Les Amis d’Al-Rowwad

Interludes poétiques de Palestine - 27 octobre 2017, 19h00

Que connaissez-vous de la poésie contemporaine palestinienne ? Qui sont les poètes qui se cachent derrière le "monument Mahmoud Darwish" ? Décrouvez la nouvelle génération d’auteurs contemporains palestiniens avec le rendez-vous annuel incontournable des Interludes poétiques de Palestine, le 27 octobre 2017 à 19h00 à la Maison de la poésie à Paris.

Passage Molière, 157, Rue Saint-Martin, 75003 Paris

Pour la cinquième édition des Interludes, l’Institut Culturel Franco-Palestinien célèbre les dix-huit auteurs dont sept femmes, invités depuis 2013. En cet anniversaire, Bashir Shalash, poète de Haïfa présentera “L’Anthologie des Interludes poétiques de Palestine”.

A cette occasion, un hommage vibrant sera rendu à Jihad Hudaib par son ami et poète, Zuhair Abu Shayeb qui, outre ses poèmes, lira une sélection de textes de Jihad issus d’ : Un vacarme résonne dans le silence, un ouvrage bilingue publié spécialement pour cette cinquième édition des Interludes.

Dans un récital aux sonorités multilingues, grâce aux textes des auteurs palestiniens traduits par Mohammed El-Amraoui, nous serons accompagnés de Philippe Tancelin pour leur version française, poète-philosophe et merveilleux interprète des auteurs que nous avons invités jusqu’ici.

Christine Zayed originaire de Jérusalem, ancienne élève du Conservatoire national de musique Edward Said et diplômée en musicologie, parcourra la soirée de ses compositions au qanûn, instrument de musique à cordes pincées sur table dont l’usage est également partagé en Grèce, en Arménie et en Azerbaïdjan.

Des sons, une histoire, des mémoires, des interprétations et des thématiques à découvrir absolument si vous n’y avez pas encore goûté…

Christine Zayed est une musicienne Palestinienne. Elle commence à étudier l’Oud et le Violon dès l’âge de 9 ans, puis a s’initie au qanûn à l’âge de 13 ans au Conservatoire national de musique Edward Said (ESNCM) à Ramallah. Diplômée de musicologue de l’Université Paris VIII, Elle a participé à de nombreux concerts, tournées, ateliers et projets en Palestine et à l’étranger (aux États-Unis, au Qatar, en Norvège, en Serbie, en Jordanie, en Russie en France et en Italie), en particulier avec Tutti Serbia, Bandadriatica, Turab, Basel Zayed, Simon Shaheen, Amman Orchestra et Turath (ESNCM ensemble oriental).

https://soundcloud.com/christine-zayed

Poète palestinien né en 1978 à Arrabat Al-Batouf en Galilée, Bashir Shalash a étudié la littérature arabe et la philosophie à l’Université Hébraïque de Jérusalem entre 1997 et 2001 puis les sciences politiques et le journalisme, entre 2002 et 2006, à Berlin, en Allemagne. Il a reçu en 2001, le premier prix de poésie de la Fondation A. M. Al Qattan, pour son recueil Le moissonneur de la tempête (2003, Dar Al-Adab, Beyrouth). Plusieurs de ses poèmes sont traduits en anglais, allemand, français, espagnol, italien, hébreu et coréen. Il est le fondateur et le directeur depuis 2011 des éditions Dar Raya Lal-Nacher (Editions l’Etendard) à Yaffa.

Jihad Hudaib est né à Madaba en 1967 et mort à Amman en Jordanie en 2015. Il a publié plusieurs recueils de poèmes notamment Ce que l’on peut trahir et Elle s’appelle douleur en 1999. Le regard de Jihad Hudaib se veut lucide sur les sociétés, leurs entrecroisements et dysfonctionnements. Enfant de la diaspora palestinienne, il est considéré comme l’un des meilleurs poètes dès les années 90 en Palestine et en Jordanie, il explique : « Je suis né sur le chemin de l’exil. Du fait de la colonisation, la seule mer que j’ai connue est la Mer morte »

Zuhair Abu Shayeb est né en Palestine en 1958. Après avoir obtenu sa licence en littérature arabe, il devient éditeur et graphiste à l’AIRP, l’Ahlia et dans plusieurs autres maisons d’éditions. Editeur en chef de la revue féministe Al-Rozana de 2009 à 2014, il publie plusieurs poèmes parallèlement comme Geography of Wind & Questions, Book of Situations, Biography of Grass, The Nightshade et Secret Rain. Il est également l’auteur d’une compilation d’articles : The Hard Coconut et de la pièce de théâtre Blind Whiteness. Il a reçu le prix de poésie Mahmoud Darwish en 2012.

Philippe Tancelin, pilier des Interludes poétiques de Palestine depuis leur création en 2013 est Docteur d’État en philosophie, professeur d’esthétique à l’université Paris-VIII. Egalement fondateur avec sa sœur Geneviève Clancy le Centre international de créations d’espaces poétiques (CICEP) de l’université Paris-VIII qui regroupe une cinquantaine de chercheurs universitaires et artistes autour de la mise en confrontation et appréciation de l’écart entre la poésie et les autres arts. Depuis 2005, Philippe Tancelin dirige, avec Emmanuelle Moysan, la collection Poètes des cinq continents aux Éditions L’Harmattan.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Enorme succès du Théâtre de la Liberté de Jénine à New York !

    Le Freedom Theater, qu’Israël a tout fait pour empêcher de sortir de Jénine et de se rendre aux Etats-Unis, vient de remporter un énorme succès à New York, avec une salle comble pour ses 10 représentations de sa pièce "Le Siège" !
    La pièce, qui représente une brillante commémoration de la résistance à l’occupation, à l’intérieur de l’église de la Nativité à Bethléem en 2002, avait été censurée pendant plus d’un an aux USA.
    Mais les organisateurs américains de la tournée ont finalement réussi à vaincre les (...)

  • Une population attaquée de toutes parts mais qui ne fléchit pas !

    J’étais en Cisjordanie occupée en octobre 2015, il y a deux ans. L’atmosphère était à l’effervescence du déclenchement de ce que les Occidentaux ont appelé « l’Intifada des Couteaux », et que les Palestiniens nommaient « Intifada Al-Aqsa ».
    Les funérailles des martyrs drainaient des milliers de Palestiniens que la perte de ces jeunes gens déchirait mais qui soutenaient leurs actions sans réserve. Les Palestiniens avaient le sentiment qu’ils vivaient une nouvelle forme de résistance, peut-être plus (...)

  • L’ONU cible les sociétés qui opèrent dans les colonies

    Menacées d’être inscrites sur une « liste noire », des compagnies font savoir qu’elles ne renouvelleraient pas leurs contrats. Tel-Aviv tente d’en empêcher la publication.
    La décision avait été prise en mars 2016 par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies : créer une « liste noire » des entreprises dans le monde qui opèrent dans les territoires occupés par Israël, à savoir la Cisjordanie et Jérusalem-Est, ainsi que le plateau du Golan. Une motion proposée par la Palestine et les États arabes qui (...)