaza (940 h) - Shahma (280 h) - Qatra (1210 h) - Al-Mukheizin (200 h) - Beit Jiz (550 h) - Al-Kheima (190 h) - Khulda (280 h) - Sajad (370 h) - Qazaza (940 h) - Shahma (280 h) - Qatra (1210 h) - Al-Mukheizin (200 h) - Beit Jiz (550 h) - Al-Kheima (190 h).

District de Safad / (76 localités détruites)

Abil al-Qamh (330 h) - Az-Zuq al-Fauqani 160 h - Zuq at-Tahtani (1050 h) - Shauqa at-Tahta 200h - Khan ad-Duweir 150 h - As-Sanbariya (130 h) - Al-Khisas (530 h) Al-Manshiya (362 h) - Al-Mansura (360 h) - Al-Khalisa (1840 h) - Lazzaza (230 h) - Al-Abbisiya (830 h) - Kh. as-Sammam incl. - Al-Qeitiya (940 h) - An-Na’ima (1030 h) Al-Madahil 100 h) - Hunin (1620 h) - Al-Manara (490 h) - Dawwara (700 h) - Al-Amir ( ?) - As-Salihiya (1520 ) - Al-Muftakhira (350 h) - Khiyam al-Walid (280 h) Az-Zawiya (760 h) - Al-Hamra (730 h) - Al-Buweiziya (510 h) - Al-Ghuraba (200 h) - Ad-Darbashiya (310 h) - Al-Huseiniya (340 h) - Jahula (420 h) - Nabi Yusha’ (70 h) Al-Mansura (90 h) - Beit Susin (210 h) - Deir Muheisin (460 h) - Seidun (210 h) - Al-Qubab (1980 h) - Al-Latrun (190 h) - Abu shusha (870 h) - Qadas (290 h) - Al-Malikiya (360 h) - Harrawi ( ?) - Beisamun (20 ) - Mallaha (890 h) - Al-Ulmaniya (260 h) - Arab az-Zubeib incl. - At-Tuleil - Deishum (590 h) - Kirad alGhannama 350h - Kirad al-Baqqara (360 h) - Yarda (20 h) - Saliha (1070 h) - Alma (950 h) - Marus (80 h) - Al-Waiziya ( ?) - Qabba’a (460 h) - Mansurat al-Kheit 200 h - Dallata (360 h) - Ammuqa (140 h) - Mughr al-Kheit (940 h) - Ar-Ras al-Ahmar (620 h) - Zangharriya (840 h) - Fir’im (740 h) - Khirbet al-Muntar ( ?) - Teitaba (530 h) - Qaddita (240 h) - Kafr Bir’im (710 h) - Ein az-Zeitoun (820 h) - Biriya (240 h) - Ja’una (1150 ) - Sasa (1130 h) - Al-Ghabbatiya (60 h) - Sabalan (70 h) - Safsaf (910 h) - Ad-Dhahiriya - at-Tahta 350 h - Jubb Yusuf (170 h) - Khirbet Kharraza ( ?) - Kh.al-Hiqab ( ?) - Ash-Shuna (170 h) - Farradiya (670 h) - Fara (320 h) - Meiroun (290 h) - Sammu’i (310 h) Khirbet Khati ( ?).

District de Tibériade / (24 localités détruites)

As-Samakiya (380 h) - At-Tabigha (330 h) - Yaquq (210 h) - Al-Mansura ( ?) - Gh. Abu Shusha 1240 h - Majdal (360 h) - Kh. Al-Wa’ra as-Sauda ? - An-Nuqeib (320 h) Hittin (1190 h) - Nimrin(320 h) - Kh. Nasir ed-Din (90 h) - Kh. Sarjuna (73 h) - Al-Manara (490 h) - Lubiya (2350 h) - As-Samra (290 h) - Samakh (3460 h) - Al-Manshiya (362 h) - Al-Ubeidiya (870 h) - Al-Hamma (290 h) - Kafr Sabt (480 h) - Ash-Shajara (770 h) - Al-Hadatha (520 h) - Ulam (720 h) - Ma’dhar (480 h).

Il y a eu au total 531 villages rasés.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • À Gaza, un théâtre ambulant cherche à faire sourire les enfants

    Un théâtre ambulant parcourt les villes et les villages de la bande de Gaza pour soulager les enfants du stress psychologique causé par le siège

  • "C’est seulement à Gaza !"

    C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.
    C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.
    C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.
    C’est (...)

  • Ils montent le son à Gaza

    De l’extérieur, la bande de Gaza occupée apparaît comme un lieu de misère. Trois agressions militaires israéliennes acharnées depuis décembre 2008 ont causé une destruction indicible, faisant des milliers de morts, plus de 15 000 blessés, plus de 75 000 personnes sans-abri et un demi-million déplacées.
    Dans le même temps, un siège long d’une décennie a conduit les Palestiniens dans la bande côtière au bord de la catastrophe avec une infrastructure en lambeaux.
    Mais Gaza, c’est aussi le lieu d’un moral (...)