Les Amis d’Al-Rowwad

Bouclage de Naplouse : "du lait pour mon sexe !!"

Depuis le samedi 24 février 2007, les troupes israéliennes réoccupent la ville. Le couvre feu est déclaré par des annonces radio et télé, c’est une nouvelle technique, on viole les ondes des quelques radios et télés locales et on annonce à la population de rester chez elle. La ville se vide et les groupes de jeunes et d’enfants se mettent à construire des barricades de fortune.


Israéliens devant l’hospital Al Watani ((c) maan)

La vielle ville est complètement envahie de troupes israéliennes. Avec des volontaires nous avons acheté du lait pour les enfants et 200 litres de lait pasteurisé grâce aux dons que nous avons reçus pour les enfants de détenus, mais l’urgence nous oblige à réagir rapidement. Des internationaux français, anglais, américains se proposent d’accompagner les secouristes palestiniens dans les ruelles de la vielle ville. Le maire Adli Yaiiche et les associations de secours médicaux se repartissent les secteurs à couvrir. On palabre avec les soldats pour pouvoir circuler dans les ruelles désertes, on distribue lait et pain pour les familles avec enfant, à chaque coin de rue on tombe sur des sentinelles rebelote discussion. Aucun signe de résistance armée palestinienne, juste des civils hagards après deux jours de couvre feu et des bruits assourdissants des sentinelles. Dans la rue de Hettin les gens ont tellement peur de la présence des soldats qu’ils n’osent même pas nous faire signe par la fenêtre pour recevoir une brique de lait. Dans plusieurs maisons des snipers se sont installés.

Dans le quartier d’Al Karyoun une sentinelle excitée nous arrête. Je dis au soldat que nous faisons des distributions de lait pour les enfants. L’un des soldats me répond « The Milk for my IRE !! », (Du lait pour mon sexe). De l’arabe ils ne connaissent que les insultes. Dans un autre coin de rue ils tirent sur nous des balles assourdissantes … 


Destruction de maisons dans le quartier Makhfiya ( (c) Maan)

Une horde de barbares profite d’autres barbaries en Irak ou ailleurs pour semer la peur et le désarroi chez des civils. Les Israéliens annoncent avoir capturé 30 Palestiniens et la résistance annonce que tous ses membres sont sains et saufs. Comme butin de guerre les nouveaux nazillons ont tué Anan Tibi (42 ans) chez lui et blessé son frère, ils ont aussi confisqué le matériel d’une petite télé locale de la vielle ville « télé Sanabel ». Son directeur Naif Brek (43 ans), a été emmené de chez lui par les soldats à 3 heures du matin.

Le maire de Naplouse, nous déclare « Avec le gouvernorat et les associations, nous avons bouclé un plan pour le retour des policiers de l’autorité dans la ville, et voilà la réponse des Israéliens. Ils veulent le chaos et la démoralisation de la population. Je compte sur vous pour dénoncer notre martyre en silence et pour faire pression sur la croix rouge et sur les deux ONG médicales françaises présentes sur la ville (MDM et MSF) pour nous assister dans la distribution des médicaments et des vivres ».

Dans notre tournée de distribution, nous sommes passés à côté de l’école Gamal Abdenassar devenue un centre de détention de l’armée israélienne. La nuit tombe sur Naplouse et les loups rodent avec leurs vulgarités et la bassesse des forts.

Y. HAJI, coordinateur de DARNA
Le 26.02.07



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Témoignage de Ziad Medoukh sur la pollution de la mer de Gaza

    La souffrance des Palestiniens de Gaza se poursuit. Témoignages et explications de Ziad Medoukh en direct de la plage de Gaza sur la pollution de la mer de Gaza. Les Palestiniens de Gaza sous blocus israélien sont privés de leur seul loisir : la plage de Gaza, en plein été, ils ne peuvent pas s’ y rendent à cause de la pollution de la mer de Gaza. Actuellement, la bande de Gaza subit une pollution terrible La pollution de la côte et des nappes de Gaza à cause de l’effondrement de deux centres de (...)

  • À Gaza, un théâtre ambulant cherche à faire sourire les enfants

    Un théâtre ambulant parcourt les villes et les villages de la bande de Gaza pour soulager les enfants du stress psychologique causé par le siège

  • "C’est seulement à Gaza !"

    C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.
    C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.
    C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.
    C’est (...)