Les Amis d’Al-Rowwad

La campagne BDS met Israël en mode panique !

Alors que le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions gagne du terrain au niveau international, les tentatives d’Israël pour le délégitimer ressemblent au maccarthysme des années ’50 aux Etats-Unis.

Il y a quelques jours, le 3 juin dernier, le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahu et des membres de son gouvernement s’en sont pris au mouvement BDS conduit par la Palestine.

Le Premier Ministre a utilisé des éléments de langage normalement réservés au Hamas voire au programme nucléaire iranien – et comme toujours, le Congrès et l’AIPAC les ont répercutés. En décrivant le mouvement BDS comme « une menace stratégique », Netanyahu réagissait à un vote de la direction nationale de l’Union Nationale des Etudiants au Royaume Uni, le 2 juin 2015, s’alignant sur le mouvement BDS. Ce qui l’a incité à twitter : « Un groupe estudiantin en Grande Bretagne qui a voté le boycott d’Israël refuse de boycotter ISIS. C’est ça, le BDS ».

Netanyahu salissait évidemment le BDS en débitant de purs mensonges. Ce qu’il omettait de dire, c’est que le Conseil exécutif national du syndicat NUS [National Union of Students] avait adopté le 3 décembre une résolution condamnant le Califat (Etat Islamique) « comme étant une organisation terroriste réactionnaire perpétrant des atrocités » contre les personnes des zones où elle opère.

Ce même jour, le Président israélien Reuven Rivlin répercutait un sentiment identique sur la menace stratégique que BDS pose à Israël. Il déclarait à un groupe d’universitaires israéliens : « Je n’aurais pas imaginé que les universités israéliennes auraient à faire face à un réel danger, mais l’atmosphère dans le monde est en train de changer, ce qui crée une situation où il est impossible de traiter la question sinon comme une menace stratégique de niveau 1 ».

Toutefois il semble que Netanyahu, Rivlin et les tenants d’Israël ont de bonnes raisons de s’inquiéter.

Premièrement, avec l’accord sur le nucléaire iranien se profilant à la fin du mois, Netanyahu et les apologistes d’une poursuite de l’occupation israélienne et d’un niveau insensé de constructions de colonies dans les TPO vont probablement échouer à inquiéter le monde avec leur souci forgé de toute pièces, celui du potentiel iranien de construire une bombe atomique. Le monde habituellement complaisant risque d’aller regarder de plus près l’abominable politique d’occupation et d’apartheid à l’encontre des Palestiniens.

Deuxièmement, le BDS gagne du terrain parce que c’est un mouvement moral. Il montre ce que l’occupation illégale et raciste d’Israël est en train de faire aux Palestiniens. Il met en lumière les crimes contre l’humanité qu’Israël a systématiquement perpétrés contre les Palestiniens depuis 67 ans. Partout dans le monde il donne aux gens dotés d’une fibre morale un choix clair et net : soit se lever pour des valeurs humanistes, soit s’aligner sur une occupation militaire raciste.

Netanyahu et Rivlin savent tout cela. Au niveau universitaire, là où le BDS fait vraiment la différence c’est quand le monde académique international refuse des promotions universitaires israéliennes. Cela réduirait significativement la coopération avec des entreprises israélienne et pourrait mener les revues académiques à rejeter des publications soumises par des Israéliens. Cette perspective figure sur la longue liste de ramifications que les chercheurs israéliens connaissent déjà et fait écho à l’apartheid sud-africaine.

En fait le mouvement populaire non violent fondé par les Palestiniens il y a bientôt dix ans, en juillet 2005, se calque sur les campagnes anti-apartheid en Afrique du Sud. Il appelle à mettre fin à l’occupation, à l’égalité pour les citoyens palestiniens en Israël et à une résolution pour les réfugiés palestiniens de 1948.

Omar Barghouti, l’un de ses fondateurs, explique que BDS a été lancé par une large frange de la société civile « comme une phase qualitativement neuve dans l’ensemble de la lutte palestinienne pour la liberté, la justice et l’autoétermination. » Barghouti dit que plus de 170 importants partis politiques, fédérations syndicales, associations de femmes, groupes pour les droits des réfugiés, ONG et organisations populaires ont appelé à « un boycott d’Israël jusqu’à ce qu’il respecte intégralement ses obligations de droit international ».

