Les Amis d’Al-Rowwad

Introduction : l’eau en Palestine

Ce document sur l’eau est le fruit d’une intervention d’un membre du Groupe palestinien pour l’Hydrologie lors d’une rencontre organisée par les Amis de Jayyous.


Permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue du nom de mon organisation, le Groupe palestinien pour l’Hydrologie (Palestinlan Hydology Group), et au nom des habitants de Jayyous, de vous transmettre l’expression des remerciements, de l’amitié, de la tendresse et de la fidélité de mon peuple à tous nos amis, les "Amis de Jayyous".

Avant de venir en France, j’ai demandé à un fermier de Jayyous : « Qu’aimerais-tu que je dise à celles et ceux que je vais rencontrer là-bas ? » Il a répondu : « Que nous voulons la liberté. », et il a pris une poignée de la terre de Jayyous en me demandant de la mélanger avec de la terre de France, en signe d’amitié et de liberté.

Chaque jour à Jayyous est un Jour de la Terre et un Jour pour la Liberté. Notre terre signifie tout pour nous : elle signifie notre maison, notre dignité et notre source de vie, les mêmes choses que votre terre signifie pour vous. Nous combattons pour sa libération, la liberté et la démocratie, tout ce pourquoi vous avez combattu. Nous comptons construire notre futur Etat sur nos terres, cependant l’occupation ne veut pas que nous soyons libres. Tout, en Palestine, est occupé : les gens, la terre, l’eau, les rêves, la nourriture, l’éducation, et la liberté.

Comment pourrions-nous construire la paix et faire confiance quand l’occupation laisse nos vies dans la misère et les difficultés permanentes ? Ce n’est pas notre choix d’être occupé ; mais c’est notre droit de résister à l’occupation. Qui ne déteste pas l’oppression ? Alors pourquoi devrions-nous l’accepter ? Qui accepte l’humiliation ? Alors pourquoi devrions-nous courber l’échiné ? Qui n’aime pas la liberté ? Alors pourquoi devrions-nous nous conformer à l’occupation ? L’occupation veut prendre tout ce que nous avons et nous faire vivre dans des cantons et des prisons éparpillées, sans espoir et sans avenir.

Jour après Jour, les événements de la région démontrent que le problème palestinien est la question clé pour une stabilité de la région toute entière. Sans la fin de l’occupation et le respect des droits des Palestiniens, la région continuera à être confrontée à des situations de guerre et de violence. Seule la reconnaissance mutuelle des droits conduira à la paix ; avec le dialogue, la communication et la coexistence, nous construirons un avenir fondé sur le respect ; avec le renforcement des valeurs humaines, nous réaliserons la sécurité et le bien-être. Il n’y a pas de paix, pas de sécurité avec l’édification de murs et des plans de séparation. Le désengagement, c’est le refus de faire face à la réalité et à nos droits ; il cautérise les blessures mais ne les guérit pas. Les faits sur le terrain prouvent que la force ne peut garantir une longue paix.

Pourquoi l’eau ?

L’eau est une ressource convoitée dans la région de la Palestine historique car elle est limitée. Avec l’occupation israélienne continue et, plus récemment, la réponse militaire israélienne à la seconde Intifada, les conditions d’accès et la qualité de l’eau pour les Palestiniens se sont gravement détériorées. Israël utilise environ 85 % des nappes d’eau souterraines palestiniennes - alimentées par 4 réseaux aquifères situés en Cisjordanie et Gaza - pour satisfaire 40 % du total des besoins en eau, en Israël. Il reste environ 15 % de l’eau palestinienne pour l’usage palestinien. Quand le mur sera achevé, ces chiffres seront encore plus pessimistes ; Israël continuera à se servir de la plus grande partie de l’eau des terres palestiniennes et contrôlera l’accès de plus de 90 % de l’ensemble des sources. D’une main, Israël vole notre eau, et de l’autre. Il nous la revend.

Pour expliquer comment l’occupation confisque la terre, réprime les hommes et réduit leurs ressources, je me concentrerai sur cette question de l’eau. A travers cet élément, vous pourrez voir jusqu’où va l’occupation dans la violation des droits humains fondamentaux et de la loi humanitaire internationale. Ce texte, et en particulier les tableaux qui y sont présentés, sont inspirés de deux rapports publiés par mon organisation, le Groupe palestinien pour l’Hydrologie, et d’un projet financé par ECHO et Oxfam-GB, appelé « L’eau pour la vie - Agression Israélienne permanente contre l’eau palestinienne - Installations sanitaires et Hygiène pendant l’Intifada. »



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Une entreprise israélienne d’espionnage qui a pris contact avec Trump a commencé par proposer de sales tours contre BDS

    La société privée israélienne de renseignement qui a proposé de manipuler les médias sociaux pour la campagne de Trump avait offert un an plus tôt des services similaires à une association de donateurs juifs américains qui cherchaient à cibler ceux qui critiquent Israël, c’est ce que révèle un document obtenu par Forward.
    Fin 2015, l’entreprise privée israélienne de renseignement Psy-Group a pris contact avec une association ad hoc de donateurs juifs en lui proposant de saper en secret le mouvement de (...)

  • On récolte ce que l’on sème fait son bilan !

    Depuis sa sortie en mai 2018, le film du réalisateur palestinien Alaa Ashkar fait le bilan suivant : 20 festivals en France et ailleurs dont un prix du meilleur film documentaire 92 projections publiques en présence du réalisateur.
    Le film vient d’être sélectionné en avant première au Festival 48mm à Tel-aviv organisé par l’association Zokhrot (Projection prévue mi décembre).
    Contactez nous pour organiser une projection publique de l’un des films du réalisateur ! Par mail : contact@freebirdfilms.com (...)

  • Cuisine, art et littérature : comment Israël vole la culture arabe

    En tant que pays colonialiste, Israël s’est activement efforcé d’effacer l’existence des peuples autochtones sur les terres qu’il occupe, de manière à mieux s’approprier ces aspects de leur culture qui le font paraître « local » plutôt qu’implanté.
    La cuisine étant historiquement une production culturelle locale, Israël ne s’enorgueillit pas de bagels, de saumon fumé ou de carpe farcie – tous d’origine européenne – mais plutôt de fallafels, de houmous, d’huile d’olive et de la salade de tomates et de (...)