Les Amis d’Al-Rowwad

La troupe est bien rentrée

Après un mois et demi de tournée en France et en Belgique, la troupe des enfants d’Al Rowwad et des jeunes musiciens de Naplouse ont repris l’avion le mercredi 2 août à Roissy Charles de Gaulle, et sont arrivés chez eux après un voyage de plus de 12h pour rejoindre Bethlehem d’Aman où ils ont atterri. Vous trouverez ci-dessous le mail que nous avons reçu d’Abdelfattah Abou Srour :

Premières nouvelles du retour en Palestine.

Chers amis

Nous sommes bien rentrés et arrivés dans nos familles. Les nouvelles sont bien sûr extrêmment difficiles, et le camp est toujours sujet aux incursions fréquentes de l’armée d’occupation.

Le chemin de 100 km entre Amman et Bethléem a duré autour de 12 heures. Nous avons passé une nuit à Amman, et puis nous sommes partis vers 6 heures de matin. On a passé autour de 3.5 heures de Amman jusqu’aux contrôles israéliens et environ 5 heures dans les contrôles israéliens sur le pont de la frontière jordanienne, et ensuite autour de 3.5 heures de Jéricho jusqu’à Bethléem avec 3 checkpoints sur le chemin.

L’accueil dans le camp était merveilleux. Les familles, le conseil d’administration d’Alrowwad et le comité populaire dans le camp attendaient dans le nouveau bâtiment d’Alrowwad. Ils nous ont accueillis avec des roses, et un petit speech de remerciement pour la troupe et le message qu’elle a réussi à transmettre lors de ses représentations en France et en Belgique. Leurs remerciements sont également allés aux amis d’Alrowwad en France et Belgique pour leur organisation et leur victoire sur le CRIF...

On m’a ensuite donné la parole, et j’ai parlé de la tournée, de nos enfants et de l’aspect positif qu’ils ont réussi à transmettre de leur vie et de leur quotidien. J’ai également insisté sur l’impact que cette tournée a eu sur le public en France et en Belgique, ainsi que sur les enfants eux mêmes. Les émotions en tout cas étaient au rendez vous.

Nous avons également longuement remercié le Consulat Général de France à Jérusalem, et Mme Jacqueline COULON-LASCAUX pour le soutien que le Consulat a accordé à la tournée d’Alrowwad, et toutes les équipes, mairies et conseils généraux ou régionaux, et Festival qui ont soutenu la tournée et reçu Alrowwad et le Centre National de musique de Naplouse.

Le centre était plein d’enfants qui suivent différents ateliers. J’ai remercié les enfants un par un, et tout le monde les a applaudi, et lorsque j’ai remercié Jean Claude, Julien, Laure, Liliane, Sylvie, Myriam, Delphine et les autres, les enfants ainsi que les familles ont applaudi longuement... J’ai eu la joie de retrouver mon épouse Nahil, et mes enfants Canaan, Adam, Ahmad et ma fille Rafa. Nous nous sommes dit au revoir, et nous sommes tous ensuite rentrés chez nous...

La richesse et la chaleur de l’accueil que la France et la Belgique nous ont reservé a bien marqué nos enfants de Naplouse et Aïda... et certains parlent vraiment d’apprendre sérieusement le français et de faire leurs études en France. J’espère que nous pourrons les aider, par des bourses, à réaliser leurs rêves et à continuer dans la voie de la belle résistance non-violente.

Nous avons actuellement trois étudiants qui ont fini leurs études de Baccalauréat :

1. Anas Abusrour, Branche littéraire avec Moyen 93%, il veut étudier le théâtre.

2. Ahmad Alajarma, Branche Sciéntifique, moyen 77.5%, il veut étudier l’informatique, specialisé dans le graphisme.

3. Mhoammad Janazra, Branche sciétifique, moyen 86%, il veut étudier le cinéma, et veut devenir réalisateur des films



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Wardi : 70 ans après la Nakba, l’espoir est toujours vivant

    Les trop rares films palestiniens, ou faisant entendre des voix palestiniennes, sont souvent de beaux films ; malgré leurs mauvaises dispositions, les critiques, lorsqu’ils en parlent, au lieu de le nier, mettent plutôt en œuvre divers procédés pour les affaiblir et les neutraliser. Il est donc intéressant de jeter un coup d’œil sur quelques sites de cinéma avant de parler du film lui-même.
    aVoir-aLire introduit ainsi le film : « Sidi a été chassé de son village en 1948. » Par qui ? Pourquoi ? Ces (...)

  • Et la terre, comme la langue (DOCUMENTAIRE, 1997)

    Voici la publication du vendredi, jour dédié aux inspirations de la Poésie française : Un documentaire d’Élias Sanbar et Simone Bitton réalisé en 1997. Mise en ligne par Arthur Yasmine, poète vivant, dans l’unique objet de perpétuer la Poésie sur tous les fronts.
    Notice : On a du mal à se représenter, en Occident, l’immense popularité dont jouissent les poètes en Orient. Du Moyen-Orient à l’Afrique du Nord, non seulement on lit plus de poèmes que de romans, mais aussi on considère la poésie comme un art (...)

  • "L’antisionisme est une opinion et l’antisémitisme un délit"

    Avec la proposition de certains députés pour pénaliser l’antisionisme au même titre que l’antisémitisme, après les injures antisémites adressées à Alain Finkielkraut, "on met le doigt dans un processus totalitaire" avec un retour du délit d’opinion, analyse lundi 18 février sur franceinfo le journaliste et historien Dominique Vidal, auteur de Antisionisme = antisémitisme ? plus loin, Dominique Vidal continue : "Nous avons des lois antiracistes, la loi de 1881, la loi de 1972, nous avons aussi un Code (...)