Les Amis d’Al-Rowwad

Bonne Saint Valentin !

Saint-Valentin : On ne dit pas je t’aime
avec les fleurs du mensonge !
Attention, dimanche 14 février, est le jour de la Saint-Valentin, le jour de
l’amour, pas celui du crime, ni du mensonge !
En raison de sa politique de vol de terres, d’apartheid et de nettoyage
ethnique, Israël ne peut avouer la provenance des tonnes de fleurs qu’il
exporte dans toute l’Europe à cette époque.
Ces fleurs, qui proviennent souvent des colonies implantées
illégalement dans les territoires palestiniens, dont les habitants ont
été chassés, sont étiquetées "Made in Holland".
Ceci est un MENSONGE. Elles ont fait seulement un détour par les Pays-
Bas, où elles sont reconditionnées et parées d’étiquettes trompeuses.
La compagnie israélienne Agrexco,
qui les exporte, construit des serres
sur des terrains annexés, tandis
que les villages palestiniens sont
privés d’eau, que des maisons
palestiniennes sont déclarées
illégales et démolies.
Il y a dix ans, Gaza exportait 80
millions de fleurs par an, des roses
et des oeillets notamment. Depuis le
blocus et les massacres commis par
l’armée israélienne, les fermiers de la bande
de Gaza donnent les fleurs à manger aux
animaux qui leur restent.
L’année dernière, l’occupant israélien s’est vanté d’avoir "desserré" son
blocus en permettant l’exportation de 25 000 fleurs en provenance de
cette bande de terre martyrisée. Quelle générosité après avoir assassiné
1400 personnes, dont des centaines d’enfants et de femmes !
La société palestinienne nous appelle à refuser d’être complices de tous
ces crimes.
Que vous achetiez des fleurs en grande surface, sur le marché, chez le
fleuriste du coin, ou que vous les fassiez livrer, exigez une traçabilité
véritable. "Made in Holland" n’en n’est pas une !
N’offrez pas les fleurs de l’occupation !

Documents à télécharger

  Tract St Valentin


FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Wardi : 70 ans après la Nakba, l’espoir est toujours vivant

    Les trop rares films palestiniens, ou faisant entendre des voix palestiniennes, sont souvent de beaux films ; malgré leurs mauvaises dispositions, les critiques, lorsqu’ils en parlent, au lieu de le nier, mettent plutôt en œuvre divers procédés pour les affaiblir et les neutraliser. Il est donc intéressant de jeter un coup d’œil sur quelques sites de cinéma avant de parler du film lui-même.
    aVoir-aLire introduit ainsi le film : « Sidi a été chassé de son village en 1948. » Par qui ? Pourquoi ? Ces (...)

  • Et la terre, comme la langue (DOCUMENTAIRE, 1997)

    Voici la publication du vendredi, jour dédié aux inspirations de la Poésie française : Un documentaire d’Élias Sanbar et Simone Bitton réalisé en 1997. Mise en ligne par Arthur Yasmine, poète vivant, dans l’unique objet de perpétuer la Poésie sur tous les fronts.
    Notice : On a du mal à se représenter, en Occident, l’immense popularité dont jouissent les poètes en Orient. Du Moyen-Orient à l’Afrique du Nord, non seulement on lit plus de poèmes que de romans, mais aussi on considère la poésie comme un art (...)

  • "L’antisionisme est une opinion et l’antisémitisme un délit"

    Avec la proposition de certains députés pour pénaliser l’antisionisme au même titre que l’antisémitisme, après les injures antisémites adressées à Alain Finkielkraut, "on met le doigt dans un processus totalitaire" avec un retour du délit d’opinion, analyse lundi 18 février sur franceinfo le journaliste et historien Dominique Vidal, auteur de Antisionisme = antisémitisme ? plus loin, Dominique Vidal continue : "Nous avons des lois antiracistes, la loi de 1881, la loi de 1972, nous avons aussi un Code (...)