Les Amis d’Al-Rowwad

Des Cévennes à Bethléem

Comédien et metteur en scène, directeur artistique de l’association Sin, Emilien Urbach est l’invité de la semaine pour la tribune libre de L’HUMANITE du 24 au 28 octobre 2007.

Après trois semaines de répétitions sur une pièce librement inspirée de témoignages captés dans les Cévennes méridionales, auprès des ouvriers des usines Well et Jalatte en voie de délocalisation, nous voici, Jérôme Kocaoglu et moi-même, en Cisjordanie. Objectif : y jouer notre dernier spectacle créé à l’attention des enfants, l’Arbre à palabres : le périple d’une petite fille autour de la Méditerranée. Son quotidien, dans une de nos cités occidentales, est rythmé par l’ennui et l’individualisme. Elle décide alors de partir en quête d’un arbre autour duquel, comme lui a dit son grand-père, tout le monde se retrouve pour faire la fête et se parler. Ainsi, elle rencontre une vieille et vilaine sorcière en Italie ; deux fous et fourbes sur les toits d’Istanbul ; un enfant perché sur un arbre décroché du sol dans un pays sans nom ; un vieux Berbère, dans le désert marocain, qui sait tout ou presque ; une foule de Gitans espagnols en liesse ; et finalement, ses voisins qui n’attendaient qu’un joyeux prétexte pour rompre avec la morosité.

Cette tournée est organisée en partenariat avec la Société des amis d’Al Rowwad. Al Rowwad, c’est un centre culturel basé dans le camp de réfugiés d’Aïda à Bethléem. Sous l’impulsion de son directeur, Abdel Fatah Abou Srour, une pièce de théâtre a été créée par un groupe d’adolescents, Nous sommes les enfants des camps. Elle retrace l’épopée des réfugiés palestiniens depuis la Nakba de 1948 jusqu’à nos jours. Cette création a été plusieurs fois représentée en France en 2005 et 2006.

Voici donc le cadre de ce sixième déplacement de Sîn en Palestine. Notre précédent séjour nous avait permis de créer un spectacle à partir de témoignages glanés auprès de Palestiniens, à l’heure de l’édification par Israël du mur de séparation en Cisjordanie.

La semaine dernière, à Ganges (Hérault), lors des Troisièmes Rencontres des littératures écrite, dessinée et théâtrale, je participais à une table ronde qui posait la question du champ d’action de la création artistique face aux réalités sociales et politiques contemporaines.

Je pense à une citation de Federico Garcia Llorca : « Nous sommes les agitateurs de l’esprit. Nous réveillerons partout les germes de la confusion et du malaise. (…) Que les trafiquants de drogue se jettent sur nos pays terrifiés. Que l’Amérique au loin croule de ses buildings blancs. Soulève-toi, monde ! Voyez comme cette terre est sèche et bonne pour tous les incendies. »

À demain.

Voir larticle sur le site de LHUMANITE



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Enorme succès du Théâtre de la Liberté de Jénine à New York !

    Le Freedom Theater, qu’Israël a tout fait pour empêcher de sortir de Jénine et de se rendre aux Etats-Unis, vient de remporter un énorme succès à New York, avec une salle comble pour ses 10 représentations de sa pièce "Le Siège" !
    La pièce, qui représente une brillante commémoration de la résistance à l’occupation, à l’intérieur de l’église de la Nativité à Bethléem en 2002, avait été censurée pendant plus d’un an aux USA.
    Mais les organisateurs américains de la tournée ont finalement réussi à vaincre les (...)

  • Une population attaquée de toutes parts mais qui ne fléchit pas !

    J’étais en Cisjordanie occupée en octobre 2015, il y a deux ans. L’atmosphère était à l’effervescence du déclenchement de ce que les Occidentaux ont appelé « l’Intifada des Couteaux », et que les Palestiniens nommaient « Intifada Al-Aqsa ».
    Les funérailles des martyrs drainaient des milliers de Palestiniens que la perte de ces jeunes gens déchirait mais qui soutenaient leurs actions sans réserve. Les Palestiniens avaient le sentiment qu’ils vivaient une nouvelle forme de résistance, peut-être plus (...)

  • L’ONU cible les sociétés qui opèrent dans les colonies

    Menacées d’être inscrites sur une « liste noire », des compagnies font savoir qu’elles ne renouvelleraient pas leurs contrats. Tel-Aviv tente d’en empêcher la publication.
    La décision avait été prise en mars 2016 par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies : créer une « liste noire » des entreprises dans le monde qui opèrent dans les territoires occupés par Israël, à savoir la Cisjordanie et Jérusalem-Est, ainsi que le plateau du Golan. Une motion proposée par la Palestine et les États arabes qui (...)