Les Amis d’Al-Rowwad

Israël commet un nouvel acte de piraterie d’État en Méditerranée

Ce 29 juin 2015, Israël a encore commis un acte de piraterie en interceptant les bateaux en route pour Gaza.

3 navires de guerre israéliens se sont emparés de la Marianne, à une centaine de milles des côtes palestiniennes, dans les eaux internationales.

Lire le dernier communiqué de la Flottille de la liberté III :

Freedom Flotilla Coalition – 29 juin 2015

Aujourd’hui, 29 juin, à 2 h 06 (heure de Gaza), la Marianne a contacté la Coalition de la Flottille de la Liberté (Freedom Flotilla Coalition ) et elle nous a informés que trois navires de la marine de guerre israélienne l’avait encerclée dans les eaux internationales, alors qu’elle naviguait à environ 100 miles nautiques de la côte de Gaza. Après que nous avons perdu le contact avec la Marianne et à 5 h 11 (heure de Gaza), les FDI (Forces de défense israéliennes) ont annoncé avoir « visité et fouillé » la Marianne. Elles s’étaient emparées du bateau et elles ont mis tout le monde en détention à bord, « à l’intérieur des eaux internationales » comme elles l’ont-elles-mêmes admis. Le seul contenu positif dans l’annonce des FDI est qu’elles reconnaissent qu’il existe un blocus naval de Gaza, en dépit du récent démenti par le gouvernement de Netanyahu de son existence.

Nous n’avons aucune raison de penser que la saisie de la Marianne se soit passée « sans histoire », car la dernière fois que les FDI ont déclaré quelque chose de ce genre, en 2012, les gens sur le bateau Estelle avaient pris de graves décharges de Taser et été frappés à coups de matraques. Remontons à 2010, quand dix passagers du Mavi Maramara ont assassinés par les FDI lors d’une opération similaire dans les eaux internationales.

Il est décevant que le gouvernement israélien ait fait le choix de poursuivre cette politique absolument stérile du « tolérance zéro », ce qui signifie qu’il va continuer d’infliger une punition collective inhumaine et illégale aux 1,8 million de Palestiniens dans Gaza. Les actes de piraterie d’État réitérés d’Israël dans les eaux internationales sont le signe inquiétant que la politique d’occupation et de blocus s’étend à toute la Méditerranée orientale. Nous exigeons du gouvernement israélien qu’il cesse et renonce à la détention illégale de citoyens pacifiques voyageant dans les eaux internationales en soutien à une aide humanitaire. Nous demandons à nos gouvernements de s’assurer que tous les passagers et l’équipage de la Marianne sont en sécurité, et de protester avec énergie contre la violation du droit maritime international par l’État israélien. Nous demandons à toutes les organisations de la société civile de condamner les actions d’Israël. Les peuples, partout dans le monde, vont continuer de répondre et réagir à cette injustice, comme nous le faisons, jusqu’à ce que le port de Gaza soit ouvert et que le siège et l’occupation aient pris fin.

Traduction : JPP pour l’Aurdip et l’Agence Média Palestine

Source : Freedom Flotilla



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Témoignages de Ziad Medoukh En direct de Gaza-vidéo- Ce vendredi 10 août 2018 Au lendemain de la destruction d’un centre culturel de Gaza

    En direct de Gaza
    Le vendredi 10 août 2018
    Devant le plus important centre culturel de la bande de Gaza
    Le centre culturel El-Misshal pour les jeunes et les enfants de Gaza, détruit totalement par l’aviation israélienne hier jeudi 9 août 2018.
    L’armée israélienne veut détruire la culture à Gaza
    L’armée la plus morale au monde veut priver les enfants de Gaza de leurs loisirs
    Message de Ziad Medoukh, citoyen palestinien de Gaza en direct de ce centre culturel bombardé et détruit totalement par (...)

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)