Les Amis d’Al-Rowwad

Projet BDS nouvelle formule

Cela fait plus de 65 ans depuis que les milices sionistes venant d’Europe ont occupé la Palestine et fondé par la force des armes un État raciste nommé israël. Cela fait plus de 65 ans que cet État d’occupation confisque les terres des Palestiniens, détruit leurs maisons, les assassine, les emprisonne, les affame et les humilie. Cela fait plus de 65 ans que cet État de l’apartheid bafoue les droits de l’Homme en palestine et, de surcroît, il se fait passer pour une victime de ses victimes. Et le monde injuste regarde impuissant, comme le disent certains au lieu de dire complice. Il est temps que les militants du BDS (Boycott, Désinvestissement Sanction) changent de stratégie. Pour combattre plus efficacement cette injustice (qui fait honte à l’humanité) dont il est victime le peuple palestinien, il est temps de réveiller les consciences et montrer aux peuples la vraie nature d’israël et du sionisme. Ces derniers exploitent la religion et la Shoah comme un fonds de commerce pour museler les peuples et leurs dirigeants afin de faire passer sous silence les crimes qu’ils commettent au quotidien contre le peuple palestinien.

Les facteurs clés qui auraient pu obliger israël à poser ses pieds à terre sont carrément négligés ou inefficaces ; et ceci a donné plus de force et de détermination à cet État de l’apartheid de persister dans son expansion impérialiste et ses crimes de tout genre contre le peuple palestinien désarmé.
1) Le premier facteur concerne les Palestiniens eux-mêmes, car personne ne peut le faire à leur place, à savoir la Résistance armée ; celle-ci est considérée par « l’autorité palestinienne » de Ramallah comme un acte criminel ! L’Histoire nous a appris que sans la résistance armée, les occupants d’un pays ne cèdent jamais leurs colonies à l’instar d’un fauve qui ne lâche sa proie que s’il est obligé. Et cette mission ne peut être menée que par les Palestiniens eux-mêmes contre leurs occupants.

2) Le second facteur concerne le boycott ; et ceci est le rôle des militants du BDS à travers le monde. Les huit ans d’expérience nous ont appris que le boycott des produits israéliens venant des colonies, ou israéliens tout court, ne gêne pas outre mesure l’État de l’apartheid israélien. Car ses dirigeants savent pertinemment que leurs « anges gardiens » sont bien placés au sein des institutions de chaque pays occidental pour empêcher toute sanction contre État voyou, quels que soient ses crimes.

