Les Amis d’Al-Rowwad

Femmes contre le Blocus de Gaza : Rejoignez-nous ! (vidéo)

Volontaire pour le voyage de solidarité du 5 au 13 mars ? D’accord pour répondre à cet appel des femmes de Gaza et les aider à briser le silence qui entoure le blocus qu’elles subissent depuis plus de 7 ans ? Alors voici quelques réponses à vos questions.

Volontaire pour le voyage ?

Plusieurs dizaines de femmes d’Europe, du Maghreb, d’Amérique du Nord ont déjà manifesté leur volonté de faire partie de la délégation qui se rendra à Gaza le 8 mars 2014. Si tel est votre cas, merci contacter femmesgaza@gmail.com ou appeler le 06 88 28 65 67 pour savoir comment vous inscrire.

Il est prévu de séjourner dans la bande de Gaza du 5 au 13 mars.

Le programme sur place prévoit une série de rencontres avec la population, à travers notamment le vaste réseau d’associations de la société civile palestinienne. Nous serons prises en charge par des femmes palestiniennes à l’initiative de l’appel. Mais toute la logistique (transport, logement et alimentation) est financièrement à la charge de chaque participante.

Il faut compter environ 30 euros de dépenses (logement, nourriture, transports) par jour. Soit, pour une présence sur place (Egypte, Gaza) d’une huitaine de jours, un budget de 250 euros à 300 euros.

Le billet d’avion est évidemment à destination du Caire, puisque le seul point d’entrée actuellement envisageable pour la bande de Gaza est celui de Rafah, poste-frontière entre l’Egypte et le territoire palestinien. Une fois votre inscription validée avec votre interlocutrice de femmesgaza@gmail.com, mais pas avant, il faudra passer rapidement à la phase d’achat du billet d’avion.

Les dates de voyage doivent être plus larges que pour la seule présence dans la bande de Gaza, ne serait-ce que pour tenir compte du trajet Le Caire/Rafah et Rafah/Le Caire.

Nous devons être au Caire au plus tard le 5 mars et en repartir le 13. La prudence commande d’acheter un billet autorisant des modifications de dates, avec des pénalités minimales, lorsque l’on peut envisager de rester, 1, 2 ou 3 jours de plus sur place en cas de nécessité.

Coût du billet : A titre d’exemple, la compagnie Egyptair propose un aller-retour Paris/Le Caire/Paris 5 mars/13 mars à 363 euros, avec pénalité de l’ordre de 75 euros pour un retour différé. Les sites spécialisés (type Opodo, Go Voyages, etc.) proposent pour leur part des vols aller-retour pour Le Caire au départ de Paris, Lille, Marseille, Lyon, Nantes, Nice, Toulouse, aux mêmes dates, à des tarifs actuellement compris entre 350 et 400 €. Ces données sont susceptibles de changements au fil des jours.

Quelles formalités avant le départ ?

Pour les participants de nationalité française, un visa est requis pour l’entrée en Egypte. Celui-ci peut être demandé et obtenu en France, auprès de l’ambassade, mais il peut aussi être acheté à l’arrivée à l’aéroport du Caire, par les ressortissants français en tout cas (autres nationalités : se renseigner. Les Algériennes, par exemple, doivent à notre connaissance avoir acquis le visa avant le voyage)

Y-a-t-il des risques de ne pouvoir entrer à Gaza ?

L’entrée dans la bande de Gaza ne peut effectivement être garantie. Le principal aléa concerne l’ouverture ou non, par les autorités égyptiennes, du territoire de la bande de Gaza à Rafah. Ces blocages, fréquents, dont les Palestiniens sont les premières victimes, constituent précisément l’une des principales motivations de l’appel au secours lancé par les femmes de Gaza. On ne peut exclure l’hypothèse où les membres de la délégation devront attendre, en Egypte, que le passage de Rafah soit ouvert (sachant que le risque d’être coincé à l’intérieur de la bande de Gaza sans pouvoir en sortir est a priori plus limité).

Que faut il emporter ?




Nous serons au mois de mars. Il fait normalement déjà assez beau à cette période de l’année en Egypte et à Gaza. Les soirées et les nuits peuvent néanmoins être encore un peu fraîches et nous recommandons donc

de prendre également des vêtements chauds et un sac de couchage peu encombrant (même si nous dormons tous en intérieur), car il faut laisser de la place pour prendre chacune plusieurs lampes avec nous.
Les bagages que l’on ne met pas en soute et que l’on garde en cabine dans l’avion, ne doivent contenir ni objets tranchants, ni liquides.
Emporter aussi des bonbons et biscuits que nous offrirons dans les familles. N’oubliez pas de prendre vos appareils photo et vos caméras !
Pensez à prendre vos instruments de musique s’ils sont transportables, et dites-nous dès maintenant de quel instrument vous jouez !

Argent : Il vaut mieux emporter des espèces, mais il est toujours bon d’avoir sa carte de crédit bancaire, en cas de nécessité. L’euro est aussi échangeable que le dollar américain tant en Egypte (contre des livres égyptiennes) qu’à Gaza (contre … des shekels israéliens !), et il est donc parfaitement inutile, pour un Européen, de se doter de dollars avant de voyager.

