Les Amis d’Al-Rowwad

La belle résistance d’Alrowwad

« Tout ce qui travaille au développement de la culture travaille contre la guerre ». Cette phrase, Albert Einstein l’a écrite à Sigmund Freud. Elle pourrait être le leitmotiv du Centre Al Rowwad ( les pionniers ) créé par Abdelfattah Abusrur.
Docteur en génie biologique et médical, passionné de théâtre, il a lancé ce projet en 1998, au camp de réfugiés d’Aida à Bethléem, où il est né en 1963. Le titre du projet ? « Belle résistance », « Beautiful non-violent résistance » en anglais.
« Chacun est un acteur de changement. Personne n’a le droit de dire : "Je ne peux rien faire", sinon chaque jour qui vient sera pire que celui qui s’en va. Ce n’est pas un héritage que quinconce peut s’enorgueillir de laisser à nos enfants et à toutes les générations à venir. » écrit Abdelfattah Abusrur sur la plaquette qui présente le centre, animé par une équipe de bénévoles soutenue par quelques salariés, à proximité du mur de séparation construit par Israël.

La culture comme forme de résistance

Al Rowwad est une structure d’éducation populaire. Le centre propose des activités à partir de l’âge de 6 ans, met l’accent sur l’éducation périscolaire, la création artistique, la formation aux médias (photo, vidéo) et propose des programmes spécifiquement destinés aux femmes, car « la femme est créatrice de changement dans la société ».

Pas d’approche humanitaire ici mais une approche par l’éducation et l’acquisition d’outils qui permettent de produire son propre récit de vie et qui brisent les stéréotypes. Al Rowwad propose donc des actes de « belle résistance » pour faire ce qu’il faut faire. Y compris de se déplacer avec la troupe de théâtre non seulement à l’étranger mais aussi sur le territoire palestinien, même si l’occupant met des barrages.

Entre 6000 et 8000 jeunes passent par le centre chaque année et en 2012, Al Rowwad a mené 430 activités dans plus de 138 lieux en Cisjordanie servant plus de 45000 personnes.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • À Gaza, un théâtre ambulant cherche à faire sourire les enfants

    Un théâtre ambulant parcourt les villes et les villages de la bande de Gaza pour soulager les enfants du stress psychologique causé par le siège

  • "C’est seulement à Gaza !"

    C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.
    C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.
    C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.
    C’est (...)

  • Ils montent le son à Gaza

    De l’extérieur, la bande de Gaza occupée apparaît comme un lieu de misère. Trois agressions militaires israéliennes acharnées depuis décembre 2008 ont causé une destruction indicible, faisant des milliers de morts, plus de 15 000 blessés, plus de 75 000 personnes sans-abri et un demi-million déplacées.
    Dans le même temps, un siège long d’une décennie a conduit les Palestiniens dans la bande côtière au bord de la catastrophe avec une infrastructure en lambeaux.
    Mais Gaza, c’est aussi le lieu d’un moral (...)