Boycotter les sionistes électoralement

3) Toute personne qui suit le dossier du conflit palestino-israélien sait que ce sont les élus israélophiles des pays occidentaux qui mènent la barque, y compris au niveau des plus hautes instances internationales qui ont les pouvoirs de décisions. A titre d’exemple, malgré tous les massacres perpétrés contre les Palestiniens depuis 65 ans, les bombardements des populations civiles par des armes prohibées, le trafic des organes des Palestiniens que l’armée israélienne tue à cet effet (ceci est prouvé par des enquêtes), ou encore les assassinats ciblés des dirigeants palestiniens dont le Président Yasser Arafat mort empoisonné, israël n’a jamais été condamné. Donc ceci explique cela.
4) L’expérience nous a montré que si le BDS, formule actuelle, a pu donner une certaine prise de consciences à une partie de la population des lieux où des actions ont été menées, son efficacité est très limitée. Pourquoi ? Eh bien parce que le boycott n’ébranle pas outre mesure l’État israélien ; car le manque à gagner dû aux produits boycottés lui est remboursé doublement par le lobby capitaliste sioniste mondial. Donc il convient de trouver un autre moyen plus efficace.
Les militants du BDS devraient changer leur stratégie de lutte contre israël s’ils veulent que leurs actions soient efficaces, en passant à la seconde étape de la résistance pacifique contre cet État de l’apartheid. Cette étape consiste à appeler au boycott des sionistes occidentaux sur le plan électoral. Car ce sont les élus occidentaux pro-israéliens qui empêchent les instances nationales de chaque pays et les instances internationales de sanctionner israël.
Tant que ce dernier n’est pas sanctionné ni condamné, rien n’altérera sa politique d’expansion et ses pratiques criminelles au quotidien contre le peuple palestinien. Sachant que sans le soutien politique et financier du lobby sioniste mondial, israël ne se serait jamais conduit de façon cynique et méprisante comme il l’a toujours fait depuis son existence jusqu’à ce jour contre un peuple désarmé après avoir occupé son pays. Il convient donc de changer de stratégie en s’attaquant aux soutiens vitaux d’Israël basés en Occident. Ce sont eux les véritables poumons et l’oxygène de cet État raciste choyé par les régimes complices des États membres de l’ONU, et notamment ceux des grandes puissances.
5) Tant que les sionistes ne sont pas dérangés dans leurs fauteuils d’élus au sein des institutions des pays occidentaux, israël n’arrêtera pas sa politique d’expansion et sa répression contre les Palestiniens qui ne veulent pas mourir à genou. Non seulement il agit de façon cynique, arrogante et méprisante envers les Palestiniens mais aussi envers la dite communauté internationale. Cette communauté qui est censée respecter et faire respecter les lois et résolutions internationales, se situe dans le rôle de marionnette ; elle regarde, impuissante nous dit-on, les bêtes féroces dévorer tout un peuple en direct sur les écrans de leurs télévisions sans réagir, car ses dirigeants on l’épée de Damoclès suspendue sur leurs têtes.
On peut se demander pourquoi cette lâcheté de ce monde dit libre qui se vante par ailleurs de défendre les droits de l’Homme et les valeurs universelles. La réponse est simple : parce que les lobbies sionistes constituent un État dans l’État au sein de chaque pays occidental, notamment dans les pays qui détiennent les pouvoirs de décisions sur le plan international tels les USA et l’UE. A titre d’exemple, l’AIPAC aux USA : tout candidat aux élections présidentielles doit obligatoirement prononcer son premier discours à partir de son siège pour faire allégeance à israël. Et une fois élu, le président marionnette continue à le faire à chaque événement important qui survient dans la région du Moyen-Orient pour rassurer le lobby sioniste étasunien de son soutien inconditionnel à israël (visionner la vidéo ci-après pour le constater).
En France, plus discret le CRIF tire les ficelles pour que les gouvernements français ne prennent pas de position contre la politique d’israël. Il organise un repas annuel de corruption morale aux hommes et femmes politiques pour tester leur degré de soutien à israël. Et parmi ses invités de marque on trouve même des partis « les plus à gauche » ainsi que des « arabes/musulmans » de service. Ceux qui ne se montrent pas assez complaisants envers Israël sont traités indirectement « d’antisémites ». A défaut de soutenir franchement la politique de l’apartheid israélien, il les incite à se taire sur la répression et les crimes de ses armées et de ses colons.
C’est de cette manière que les sionistes agissent en Occident pour museler les peuples et leurs dirigeants ; ils intimident et humilient les hommes et les femmes politiques qui ne partagent pas leur idéologie de la haine.

S’attaquer à la racine du mal

Il convient donc de s’attaquer non seulement aux exécutants (les mercenaires israéliens) mais aussi et surtout à leurs complices en Occident, autrement dit les assassins à distance qui vivant dans le confort en Occident qui soutiennent l’État terroriste d’israël qui terrorise les Palestiniens dès leur naissance jusqu’à leur mort, les privant ainsi de naître, de grandir, de jouir de la vie et de leur liberté en paix. Les peuples ont le droit de savoir la vérité pour boycotter les criminels à distance qui agissent en leur nom de l’intérieur même de leurs institutions. Seul le boycott des sionistes occidentaux peut mettre fin à la complicité de leurs régimes qui soutiennent aveuglement l’apartheid israélien au nom de leurs peuples et des « États de droit ».
Ceci dit, il convient de s’attaquer à la racine du mal. Boycotter les sionistes où qu’ils se trouvent est la condition sine qua non pour que la paix puisse voir le jour en Palestine, à moyen ou à long terme. Cette tâche devrait être une priorité pour tous les militants du BDS qui ont dépassé la peur d’être accusés « d’antisémites », de traître, de la honte de soi, etc. Termes que les sionistes utilisent comme armes de dissuasion pour museler les peuples et leurs dirigeants. Ne pas le faire revient à maintenir le statut quo en Palestine et éterniser la souffrance du peuple palestinien.

