Les Amis d’Al-Rowwad

La belle résistance d’Alrowwad

« Tout ce qui travaille au développement de la culture travaille contre la guerre ». Cette phrase, Albert Einstein l’a écrite à Sigmund Freud. Elle pourrait être le leitmotiv du Centre Al Rowwad ( les pionniers ) créé par Abdelfattah Abusrur.
Docteur en génie biologique et médical, passionné de théâtre, il a lancé ce projet en 1998, au camp de réfugiés d’Aida à Bethléem, où il est né en 1963. Le titre du projet ? « Belle résistance », « Beautiful non-violent résistance » en anglais.
« Chacun est un acteur de changement. Personne n’a le droit de dire : "Je ne peux rien faire", sinon chaque jour qui vient sera pire que celui qui s’en va. Ce n’est pas un héritage que quinconce peut s’enorgueillir de laisser à nos enfants et à toutes les générations à venir. » écrit Abdelfattah Abusrur sur la plaquette qui présente le centre, animé par une équipe de bénévoles soutenue par quelques salariés, à proximité du mur de séparation construit par Israël.

La culture comme forme de résistance

Al Rowwad est une structure d’éducation populaire. Le centre propose des activités à partir de l’âge de 6 ans, met l’accent sur l’éducation périscolaire, la création artistique, la formation aux médias (photo, vidéo) et propose des programmes spécifiquement destinés aux femmes, car « la femme est créatrice de changement dans la société ».

Pas d’approche humanitaire ici mais une approche par l’éducation et l’acquisition d’outils qui permettent de produire son propre récit de vie et qui brisent les stéréotypes. Al Rowwad propose donc des actes de « belle résistance » pour faire ce qu’il faut faire. Y compris de se déplacer avec la troupe de théâtre non seulement à l’étranger mais aussi sur le territoire palestinien, même si l’occupant met des barrages.

Entre 6000 et 8000 jeunes passent par le centre chaque année et en 2012, Al Rowwad a mené 430 activités dans plus de 138 lieux en Cisjordanie servant plus de 45000 personnes.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Nous avons perdu notre théâtre à Gaza

    Le théâtre ASHTAR condamne avec une grande rage et une profonde douleur l’attaque brutale de
    l’occupation israélienne sur le théâtre Al Mishal à Gaza, qui a réduit à zéro l’immeuble de six étages.
    Al Mishal était le siège du groupe de jeunes d’ASHTAR à Gaza depuis 2008. Il avait été le lieu de
    plusieurs productions du théâtre ASHTAR ; « Les Monologues de Gaza », « Roméo et Juliette à Gaza »,
    « Hanin », « Le Jardin des Fleurs », « Les Enfants d’Hercule » et beaucoup d’autres…
    Les atrocités de l’occupant se sont (...)

  • Le Cinéma des Enfants de Gaza : appel au soutien

    Chers amis et sympathisants du Gaza Children Cinema, avant toute chose, nous aimerions redire notre sincère gratitude pour votre soutien aimable et généreux à notre initiative éducative à Gaza : le Cinéma des enfants de Gaza.
    Nous sommes restés silencieux au cours des derniers mois, mais nous avons toujours été occupés à organiser des activités de collecte de fonds pour prolonger le formidable élan du projet afin d’atteindre les communautés d’enfants de Gaza. Nous avons également travaillé de façon très (...)

  • Témoignages de Ziad Medoukh En direct de Gaza-vidéo- Ce vendredi 10 août 2018 Au lendemain de la destruction d’un centre culturel de Gaza

    En direct de Gaza
    Le vendredi 10 août 2018
    Devant le plus important centre culturel de la bande de Gaza
    Le centre culturel El-Misshal pour les jeunes et les enfants de Gaza, détruit totalement par l’aviation israélienne hier jeudi 9 août 2018.
    L’armée israélienne veut détruire la culture à Gaza
    L’armée la plus morale au monde veut priver les enfants de Gaza de leurs loisirs
    Message de Ziad Medoukh, citoyen palestinien de Gaza en direct de ce centre culturel bombardé et détruit totalement par (...)