Les Amis d’Al-Rowwad

De jeunes Palestiniens sur la scène de la Mutualité ce dimanche.

L’Union Picardie

Ce dimanche 18 juin à 17 heures dans la salle de la Mutualité de Soissons, un concert et un spectacle théâtral seront donnés par l’ensemble de jeunes musiciens de Darna, de Naplouse, et la troupe théâtrale du Centre Culturel Al Rowwad du camp de réfugiés d’Aida à Bethléem (en Palestine).
Accueillie pour un séjour de deux jours par l’Adelfram Picardie et par l’ARG (Association République à Gauche), la centre Al Rowwad (« les pionniers » dans la langue arabe) travaille au développement de la culture, mais également contre la guerre en proposant aux enfants de 10 à 15 ans des activités de théâtre, d’arts plastiques et leur donne un formation informatique.

L’exil

Créé en 1998, ce centre est une institution indépendante animée par une équipe de bénévoles, « dirigée avec passion » par Abedlfattah Abou Srour. Al Rowwad revendique « l’accès à la culture » et a pour but d’assurer aux enfants « le droit de vivre une véritable enfance ».
La pièce de théâtre, écrite et mise en scène par le directeur, s’appelle « Nous sommes les enfants du camp ». Elle retrace l’histoire du peuple palestinien depuis la « Naqba » en 1948 jusqu’aujourd’hui. La Naqba, c’est le désastre, l’exil de toute une partie des Palestiniens lors des massacres et des expulsions qui accompagné la naissance de l’Etat d’Israël.

« Résistance pacifique »

Ce projet répond à deux nécessités : « promouvoir une résistance pacifique par la culture et l’épanouissement des talents de chaque enfant, et, de ce fait, témoigner de leur vie, de leur combat, de leur créativité hors de la Palestine. »
La troupe est, cette année, un mois et demi en France. En plus du spectacle du 18 juin, elle rencontrera le lendemain les jeunes du groupe théâtral du collège Saint-Just et sera accueillie également par la municipalité de Reims.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

    C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.
    "Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.
    "Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner (...)

  • Les artistes de Gaza donnent un nouveau tempo à la Grande Marche du retour

    Si la chanson est reconnue depuis longtemps comme un écho des opinions populaires, voire comme un instrument de ralliement derrière une cause, dans le cas de la Palestine elle joue un rôle supplémentaire. Ce n’est pas un mystère : l’entreprise de colonisation du territoire palestinien s’est très tôt accompagnée d’une colonisation culturelle qui a entravé, menacé de disparition, voire totalement nié la culture palestinienne.
    Dans un tel contexte, les chansons palestiniennes, ou même celles qui « parlent (...)

  • Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

    L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.
    Cet événement important est organisé (...)