Langues



La langue parlée en Palestine est l’arabe. Le dialecte palestinien est plus proche de l’arabe littéraire que l’arabe dialectal parlé au Maghreb par exemple..Il est conseillé de se remettre un minimum à niveau en anglais, ou de prendre un petit guide de conversation, même si toutes les visites et discussions de groupe seront traduites en Français (et dans d’autres langues). Nous aurons également des échanges avec les internationaux d’autres pays, et l’anglais est la langue de communication la plus répandue.

Autres informations

Des réunions de préparation du voyage seront organisées dans plusieurs villes de France, comme à l’étranger avant le départ. Chaque participante nous ayant laissé ses coordonnées sera dûment informée de la tenue de ces réunions.

L’association américaine des Femmes pour la Paix, Codepink, se joint à la Coalition Internationale des Femmes Contre le Blocus de Gaza.

Sa présidente et fondatrice Medea Benjamin, qui sera du voyage, "appelle à une mobilisation massive pour répondre à l’appel au secours lancé par les femmes de Gaza » et indique que « Codepink est en train de prendre toutes les dispositions pour organiser cette mobilisation aux Etats-Unis ». Voir leur site : www.Gazasolidarity.com

VOUS NE POUVEZ PARTIR, MAIS VOUS VOULEZ SOUTENIR ?

Chacun(e) d’entre nous, femme, ou homme, qu’il parte ou pas, doit s’employer à diffuser l’information sur l’appel des femmes de Gaza et sur leurs conditions de vie sous le blocus imposé par Israël.

Dans le plus grand nombre possible de villes et localités, des rassemblements, réunions publiques, tables d’information, doivent être organisés à cet effet.

A PARIS : TOUS LES SAMEDIS, GRAND RASSEMBLEMENT DE 15 H A 17 H, A LA FONTAINE SAINT-MICHEL (M°/RER St Michel) !

Des flyers de la Coalition des femmes contre le blocus de Gaza peuvent vous être envoyés si vous en faites la demande avec votre adresse postale à femmesgaza@gmail.com

AIDER A COLLECTER DES DONS POUR L’ACHAT DE LAMPES SOLAIRES ET A DYNAMO

Pour ce qui est de l’aide matérielle, nous faisons appel aux dons d’argent. Ils serviront en particulier à acheter un maximum de lampes (à dynamo, à énergie solaire, ou les deux à la fois). Du fait du blocus imposé à la bande de Gaza, la production d’électricité du territoire est en effet très réduite, et les habitants en sont réduits à vivre de longues heures dans l’obscurité.

Exemples de lampes (leur coût va de 10 à 22 euros)

Vous pouvez apporter ces lampes ou l’argent permettant de les acheter lors des rassemblements et réunions organisées dans les différentes villes. Ou encore envoyer vos chèques à :

Abna Philistine (Enfants de Palestine)

15 Avenue du Bel Air. 75012 Paris

En précisant au dos de vos chèque : "mission Gaza 2014 »
En laissant vos coordonnées précises permettant de vous joindre : adresse postale, tel + e-mail
et en précisant si vous souhaitez recevoir un reçu fiscal. (Les dons bénéficient d’une réduction fiscale correspondant à 66 % du montant du don sur votre déclaration d’impôts.)

Merci d’avance !

REVOICI L’APPEL DES FEMMES DE GAZA

AU SECOURS !

Nous femmes palestiniennes de Gaza, qui sommes l’une des composantes essentielles de la société palestinienne en général, sommes maintenues dans l’isolement par la politique d’Apartheid israélienne, et souffrons depuis 7 ans du blocus et de l’occupation de la bande de Gaza.

Nous vous lançons cet appel pour que vous nous aidiez à faire cesser ce blocus injuste et inhumain. Un blocus qui nous affecte dans tous les aspects de notre vie, en tant que femmes, mères, de même que dans notre activité professionnelle.

Nous faisons partie de ces 1,8 million de Palestiniens emprisonnés sur une superficie de 365 km2, qu’on essaie quotidiennement et systématiquement de déshumaniser.

Ce blocus est une violation :

De notre droit à la vie, car nous continuons à être les cibles des fréquentes attaques et agressions iisraéliennes, sans avoir la moindre possibilité de nous protéger et de protéger nos familles contre les bombes larguées par Israël du haut de ses avions.

De notre droit à la liberté de mouvement puisqu’on nous interdit de rendre visite à nos parents dans les autres parties de la Palestine, comme de voyager à l’extérieur de la plus grande prison du monde.

De notre droit à bénéficier d’une éducation correcte et de nous rendre dans l’ensemble des universités palestiniennes

De notre droit à la sécurité économique, puisqu’on nous appauvrit, et on nous empêche d’assurer une vie digne à nos familles.

Notre droit au travail puisque le blocus nous prive de toutes les opportunités, en interne comme à l’exportation, et fait grimper le taux de chômage.

Notre vie est devenue un calvaire. Nous sommes désormais privées d’éléments aussi vitaux que l’électricité, l’essence, l’eau potable. Pouvez-vous imaginer cela ?

