Les Amis d’Al-Rowwad

Encore des blessés dans le camp de Aïda

Message de AbdelFattah Abu-Srour
Directeur du centre culturel Al-Rowwad

" Il est 16h23, ce mardi 18 Avril 2006. Cela faisait plus de deux heures que les jeeps de l’armée israélienne encerclaient le camp à côté de l’école des filles (de 6 à 9 ans) et que les bombes de gaz lacrymogène et les balles en caoutchouc empoisonnaient le camp. Un de nos enfants, Husam Alazza (15 ans) qui avait le caméra vidéo pour filmer une entrevue avec un autre enfant, pour préparer un reportage pour notre tournée en France et en Belgique à partir du 14 juin jusqu’au 2 août 2006, a essayé de prendre quelques images des jeeps à côté de la mosquée, et en face de l’école. À peine avait-il sortie la tête, une balle en caoutchouc l’a frappé. Heureusement, la balle a cassé le caméscope avant de le blesser à la joue. Il est revenu au centre, le sang coulant sur son visage et son corps.

Les provocations ont continuées pendant toute cette semaine et la semaine dernière lorsque deux fois, ces barbares ont blessé 6 enfants avec leurs balles en caoutchouc. Le gaz a envahit le vieux centre et le nouveau centre aussi. Leur provocation n’a aucune excuse ou justificatif... Ils se cachent derrière leurs véhicules blindés et derrière leurs murs et tours d’observation, et nous où pouvons-nous nous cacher ?

Je remercie les Grands Etats Unis et la Magnifique Union Européen pour leur Sagesse en supportant le plus grand état d’occupation et de racisme, le Grand Israël et de nous punir pour nos crimes de revendiquer la fin de l’occupation et vivre tout simplement comme des êtres humains... Nous resterons fidèles à notre humanité, et à pousser nos cris... pour peut-être qu’un jour quelques sourdes oreilles se décident a écouter... "



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)

  • Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

    L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.
    Cet événement important est organisé (...)