Les Amis d’Al-Rowwad

La belle résistance d’Alrowwad

« Tout ce qui travaille au développement de la culture travaille contre la guerre ». Cette phrase, Albert Einstein l’a écrite à Sigmund Freud. Elle pourrait être le leitmotiv du Centre Al Rowwad ( les pionniers ) créé par Abdelfattah Abusrur.
Docteur en génie biologique et médical, passionné de théâtre, il a lancé ce projet en 1998, au camp de réfugiés d’Aida à Bethléem, où il est né en 1963. Le titre du projet ? « Belle résistance », « Beautiful non-violent résistance » en anglais.
« Chacun est un acteur de changement. Personne n’a le droit de dire : "Je ne peux rien faire", sinon chaque jour qui vient sera pire que celui qui s’en va. Ce n’est pas un héritage que quinconce peut s’enorgueillir de laisser à nos enfants et à toutes les générations à venir. » écrit Abdelfattah Abusrur sur la plaquette qui présente le centre, animé par une équipe de bénévoles soutenue par quelques salariés, à proximité du mur de séparation construit par Israël.

La culture comme forme de résistance

Al Rowwad est une structure d’éducation populaire. Le centre propose des activités à partir de l’âge de 6 ans, met l’accent sur l’éducation périscolaire, la création artistique, la formation aux médias (photo, vidéo) et propose des programmes spécifiquement destinés aux femmes, car « la femme est créatrice de changement dans la société ».

Pas d’approche humanitaire ici mais une approche par l’éducation et l’acquisition d’outils qui permettent de produire son propre récit de vie et qui brisent les stéréotypes. Al Rowwad propose donc des actes de « belle résistance » pour faire ce qu’il faut faire. Y compris de se déplacer avec la troupe de théâtre non seulement à l’étranger mais aussi sur le territoire palestinien, même si l’occupant met des barrages.

Entre 6000 et 8000 jeunes passent par le centre chaque année et en 2012, Al Rowwad a mené 430 activités dans plus de 138 lieux en Cisjordanie servant plus de 45000 personnes.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Wardi : 70 ans après la Nakba, l’espoir est toujours vivant

    Les trop rares films palestiniens, ou faisant entendre des voix palestiniennes, sont souvent de beaux films ; malgré leurs mauvaises dispositions, les critiques, lorsqu’ils en parlent, au lieu de le nier, mettent plutôt en œuvre divers procédés pour les affaiblir et les neutraliser. Il est donc intéressant de jeter un coup d’œil sur quelques sites de cinéma avant de parler du film lui-même.
    aVoir-aLire introduit ainsi le film : « Sidi a été chassé de son village en 1948. » Par qui ? Pourquoi ? Ces (...)

  • Et la terre, comme la langue (DOCUMENTAIRE, 1997)

    Voici la publication du vendredi, jour dédié aux inspirations de la Poésie française : Un documentaire d’Élias Sanbar et Simone Bitton réalisé en 1997. Mise en ligne par Arthur Yasmine, poète vivant, dans l’unique objet de perpétuer la Poésie sur tous les fronts.
    Notice : On a du mal à se représenter, en Occident, l’immense popularité dont jouissent les poètes en Orient. Du Moyen-Orient à l’Afrique du Nord, non seulement on lit plus de poèmes que de romans, mais aussi on considère la poésie comme un art (...)

  • "L’antisionisme est une opinion et l’antisémitisme un délit"

    Avec la proposition de certains députés pour pénaliser l’antisionisme au même titre que l’antisémitisme, après les injures antisémites adressées à Alain Finkielkraut, "on met le doigt dans un processus totalitaire" avec un retour du délit d’opinion, analyse lundi 18 février sur franceinfo le journaliste et historien Dominique Vidal, auteur de Antisionisme = antisémitisme ? plus loin, Dominique Vidal continue : "Nous avons des lois antiracistes, la loi de 1881, la loi de 1972, nous avons aussi un Code (...)