C’est pourquoi nous vous demandons de ne pas nous abandonner, de prendre la mesure de la violation de nos droits humains les plus fondamentaux et de nous montrer votre solidarité.

Femmes du monde entier, nous vous invitons à venir nous rencontrer le 8 mars prochain, à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme, afin de constater par vous-mêmes la triste situation dans laquelle nous a plongés ce blocus imposé par Israël.

Premières signataires :

Salma Za’neen, 40 ans, Présidente de l’Association pour le Développement Familial
Yaffa Kafarna, 29 ans, Directrice de l’Association pour le Développement Familial
Jamila Al-Habbash, 19 ans, Journaliste radio jeunesse
Na’ema Mohammed Za’neen, 50 ans, Photographe
Angham Hwaihi, 26 ans, Travailleuse sociale
Fidaa Ismael, 20 ans, Etudiante
Sabreen Adwan, 32 ans, avocate
Sou’a Abu Aisha, 32 ans, Productrice de films culturels
Aisha Hamdan , 30 ans, infirmière
Marwana Radwa, 24 ans, Photographe
Wea’am Hwaihi, 30 ans, Formatrice en droits de la femme
Ahlam Bardawil, 45 ans, Professeur de géographie
Ekhlas Al-Barina, 25 ans, Journaliste
Suaad abdrabu, 40 ans, Animatrice
Ahlam Adwan, 52 ans, Professeur d’université
Lina Qassem, 30 ans, Travailleuse sociale
Imtithal Hasania, 36 ans, Professeur de sport
Wisam Haloub, 49 ans, directrice d’une association locale
Nidaa Abu Khair, 36 ans, militante féministe
Shireen Dader, 40 ans, avocate
Amira Hamdan, 64 ans, Dentiste
Eman Surani, 25 ans,Coordinatrice de projets à l’ UHCC (ONG dans le domaine de la santé)
Manal Safi, 30 ans, avocate
Amthal Hanona, 28 ans, Journaliste
Yafa Bayomi 31 ans, Responsable de relations publiques
Mai Al-Masri, 28 ans, Travailleuse sociale
Maysa Al-Kafarna, 38 ans, Professeur d’anglais
Lina Abu Sita, 36 ans, Etudiante
Saymon Abu Jarad, 25 ans, Infirmière
Ahlam Abd Ghani, 27 ans, Journaliste
Hanan Abu Naser, 26 ans, Diplomée en études de genres et sur la femme
Asmaa Abu Jarad 33 ans, avocate
Latifa Adwan, 25 ans, avocate
Nadine Abd El-Wahab Hanoun, 24 ans, Militante
Falsteen Rohi Al-Tanani, 24 ans, Animatrice de l’association « Droit de Jouer"
Rawan Kamal Al-Khori, 21 ans, Etudiante
Ebaa Rezeq, 23 ans, Journaliste freelance
Sarah Soud Abu Ramadan, 23 ans, Etudiante
Manar And Hadi, 20 ans, Etudiante
Mariam Ala Abu Amer, 20 ans, Etudiante
Taghreed Salem Al-Amour, 35 ans, Journaliste
Noha And Aziz Ashour, 18 ans, Etudiante
Wafaa Jamal Abu Hasheesh, 28 ans, Coordinatrice de projets
Hwaida Hassan Hmaid, 31 ans, Maïtre de conférences à l’Université
Shahed Tawfeeq Abu Khusa, 18 ans, Etudiante
Sajeda Wajeeh Al-Haj, 20 ans, Etudiante
Dima Ayman Abu Hamda, 24 ans, Etudiante
Nesreen Fayz Al-Shawa, 25 ans, Militante dans le domaine social
Rema Mahmoud Abu Al-Taif, 25 ans, Administratrice adjointe

VIDEO DE YAFFA SOUS-TITRÉE EN FRANÇAIS

VIDEO DE JAMILA SOUS-TITRÉE EN FRANÇAIS :

VIDEO DE SALMA SOUS-TITRÉE EN FRANÇAIS

CHANSON DES FEMMES CONTRE LE BLOCUS DE GAZA :

Informations reprises sur la page facebook : https://www.facebook.com/?sk=welcom...



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • À Gaza, un théâtre ambulant cherche à faire sourire les enfants

    Un théâtre ambulant parcourt les villes et les villages de la bande de Gaza pour soulager les enfants du stress psychologique causé par le siège

  • "C’est seulement à Gaza !"

    C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.
    C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.
    C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.
    C’est (...)

  • Ils montent le son à Gaza

    De l’extérieur, la bande de Gaza occupée apparaît comme un lieu de misère. Trois agressions militaires israéliennes acharnées depuis décembre 2008 ont causé une destruction indicible, faisant des milliers de morts, plus de 15 000 blessés, plus de 75 000 personnes sans-abri et un demi-million déplacées.
    Dans le même temps, un siège long d’une décennie a conduit les Palestiniens dans la bande côtière au bord de la catastrophe avec une infrastructure en lambeaux.
    Mais Gaza, c’est aussi le lieu d’un moral (...)