Les Amis d’Al-Rowwad

Aïda, soutien à Gaza

AbdelFattah Abu-Srour, directeur du centre Al Rowwad, nous a donné quelques nouvelles d’Aïda.


Mardi, le 20 novembre,

À l’occasion du jour International pour l’Enfant, le centre culturel et théâtrale d ?Alrowwad et le Comité Populaire du camp d ?Aida a organisé une Marche pour Gaza le mardi 20 à 16h30.

Les confrontations étaient intenses et les gaz lacrymogène ont rempli l’air ? Environ 40 enfants d’Alrowwad avec des éducateurs ont marché vers Bab Izqaq à travers Bethléem, dans un espace sûr, faisant face aux bureaux de l ?UNRWA, placardant des affiches en solidarité avec Gaza, avec nos enfants et la population de Gaza ? Nous n’avons pas voulu que nos enfants soient exposés ?

En attendant, tandis que nos enfants chantaient leur solidarité, les bombes de gaz lacrymogène éclataient environ à 200 mètres au Nord autour de la mosquée de Bilal Ibn Rabah (rebaptisé le tombeau de Rachel après l’occupation israélienne de 1967) ? Nous avons allumé des bougies et sommes revenus au camp ? un petit geste symbolique pour dire que nous nous soucions de nos enfants et de leur vie ? nous n’envoyons pas nos enfants à la mort et nous faisons tout notre possible et l ?impossible pour les mettre en sécurité ?, mais où courir quand chaque endroit est le terrain des missiles israéliens ? pas d ?abris souterrains ? aucun endroit où se cacher.

Mercredi, le 21 novembre 4h30.

Il était aux environs de 3h40, presque 35 minutes avant que je ne sois réveillé par des coups énormes à la porte d’un voisin apparemment dans le Duha-Bethléem. Je suis allé regarder et les coups énormes ont commencé à ma porte ... j’ai ouvert la porte et je me suis rendu compte que j’étais en pyjama, pieds-nus ... environ 4 soldats d’occupation israéliens cagoulés étaient à ma porte et un plus bas encore plus de soldats... Ils me demandent mon nom, puis ils m ?ont questionné sur mon neveu Rashid ... je leur ai répondu que je ne savais pas où il était. Ils commencent alors à chercher autour de ma poubelle pour voir si je cachais une arme. J’étais en pyjama et t-shirt... Il était évident que je n’avais rien sur moi...

- À qui est la maison est à côté de vous ?
- Mon frère, Yahya
- Où est-il ?
- Je ne sais pas, j ?imagine dans sa maison.
Alors ils m’ont pris et ont descendu de quelques pas vers la rue ... un autre soldat non cagoulé tenant une liste dans sa main m’a demandé mon nom :
- Dr Abdelfattah Abusrour
Bienvenue me dit-il, puis il voulut serrer ma main...
- Pourquoi devrais-je vous serrer la main, lui dis-je ?
Il m’a regardé de façon agacée et m ?a demandé à qui est la maison ?
- Mon frère, Yahya
- Où est-il ?
- Je ne sais pas, probablement dans sa maison...
- Allez ouvrir la porte pour nous ?
- Je ne peux pas ouvrir la maison de mon frère ?
- À qui est la voiture ?
- elle est à mon frère
- Qui est Rashid ?
- Mon neveu
- Où est-il ?
- Je ne sais pas ? je reviens juste de voyages et je n ?ai pas encore vu mon frère
- Ok, allez et ouvrez la porte pour nous
- Je ne peux pas faire ça
- Venez avec nous ...
Alors ils m’ont poussé devant eux, pieds-nus et m’ont demandé de l’appeler... Au même moment, j’ai vu que 3 ou 4 soldats sont entrés dans ma maison...
Ils étaient environ 12 soldats
- Je ne peux pas le faire
- Nous allons faire exploser sa porte
- Faites ce que vous voulez
Alors il a demandé à un autre soldat d’entrer et il avait une bombe dans ses mains ... ils ont commencé à regarder à travers les fenêtres de la maison et ont jeter une grenade à l ?intérieur... une explosion énorme ... cela ressemblait à une bombe sonore.
Ils sont allés de nouveau ... dans la maison, la porte de derrière était ... ouverte ils m’ont poussé de nouveau vers la porte et m’ont demandé d’entrer ... ils étaient derrière moi, dirigeant leurs armes à feu et me poussant à l ?intérieur et m ?ont demandé où est mon frère...
- Ils sont à l’étage supérieur
- Montrez-nous ...
j’ai commencé à marcher et ensuite il y avait 4 autres soldats en haut à la porte et mon frère avec eux ... 2 autres soldats montaient les escaliers...
Ils ont demandé à mon frère de sortir tous ses garçons...
Yusuf, mon neveu de 19 ans est sortis, puis Mohammad ... (25 ans) alors ils leur ont demandé leur identité et sont allés à l’intérieur de la maison... pour prendre mon frère...
Et ensuite, leur officier leur a demandé de me sortir...
2 soldats m’ont accompagné en bas à l’entrée...
J’ai eu froid et j’ai demandé aux soldats si je pouvais me couvrir ... ils m’ont regardé et ont secoué leurs têtes pour dire non ... j’ai dit : bravo ... bravo...
5 minutes plus tard, leur chef est descendu et a demandé pourquoi vous êtes encore là ?
J’ai l ?ai regardé ainsi que les 2 soldats et ensuite il a dit : sors d’ici
J’ai suis retourné chez moi et 4 soldats m’ont suivi jusqu’à la porte de ma maison...
Ils sont toujours là au moment où je vous écris...
Je suppose que je suis chanceux d ?avoir été seul cette nuit ... ma femme et mes 5 enfants sont à Alquds (Jérusalem)...

