Les Amis d’Al-Rowwad

De jeunes Palestiniens sur la scène de la Mutualité ce dimanche.

L’Union Picardie

Ce dimanche 18 juin à 17 heures dans la salle de la Mutualité de Soissons, un concert et un spectacle théâtral seront donnés par l’ensemble de jeunes musiciens de Darna, de Naplouse, et la troupe théâtrale du Centre Culturel Al Rowwad du camp de réfugiés d’Aida à Bethléem (en Palestine).
Accueillie pour un séjour de deux jours par l’Adelfram Picardie et par l’ARG (Association République à Gauche), la centre Al Rowwad (« les pionniers » dans la langue arabe) travaille au développement de la culture, mais également contre la guerre en proposant aux enfants de 10 à 15 ans des activités de théâtre, d’arts plastiques et leur donne un formation informatique.

L’exil

Créé en 1998, ce centre est une institution indépendante animée par une équipe de bénévoles, « dirigée avec passion » par Abedlfattah Abou Srour. Al Rowwad revendique « l’accès à la culture » et a pour but d’assurer aux enfants « le droit de vivre une véritable enfance ».
La pièce de théâtre, écrite et mise en scène par le directeur, s’appelle « Nous sommes les enfants du camp ». Elle retrace l’histoire du peuple palestinien depuis la « Naqba » en 1948 jusqu’aujourd’hui. La Naqba, c’est le désastre, l’exil de toute une partie des Palestiniens lors des massacres et des expulsions qui accompagné la naissance de l’Etat d’Israël.

« Résistance pacifique »

Ce projet répond à deux nécessités : « promouvoir une résistance pacifique par la culture et l’épanouissement des talents de chaque enfant, et, de ce fait, témoigner de leur vie, de leur combat, de leur créativité hors de la Palestine. »
La troupe est, cette année, un mois et demi en France. En plus du spectacle du 18 juin, elle rencontrera le lendemain les jeunes du groupe théâtral du collège Saint-Just et sera accueillie également par la municipalité de Reims.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • « Israël » aboie : les prisonniers palestiniens sont debout

    Les prisonniers palestiniens ont entamé une grève de la faim collective, à partir du 17 avril, la journée nationale du prisonnier palestinien. 1500 prisonniers détenus dans la plupart des prisons sionistes, sur le total de 7500, ont rejoint la grève, annoncée par Marwan Barghouty, dirigeant au Fateh. Les grévistes appartiennent à la plupart des mouvements de résistance. Ils réclament la cessation des pratiques immorales et inhumaines à leur encontre, et d’être considérés comme des êtres humains. Ils (...)

  • Barcelone : un pas de plus vers une « Zone libre d’apartheid » !

    LE CONSEIL MUNICIPAL DE BARCELONE a voté aujourd’hui en session plénière une déclaration officielle qui favorise l’inclusion dans les contrats signés notamment avec des entreprises liées à l’occupation israélienne en Palestine, de clauses assurant le respect des droits des êtres humains. « La reconnaissance par la municipalité de Barcelone du droit à défendre les droits des Palestiniens par des actions non violentes de BDS n’est pas simplement le triomphe de la liberté d’expression et des droits (...)

  • Grève de la faim « Liberté et Dignité » : dès le premier jour, le régime sioniste impose une série de mesures punitives aux grévistes palestiniens

    Alors que plus de 1.600 prisonniers politiques palestiniens ont lancé, lundi 17 avril, une grève de la faim illimitée pour protester contre leurs conditions d’incarcération indignes, le service pénitentiaire du régime sioniste n’a pas tardé une série de mesures punitives contre les prisonniers, en particulier ceux qui mènent la grève. Dans un communiqué publié lundi soir 17 avril, la Commission palestinienne des affaires des prisonniers indiquait que dès le premier jour de grève, des responsables du (...)