La collaboration des sionistes avec les nazis

Il convient de renverser la situation en informant les peuples de la réalité du sionisme. Les sionistes ont collaboré avec les nazis pendant la seconde guerre mondiale, en envoyant des centaines de milliers de juifs dans les camps de concentration. En France, le « Conseil représentatif des israélites de France - CRIFJ » - devenu après la trahison « Conseil représentatif des institutions juives de France - CRIF » - avait collaboré avec le régime de Vichy.
Les Palestinien de toutes les confessions, dont les juifs, sont les vrais Sémites. Sachant que les juifs palestiniens n’étaient que 8 000 personnes en Palestine avant l’arrivée des premiers migrants juifs ashkénazes d’Europe. C’est une réalité historique écrite par plusieurs historiens juifs. Ceci dit, les vrais antisémites sont d’abord les sionistes qui sont allés occuper la Palestine et ceux qui les soutiennent à travers le monde.
Ceci dit, si on veut écourter la souffrance des Palestiniens il faut appeler à boycotter tous ceux qui soutiennent l’État d’apartheid israélien. Il convient d’interpeller tous les candidats aux élections du suffrage universel, à tous les niveaux, pour leur demander d’exprimer leurs positions vis-à-vis des droits des Palestiniens et sur la politique criminelle d’israël. Ceux qui ne se déclarent pas clairement pour la défense des droits du peuple palestinien doivent être mis sur la liste des candidats à boycotter, au même titre que les sionistes déclarés. Soixante cinq ans de silence et de complicité des grandes puissances et des institutions internationales ça suffit. On ne peut pas être neutre devant la barbarie commise par israël contre tout un peuple au nom de la Shoah.

Promouvoir le projet d’Un Seul État

Parallèlement au BDS nouvelle formule, il conviendrait de promouvoir l’idée d’Un Seul État au sein duquel vivront tous les habitants de la Palestine historique, en paix et sur le même pied d’égalité. Cette idée germe déjà depuis longtemps dans certains milieux palestiniens et israéliens, notamment de Hamas, et il convient de la faire connaître aux peuples occidentaux, notamment auprès des jeunes juifs que les sionistes endoctrinent en les trompant par des expressions archaïques dépassées, comme les expressions « le peuple élu, la terre promise », etc. L’idéologie sioniste inculque également aux jeunes la haine des autres, en leur faisant croire que tous les juifs du monde sont menacés, et que l’État d’israël est leur seul refuge. L’exemple des jeunes juifs qui vont faire leur service militaire en israël pour s’acharner sur les Palestiniens, ceux qui vont s’y installer sur les terres palestiniennes, ou encore les membres de la LDJ et du Betar - qui agressent les militants de la cause palestinienne en plein jour, sans s’inquiéter car protégés - est révélateur.
Donc, si nous voulons que le boycott soit efficace il faut s’attaquer aux racines du mal, qui est le sionisme en boycottant ses membres. Dénoncer l’exécutant, israël, et fermer les yeux sur ses principaux bailleurs de fonds et soutiens politiques n’a pas de sens, sinon de prolonger la souffrance du peuple palestinien.

Les médias

Il convient de savoir que les médias sont le moyen le plus efficace qu’israël utilise, notamment en Occident, pour se donner une image d’ange éternellement victime « d’antisémitisme ». En plus des grands médias occidentaux acquis à l’idéologie sioniste, qui font la promotion des entreprises et produits israéliens à longueur de journée, israël dispose de médias de propagande qui lui sont propres en Occident. A titre d’exemple des radios comme « France info », entre autres, font la propagande des sociétés israéliennes à longueur de journée, telle TEVA - qui est un laboratoire de médicaments génériques installé en France. Car les « démocraties occidentales » hébergent des sociétés israéliennes pour soutenir l’économie de cet État de l’apartheid, et ce à l’insu de leurs peuples. « France info » relance le clip toutes les demi-heures pour vanter la performance des filiales de la société TEVA qui touche à plusieurs domaines. Ceci est également le rôle des militants pour la cause palestinienne de dénoncer ces médias qui utilisent les impôts des contribuables français pour servir les intérêts d’israël.
L’État israélien a également des agences de traductions implantées en Occident, spécialistes dans les traductions des langues sémitiques (notamment arabe et perse), les traduisant dans toutes les langues occidentales pour les diffuser partout dans le monde. Généralement ces médias et agences de propagande sont dirigés par des anciens officiers de l’armée israélienne dont le rôle est d’inonder la presse internationale de ces traductions à travers lesquelles les informations sont déformées. Le but est d’essayer de convaincre les lecteurs qu’israël est la victime éternelle des pays arabo-musulmans qui incitent à « l’antisémitisme » contre israël, « la seule démocratie du Moyen-Orient ».

