Les Amis d’Al-Rowwad

La voix d’or de Monther

Il s’emble la protéger par un keffieh noué autour de son cou, et elle vient s’élever de sa puissante stature pour faire vibrer avec une amplitude étonnante les chants du folklore palestinien et libanais, qu’il alterne avec des chants Patriotiques.

Parfois pendant le spectacle ou dans les moments creux où il sort de sa réserve car il est d’un caractère plutôt placide pour distraire le groupe.

Il vient du village d’El Aroub, qui compte 700 habitants, issus du village d’Iark El Manshir situé entre Jérusalem et Gaza. Ce village, aujourd’hui disparu, a fait place à des cultures agricoles israéliennes.

Il semble gêné de dire qu’il n’a pas d’emploi défini, mais que sa famille lui a légué l’amour du chant, comme à ses 3 soeurs du reste et sa tante. Il s’accompagne parfois à la darbuka pour animer gratuitement les mariages et fêtes, me dit ne pas avoir de haine envers les israéliens et peut même s’imaginer de chanter avec eux, à l’instar de l’orchestre pluriethnique de Daniel Barenboïm.

Comme pour illustrer ses propos, Il me chantonne les premiers vers de la chanson du chanteur israélien arabe Sharif Durzi : Lama lo ? ("pourquoi pas" en hébreu).

Un titre évocateur à plus d’un titre même si ce chant est un chant d’amour.

Par Elias
Membre de l’UJFP



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)

  • Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

    L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.
    Cet événement important est organisé (...)