Les Amis d’Al-Rowwad

Des Cévennes à Bethléem

Comédien et metteur en scène, directeur artistique de l’association Sin, Emilien Urbach est l’invité de la semaine pour la tribune libre de L’HUMANITE du 24 au 28 octobre 2007.

Après trois semaines de répétitions sur une pièce librement inspirée de témoignages captés dans les Cévennes méridionales, auprès des ouvriers des usines Well et Jalatte en voie de délocalisation, nous voici, Jérôme Kocaoglu et moi-même, en Cisjordanie. Objectif : y jouer notre dernier spectacle créé à l’attention des enfants, l’Arbre à palabres : le périple d’une petite fille autour de la Méditerranée. Son quotidien, dans une de nos cités occidentales, est rythmé par l’ennui et l’individualisme. Elle décide alors de partir en quête d’un arbre autour duquel, comme lui a dit son grand-père, tout le monde se retrouve pour faire la fête et se parler. Ainsi, elle rencontre une vieille et vilaine sorcière en Italie ; deux fous et fourbes sur les toits d’Istanbul ; un enfant perché sur un arbre décroché du sol dans un pays sans nom ; un vieux Berbère, dans le désert marocain, qui sait tout ou presque ; une foule de Gitans espagnols en liesse ; et finalement, ses voisins qui n’attendaient qu’un joyeux prétexte pour rompre avec la morosité.

Cette tournée est organisée en partenariat avec la Société des amis d’Al Rowwad. Al Rowwad, c’est un centre culturel basé dans le camp de réfugiés d’Aïda à Bethléem. Sous l’impulsion de son directeur, Abdel Fatah Abou Srour, une pièce de théâtre a été créée par un groupe d’adolescents, Nous sommes les enfants des camps. Elle retrace l’épopée des réfugiés palestiniens depuis la Nakba de 1948 jusqu’à nos jours. Cette création a été plusieurs fois représentée en France en 2005 et 2006.

Voici donc le cadre de ce sixième déplacement de Sîn en Palestine. Notre précédent séjour nous avait permis de créer un spectacle à partir de témoignages glanés auprès de Palestiniens, à l’heure de l’édification par Israël du mur de séparation en Cisjordanie.

La semaine dernière, à Ganges (Hérault), lors des Troisièmes Rencontres des littératures écrite, dessinée et théâtrale, je participais à une table ronde qui posait la question du champ d’action de la création artistique face aux réalités sociales et politiques contemporaines.

Je pense à une citation de Federico Garcia Llorca : « Nous sommes les agitateurs de l’esprit. Nous réveillerons partout les germes de la confusion et du malaise. (…) Que les trafiquants de drogue se jettent sur nos pays terrifiés. Que l’Amérique au loin croule de ses buildings blancs. Soulève-toi, monde ! Voyez comme cette terre est sèche et bonne pour tous les incendies. »

À demain.

Voir larticle sur le site de LHUMANITE



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Trump peut remettre son "deal du siècle" dans sa culotte !

    Du fric... demandé aux pays arabes... pour améliorer la situation économique des Palestiniens, mais en échange du renoncement de ces derniers à leur indépendance et à tous leurs droits, la réponse est unanime : c’est NON !
    Ils peuvent toujours se réunir à Bahrein en ce moment, l’ensemble des Palestiniens, y compris l’Autorité Palestinienne et les hommes d’affaires palestiniens ont déjà rejeté le fameux plan, plein de mépris et de racisme, dont Jared Kushner a révélé l’essentiel du contenu.
    Sans le moindre (...)

  • La mention « colonie israélienne » obligatoire pour les aliments, selon l’avocat de la CJUE

    Selon l’avocat général de la Cour de Justice de l’Union européenne, dont l’avis est le plus souvent suivi en dernière instance par les juges, le consommateur doit être informé lorsqu’un produit alimentaire provient des colonies israéliennes.
    L’affaire remonte à 2016, quand le gouvernement français a publié un avis aux opérateurs économiques indiquant que les denrées alimentaires en provenance des territoires occupés par Israël devaient porter la mention « colonie israélienne » ou des termes équivalents. (...)

  • Appel à action : Non à une résolution par l’assemblée nationale condamnant la critique de l’état d’Israël !

    LE SAVIEZ VOUS ?
    Le député Sylvain Maillard, président du groupe d’études sur l’antisémitisme, a proposé à d’autres députés de voter une résolution visant à assimiler la critique légitime du régime israélien à de l’antisémitisme.
    Contactez vos députés pour leur demander de s’opposer à cet amalgame honteux !
    ECRIVEZ A VOS DEPUTES dont l’adresse est ici :
    http://www2.assemblee-nationale.fr/qui
    Le texte de cette résolution est consultable ici : Proposition de résolution définition IHRA (mai 2019).
    Il est (...)