Créer des moyens de communication

Enfin, pour réaliser les objectifs cités et écourter la souffrance du peuple palestinien, il conviendrait d’envisager la création des moyens de communications ; autrement dit des médias pour ne pas laisser le terrain libre aux médias pro-israéliens qui cachent la vérité aux peuples, déforment les informations et la réalité, voire ils falsifient l’Histoire au profit de l’idéologie sioniste. Si de tels dispositifs étaient mis en place pour contrecarrer les partisans d’israël et la propagande sioniste en Occident, cet État de l’apartheid ne survivra pas longtemps ; sans ses élus et ses moyens de propagande en Occident, il mourra asphyxié comme un poisson sans eau.
Bien entendu, un tel projet nécessite une organisation bien structurée sur le plan national, interne à chaque pays, pour assurer la diffusion de l’information et coordonner les actions sur tout le territoire. Ce projet nécessite également une coordination sur le plan international, comme le font les sionistes eux-mêmes. Ceci n’est pas impossible quand on a la volonté pour y arriver. Ce sera certes un travail de fourmi mais qui arrive à ses fins.
Si israël et ses sionistes à travers le monde sont forts, c’est parce que leurs adversaires sont faibles. Donc il suffit de renverser la situation pour les vaincre et réaliser la paix en Palestine et dans le monde, en concrétisant l’idée d’Un Seul État pour tous les habitants de la Palestine historique. Ce sera l’œuvre la plus honorable que les peuples pourraient réaliser au grand-dame de leurs régimes respectifs qui ont préféré le silence et/ou la collaboration avec l’axe du mal.

CPCP

Regardez cette vidéo et vous comprendrez tout !

http://www.youtube.com/watch?v=KzCoSUSszBw&feature=related

Boycottons les candidats sionistes aux élections, ainsi que leurs complices, où qu’ils se trouvent



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • « Israël » aboie : les prisonniers palestiniens sont debout

    Les prisonniers palestiniens ont entamé une grève de la faim collective, à partir du 17 avril, la journée nationale du prisonnier palestinien. 1500 prisonniers détenus dans la plupart des prisons sionistes, sur le total de 7500, ont rejoint la grève, annoncée par Marwan Barghouty, dirigeant au Fateh. Les grévistes appartiennent à la plupart des mouvements de résistance. Ils réclament la cessation des pratiques immorales et inhumaines à leur encontre, et d’être considérés comme des êtres humains. Ils (...)

  • Barcelone : un pas de plus vers une « Zone libre d’apartheid » !

    LE CONSEIL MUNICIPAL DE BARCELONE a voté aujourd’hui en session plénière une déclaration officielle qui favorise l’inclusion dans les contrats signés notamment avec des entreprises liées à l’occupation israélienne en Palestine, de clauses assurant le respect des droits des êtres humains. « La reconnaissance par la municipalité de Barcelone du droit à défendre les droits des Palestiniens par des actions non violentes de BDS n’est pas simplement le triomphe de la liberté d’expression et des droits (...)

  • Grève de la faim « Liberté et Dignité » : dès le premier jour, le régime sioniste impose une série de mesures punitives aux grévistes palestiniens

    Alors que plus de 1.600 prisonniers politiques palestiniens ont lancé, lundi 17 avril, une grève de la faim illimitée pour protester contre leurs conditions d’incarcération indignes, le service pénitentiaire du régime sioniste n’a pas tardé une série de mesures punitives contre les prisonniers, en particulier ceux qui mènent la grève. Dans un communiqué publié lundi soir 17 avril, la Commission palestinienne des affaires des prisonniers indiquait que dès le premier jour de grève, des responsables du (...)