Après des années où les autorités et les commentateurs israéliens ont dédaigneusement écarté l’impact de BDS, il semble que Netanyahu, Rivlin, l’AIPAC et le Congrès US l’aient enfin pris en considération. Le Congrès lie irrégulièrement l’adoption d’une législation qui impacte la vie des Américains aux Etats-Unis à l’interdiction du mouvement BDS. En même temps, Netanyahu et l’AIPAC cherchent en toute redondance et explicitement à lier le mouvement à un « antisémitisme » historique. Le Premier Ministre israélien en a fait la remarque dans son discours-programme à l’AIPAC, prédisant l’échec de BDS parce qu’il « serait du mauvais côté de la frontière morale ».

Ils ne cessent de pointer du doigt ceux qui réclament le droit des Palestiniens à retourner chez eux ou ceux qui ont renoncé à l’option moribonde des deux Etats (euthanasiée par la cupidité israélienne envers les terres palestiniennes), pour prouver que BDS égale antisémitisme.

Cette panique commence à se répandre au sein du colonialisme israélien, à un niveau qu’on a pu voir seulement durant les dernières années de l’apartheid en Afrique du Sud. Des commentaires récents de cadres politiques israéliens et leur amplification dans les médias israéliens n’ont fait que renforcer la crédibilité de ces évaluations. Il suffit de regarder la première page du journal de masse Yedioth Ahoronoth, qui a enfoncé le bouton de la panique il y a quelques jours en se ralliant à ceux « qui combattent le boycott » ainsi que d’autres lanceurs d’alerte. Son principal chroniqueur, l’écrivain d’extrême-droite Ben-Dror Yemeni, a mis en garde : "Le succès de BDS est particulièrement impressionnant parce que c’est un mouvement qui se sert du langage des droits".

En effet, BDS ne concerne que les droits, les droits humains, les droits civiques et les droits nationaux des Palestiniens.

Mais bien sûr la lutte reste primordiale. Israël et ses innombrables lobbys mettent en œuvre leurs colossales ressources financières et leurs tactiques de pression pour soumettre les partisans du BDS sur les campus universitaires par le chantage. Un site web appelé Canary Mission a été lancé pour créer une « liste noire » d’étudiants et d’universitaires pro-palestiniens. Sa page d’accueil énonce : « La banque de données Canary Mission a été créée pour exposer des individus et des groupes qui sont anti-liberté, anti-américains et antisémites, afin de protéger le public et nos valeurs démocratiques ».

Les sites tentent de léser les perspectives économiques des groupes et des individus qu’ils profilent. « C’est votre devoir d’assurer que les radicaux d’aujourd’hui ne sont pas les salariés de demain dit un narrateur dans une vidéo du site.

Peu importe comment on le jauge, cela nous fait remonter à l’époque du maccarthysme des années ’50, lorsque la tendance était à porter des accusations de subversion ou de trahison sans aucun égard pour les preuves, afin d’être « un bon Américain ». Ce sont Israël et ses partisans qui prêchent à tout le monde leur haut niveau moral, au plus fort de cette logique de chantage.

Pendant des années, sous couvert du prétendu processus de paix soutenu par une complaisante Autorité palestinienne, et sous le prétexte tout aussi mensonger d’une menace nucléaire iranienne, Israël et ses défenseurs ont réussi à associer BDS avec des initiatives séparées de Palestiniens pour soutenir la fin de l’occupation. Lentement mais sûrement, la couverture est arrachée.

(Said Arikat est un journaliste et polémiste palestinien qui dirige le bureau du journal hiérosolymitain al-Quds à Washington)

Source : http://www.info-palestine.net/spip.php?article15427



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Témoignage de Ziad Medoukh sur la pollution de la mer de Gaza

    La souffrance des Palestiniens de Gaza se poursuit. Témoignages et explications de Ziad Medoukh en direct de la plage de Gaza sur la pollution de la mer de Gaza. Les Palestiniens de Gaza sous blocus israélien sont privés de leur seul loisir : la plage de Gaza, en plein été, ils ne peuvent pas s’ y rendent à cause de la pollution de la mer de Gaza. Actuellement, la bande de Gaza subit une pollution terrible La pollution de la côte et des nappes de Gaza à cause de l’effondrement de deux centres de (...)

  • À Gaza, un théâtre ambulant cherche à faire sourire les enfants

    Un théâtre ambulant parcourt les villes et les villages de la bande de Gaza pour soulager les enfants du stress psychologique causé par le siège

  • "C’est seulement à Gaza !"

    C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.
    C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.
    C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.
    C’est (...)