Quand arrêterons-nous de nous dire que nous vivons dans un monde dépourvu d ?humanité ?
Nous nous sentons rejetés (comme des étrangers) ... et ceux-là même qui commettent des crimes sont présenté comme les innocents ... et ceux qui se défendent devrait arrêter de le faire parce que la légitime défense serait un acte de terrorisme ? ... être sous l’occupation est-ce ... normal ? Être assiégé est-ce ... normal ? Être violé et rayé de l’humanité et privé de sa dignité Est-ce ... normal ? être un esclave du pouvoir est-ce... normal ? Avoir un coeur rempli de haine est-ce ... normal ? N ?avoir plus de coeur du tout est-ce normal ? Et détruire des vies humaines ... deviennent des dommages collatéraux ? ... parce qu’après tout la cible sont les terroristes et si des familles entières sont tuées ... c ?est qu ?ils n ?auraient pas dû être là ... ceci est normal ?...
J ?ai toutes ces images de la TV, des corps en morceaux, des maisons réduites en gravas ... est-ce ... normal ? Ne pas avoir de vie est-ce ... normal ? n’avoir aucun espoir est-ce ... normal ? Attendant un miracle des Pays arabes, de l’Europe ou ses États-Unis est-ce normal ?...
J’en ai marre de ces "normalités" ... je suis ... anormal je refuse d’être privé de mon humanité et de ma dignité ... de mes droits et valeurs... de mes espoirs et de mes rêves ... de mon amour et de mon coeur empli d’amour...
Je refuse d’être réduit à une statistique ... à un nombre de mort ... à un nombre de victime... à un nombre de prisonnier ... à un nombre de blessés...
Je refuse d’être un produit de propagande... un produit médiatique ... qui sollicite près une réaction temporaire..... Et ceux qui refusent d’être "normale" continuez à faire ce que vous faites du mieux ! ... n’acceptez pas cette réalité ou ces conséquences sur le terrain créées par ceux qui ont le « pouvoir »... l’hypocrisie des politiciens et les larmes de crocodiles ... nous sommes des êtres humains ... nous réclamons et défendons notre appartenance à l ?humanité ... et nous refusons le lavage de cerveau... et nous ne serons pas silencieux ?

Mercredi, le 21 novembre :
Entre 2h et 4h du matin, trois jeunes du camp de réfugiés d ?Aida ont été arrêtés, Ahmad Oweiss, Fadi Alimori et Khalil Mustafa Abu Aker. L’armée israélienne est constamment présente dans le camp.


Traduction par Leila & Adnan.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • À Gaza, un théâtre ambulant cherche à faire sourire les enfants

    Un théâtre ambulant parcourt les villes et les villages de la bande de Gaza pour soulager les enfants du stress psychologique causé par le siège

  • "C’est seulement à Gaza !"

    C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.
    C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.
    C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.
    C’est (...)

  • Ils montent le son à Gaza

    De l’extérieur, la bande de Gaza occupée apparaît comme un lieu de misère. Trois agressions militaires israéliennes acharnées depuis décembre 2008 ont causé une destruction indicible, faisant des milliers de morts, plus de 15 000 blessés, plus de 75 000 personnes sans-abri et un demi-million déplacées.
    Dans le même temps, un siège long d’une décennie a conduit les Palestiniens dans la bande côtière au bord de la catastrophe avec une infrastructure en lambeaux.
    Mais Gaza, c’est aussi le lieu d’un moral (...)